Russian Doll : nihilisme contemporain et complexité

02 octobre, 2020
Russian Doll est une série amusante et divertissante qui contourne les conventions. La série rit de tout et peigne le modèle urbain actuel pour se plonger plus tard dans la complexité des personnages. Avec un certain humour noir et un fonctionnement en boucle, on découvre une histoire qui va du rire au surnaturel.

Russian Doll est l’un des derniers paris sur Netflix, une série mettant en vedette Natasha Lyonne qui fait également ses débuts en tant que comédienne aux côtés d’Amy Poehler et de Leslye Headland.

La série oscille entre satire, comédie et humour noir, mais elle aborde également des questions beaucoup plus profondes. La vérité est qu’après l’avoir vue, les sensations sont quelque peu étranges et déroutantes.

De courts épisodes qui gardent le rythme et fonctionnent en boucle attirent l’attention du spectateur. Lorsque vous regardez le premier épisode, vous ne savez pas si vous allez continuer ou non, si la bouche va perdurer ou encore si l’intrigue va prendre un tournant radical. Et c’est précisément ce qui vous invite à rester collé à l’écran : l’incertitude.

Nadia est une jeune New-Yorkaise qui vient d’avoir 36 ans. Elle est programmeuse, travaille dans le monde des jeux vidéo et a des problèmes de dépendance. Nous avons assisté à sa fête d’anniversaire, mais pas pour longtemps, Nadia décède subitement la même nuit.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, elle revient au point exact où tout avait commencé : sa fête d’anniversaire.

S’agit-il d’une boucle dans laquelle Nadia meurt et se relève constamment ? Oui, mais non, car Nadia se souvient qu’elle est décédée et fera face à diverses fins parallèles.

Malgré sa structure, la série révèle des informations et nous plonge dans différentes aventures en jouant constamment avec nos doutes. Dan le cadre d’une fête interminable et pleine d’humour, Russian Doll nous présente une aventure intéressante entre la vie et la mort.

Russian Doll : caractériser une société

Bien que sa promotion n’ait pas été l’une des plus remarquables, la vérité est que la série a déjà connu les applaudissements des critiques. Sur le site Rotten Tomatoes, chargé de collecter certaines des critiques les plus pertinentes, Russian Doll est déjà proche de 100 % d’approbation, un chiffre plus que significatif.

Russian Doll est un pari risqué qui s’inspire du surnaturel pour dessiner une réalité. La série se passe à New York, une ville emblématique qui a servi et sert de décor à d’innombrables séries et films.

Le modèle urbain, cosmopolite et une jeunesse tardive au pouvoir d’achat fort semble parfaitement s’intégrer dans cette ville. Et pour résider dans une ville comme New York, il faut plus qu’un emploi stable.

La “bohème” actuelle ne vit plus dans des appartements bon marché où vivent différents artistes. Maintenant, la créativité passe par d’autres endroits comme Internet ou les jeux vidéo. Et les excentricités, en quelque sorte, répondent à la consommation.

Cela peut être assez contradictoire. Cependant, ce que nous voyons dans la série répond à ce nouveau modèle de vie.

Loin d’autres séries, comme Sex in the city qui idéalisait cette vie de femmes modernes et indépendantes au pouvoir d’achat élevé, les femmes de Russian Doll s’éloignent du conventionnalisme.

Nadia est charismatique, fume de façon compulsive, prend de la drogue quand elle le peut et va rarement à son travail. Cependant, elle peut se permettre un appartement dans lequel elle vit seule et elle n’a pas de problèmes financiers.

Ses amies échappent également à la convention : entre orgies, fêtes et excentricités, elles voient passer la vie. Malgré le fait qu’elles soient adultes, nombre de leurs attitudes sont enfantines.

Un mode de vie qui frise le nihilisme, dans une ville trop effrénée et habitée par des gens qui, comme Nadia, trouvent du plaisir par les excès.

Le fait que les personnages fument, même si à première vue cela peut passer inaperçu, en tant que simple support de cette vision de la vie, est totalement révolutionnaire. Actuellement, on trouve difficilement des séries nord-américaines dans lesquelles le tabac acquiert un rôle pertinent et où un personnage est immédiatement associé aux cigarettes.

Le format en boucle entre la vie et la mort, les addictions et l’attitude des personnages peignent une société très actuelle, très réelle et renforcent l’idée du nihilisme.

Rien n’a trop d’importance, nous allons tous mourir et les conséquences de nos actions ne devraient pas nous inquiéter. Ainsi, les personnages adoptent une certaine attitude hédoniste envers la vie. Autrement dit, si demain ne m’inquiète pas, je peux fumer, me défoncer et me laisser aller.

Russian Doll, une série amusante qui contourne les conventions.

Nadia derrière l’armure

Toute cette image commence, en quelque sorte, à s’effriter au moment où Nadia est consciente que ses actions et ses décisions pourraient avoir des répercussions sur l’avenir.

La boucle va au-delà de la vie et de la mort pour finir par construire diverses réalités ou possibilités qui découlent des actions de Nadia. Si elle meurt et revient au point de départ, il y a sûrement quelque chose en suspens, quelque chose qui ne va pas du tout.

Nadia, comiquement, devra surmonter les pièges de la mort – des escaliers, aux voitures et aux fuites de gaz -, afin de rester en vie le plus longtemps possible et résoudre tous ses problèmes en suspens.

Ce qui semblait être une plaisanterie du destin commence à prendre tout son sens. Nous découvrons de nouvelles “couches” de Nadia pour enfin réaliser qu’elle n’est pas seule dans cette aventure particulière.

Les différents “réveils” rappellent fortement le film Groundhog Day et permettent au spectateur de se plonger dans la personnalité de Nadia.

Russian Doll, une histoire qui va du rire au surnaturel.

Le personnage présente certaines similitudes avec l’actrice qui la joue, la charismatique Natasha Lyonne. Lyonne a souffert de graves problèmes de dépendance et, comme Nadia, s’est retrouvée au bord de la mort à plusieurs reprises.

En réalité, les boucles servent à construire – ou à découvrir – les différentes couches qui composent le personnage du protagoniste : une série de conflits internes. Des voix du passé et des souvenirs ont fait des ravages sur la Nadia que l’on voit à l’écran.

Sous son excentricité, sa toxicomanie et son verbiage, elle cache bien plus. Nadia est instable et, comme l’indique le titre de la série, c’est une poupée russe. Son propre nom de famille, Vulvokov, évoque les racines russes.

L’idée de la poupée est associée à la matriochka. Les matrioshkas sont des poupées qui, à l’intérieur, cachent des répliques de plus en plus petites et parfois moins détaillées. Ces petites poupées se cachent dans une poupée beaucoup plus grande.

Nadia, en tant que matriochka, n’est pas seulement ce que nous voyons. Mais elle garde en elle un grand nombre de voix et de “petites Nadia” de son passé. Toutes ces “Nadia” sont en conflit et ne parviennent pas à dialoguer : ce groupe n’est pas capable de former une “Nadia” en harmonie.

Chacun des “réveils” de Nadia nous donne des indices sur son authenticité. Et c’est elle qui devra faire face à son passé pour retrouver cette harmonie.

En bref, Russian Doll est une série extrêmement divertissante, capable de nous faire voyager du tragique au comique en quelques secondes. On rit de tout. On se moque des apparences et on voyage dans la profondeur et la complexité de l’être humain.