Saroo : il parvient à rentrer chez lui 25 ans après

23 novembre, 2020
Malgré la technologie de pointe, la perte d'enfants reste un problème majeur. L'histoire de Saroo met en évidence ce problème. Découvrez ici son histoire.

L’histoire de Saroo semble tout droit sortie de la fiction. Elle a été transformée en un film à succès appelé Lion. Le plus beau de tout est que, comme cela arrive parfois au cinéma, ce jeune homme a dû traverser des situations dramatiques et émouvantes, mais tout s’est bien terminé.

La formidable aventure de Saroo a commencé dans une petite ville de l’Inde appelée Khandwa. A cette époque, le garçon avait 5 ans et faisait partie d’une famille très humble.

Le père ne faisait plus partie du tableau : il avait abandonné sa famille pour aller avec une autre femme. La mère, Ganesh, gagnait sa vie comme ouvrière du bâtiment, mais son revenu n’était pas suffisant pour subvenir aux besoins de la famille.

Ses enfants étaient au nombre de toi, en comptant Saroo. Le fils aîné, Guddu, avait 10 ans et faisait de petits travaux pour aider sa mère. Il était parfois embauché pour balayer les wagons. Derrière lui, il y avait Saroo qui accompagnait souvent son frère aîné au travail. Enfin, le plus jeune enfant était une petite fille qui commençait à peine à marcher.

“Nous ne nous sommes séparés que pour nous revoir.”

-John Gay-

Le moment fatal de Saroo

Un jour, les deux frères sont partis balayer des wagons à la gare de Burhanpur. La journée était épuisante et le petit Saroo était si fatigué qu’il s’est assis sur l’un des bancs de la gare et s’est endormi. Cette sieste a changé sa vie pour toujours.

Quand il s’est réveillé, il n’a vu son frère aîné nulle part. Il a alors commencé à crier son nom, mais ce dernier ne s’est pas présenté. Le jeune garçon a vu un train devant la gare et, sachant que son frère Guddu balayait les wagons, il est monté dans le véhicule pour le chercher. Le train est parti pour Calcutta et la vie de Saroo a été scindée en deux.

Pendant ce temps, à la maison, la mère attendait l’arrivée de ses deux enfants, mais ils ne sont jamais revenus. Elle a tenté de savoir ce qui c’était passé, mais elle n’avait aucune réponse. Deux mois s’étaient écoulés lorsqu’elle sut que Guddu, le fils aîné, avait été retrouvé mort. Un train avait fendu son corps en deux.

Un cauchemar à Calcutta

Saroo est arrivé à Calcutta 14 heures après être monté dans le train. Il ne savait pas bien parler et il ne connaissait pas le nom de la ville où il habitait. Une fois arrivé à la gare d’arrivée, il a voulu reprendre le train, mais il n’y est pas parvenu. Il est donc resté à cette station où il a dormi sur des cartons et mangé des restes de déchets.

Par la suite ,un gang qui enlevait des mineurs dans la rue tentent de le kidnapper. Saroo a couru autant qu’il a pu et, heureusement, il a réussi à s’échapper. Il n’a plus voulu retourner à la gare. Ces jours ont été marqués par la faim et l’angoisse.

Finalement, un adolescent a fini par l’emmener au poste de police. De là, il a été référé à un orphelinat où régnaient des règles très strictes. Des recherches pour trouver sa famille ont été menées, mais en vain.

Quelque temps plus tard, Saroo est entré dans un programme d’adoption et a eu la chance qu’une famille australienne veuille prendre soin de lui et d’un autre garçon indien qui manquait également de ressources. Sa vie a complètement changé lorsqu’il s’est rendu en Tasmanie avec ses nouveaux parents.

Saroo enfant dans le film Lion.

De retour à la maison

Saroo ne pouvait pas oublier ce passé qu’il avait laissé derrière lui. Il se souvenait encore de toute sa famille. À l’université, un groupe d’amis et sa petite amie ont décidé de l’aider à trouver une information cruciale : la ville d’où il venait. Pour ce faire, ils ont identifié les villes qui se trouvaient à 14 heures de Calcutta et ont effectué des recherches sur Google Earth.

Depuis, cinq ans se sont écoulés jusqu’au jour où Saroo a vu sur un écran un château d’eau qui lui semblait familier. Il a alors exploré les lieux voisins et les souvenirs de son enfance ont commencé à s’activer. Plus tard, il a reconnu une route et un pont. Il a sauté de joie à ce moment-là, parce qu’il était alors certain que cet endroit était son lieu d’origine.

Il est donc retourné dans sa petite ville pour trouver sa mère biologique, mais elle n’habitait plus au même endroit. Bien qu’il ait oublié sa langue maternelle, Saroo est parvenu à rassembler des informations et à trouver l’endroit où vivait sa mère.

Cette dernière, après l’avoir regardé pendant quelques minutes, l’a reconnu. Saroo dit que ces retrouvailles ont été le moment le plus heureux de sa vie. Il a finalement appris que son nom n’était pas “Saroo”, mais “Sheru”. Il ne savait pas comment le prononcer quand il était petit, et c’est pourquoi il disait Saroo. Le nom “Sheru” signifie “lion”.

Somavía, J. (2000). “Los niños perdidos. UNICEF: El desarrollo de las Naciones. Ginebra: UNICEF, 27-30.