Il est difficile de dire « salut » quand vous voulez dire « je t’aime »

1 juillet 2016 dans Emotions 0 Partagés

Selon une étude réalisée par Robert Grimes au Royaume-Uni, si la théorie que l’homme n’a jamais posé le pied sur la Lune était vraie, on l’aurait déjà mise à jour, simplement à cause du nombre de personnes impliquées.

Mais quand il s’agit de notre cœur et de dire “je t’aime”, c’est différent. Il n’y a pas autant de gens impliqués et il s’agit d’un sentiment profond et intime envers une autre personne que, peut-être par peur, nous ne montrons pas.

Peut-être que la relation s’est terminée et que nous continuons à aimer cette personne, peut-être que nous avons revu une personne après un certain temps et que nous nous sommes rendu compte que nous ressentions quelque chose, ou un ami ou une amie a fait naître chez nous un sentiment plus profond.

Ce sont des situations pour lesquelles nous disons “salut” alors que nous voudrions vraiment crier “je t’aime”, serrer dans nos bras, embrasser, sourire, passer du temps avec cette personne, la regarder simplement, et nous n’osons pas pour plein de raisons.

“L’amour est un mot trop faible pour décrire ce que je ressens pour toi. Je te âme, je te hume, je totem, je t’intime ! Je t’aime ! Avec deux m. Je dois inventer quelque chose pour pouvoir le dire.”
-Woody Allen, Annie Hall

L’incapacité de montrer ce qu’on ressent

Parfois, nous ne pouvons pas dire “je t’aime” par peur ou parce que nous nous sentons paralysés.

Peut-être que nos relations antérieures nous touchent et construisent une carapace autour de nous.

Il y a des cas plus extrêmes où les personnes sont affectées par un trouble appelé alexithymie.

IMAGE 2

L’alexithymie est un trouble neurologique qui empêche ceux qui en souffrent d’identifier des émotions et de les exprimer verbalement. Il existe différents degrés de ce trouble.

Le premier degré, qui a lieu parce que les structures neurologiques liées aux émotions sont endommagées.

Le second degré, qui se produit comme conséquence d’un traumatisme émotionnel grave ou à cause d’un désordre dans l’apprentissage émotionnel.

“Il n’y a pas de séparation pire que celle que nous n’avons jamais prévue.”
-Leunam-

Les personnes atteintes d’alexithymie sont incapables de dire “je t’aime” ou “pardon et ressentent un profond dégoût vis-à-vis d’elles-mêmes, car elles sont conscientes de leur incapacité à exprimer leurs propres sentiments envers d’autres personnes et elles se sent inutiles.

L’importance de montrer nos sentiments

La société en est arrivée à mépriser la manifestation de sentiments et d’émotions, mais nous devons considérer que le fait de ne pas les exprimer peut avoir des conséquences négatives chez les gens.

Pour cette raison, il est important d’apprendre à exprimer ce que nous ressentons dans tous les domaines de notre vie.

Beaucoup de gens ont été élevés depuis le plus jeune âge à ne pas montrer leurs émotions, à ne pas pleurer en public parce que c’est un signe de faiblesse, à se montrer soumises lors des conflits dans le but d’éviter des problèmes…

C’est-à-dire qu’on leur a appris à se refermer sur eux-mêmes.

IMAGE 3

Mais nous ne devons pas oublier que les sentiments contenus et non manifestés peuvent avoir plusieurs effets négatifs sur notre corps et sur notre cerveau comme la tension, l’anxiété, les maux de tête, les ulcères, l’asthme…

Un sentiment qui n’est pas exprimé est une bombe qui doit exploser d’une façon ou d’autre, et si nous ne l’exprimons pas, elle finira par se répercuter sur notre vie.

Cinq manières de dire “je t’aime”

“Te amo”, “I love you”, “Ti voglio bene”, “Ich liebe ditch” ou “T’estim”. Aimer est un sentiment universel.

Nous ressentons tous à un moment le besoin de prononcer ces mots, mais il existe une langue dans laquelle il n’y a pas aucun moyen sémantique possible de l’exprimer.

En vietnamien, il est impossible de dire “je t’aime”, et ce n’est pas parce que les Vietnamiens n’ont pas de sentiments, mais parce qu’ils ne trouvent pas les mots pour cela.

Pourtant, il existe plein de façons de dire “je t’aime”, parce qu’il ne s’agit pas seulement de dire, mais de démontrer qu’on aime quelqu’un, de dévoiler dans chaque geste cet amour envers une autre personne.

Voilà pourquoi nous vous proposons cinq manières de dire “je t’aime” sans prononcer un seul mot :

1. Conquête de chaque jour

Peu importe le temps qui s’est écoulé, il doit toujours y avoir une étincelle entre deux personnes, quelque chose qui rappelle à l’autre qu’on l’aime vraiment. Lui faire un café et lui porter au lit, lui laisser un mot doux pour qu’il le voie au réveil…

Il ne s’agit pas de grands gestes ou de cadeaux coûteux, mais d’exprimer ce que nous ressentons.

“Je t’aime sans savoir comment, ni quand, ni d’où,
Je t’aime directement sans problèmes ni orgueil :
Je t’aime ainsi car je ne sais aimer autrement.”
-Pablo Neruda-
IMAGE 4

2. Soyez de bonne humeur

Ne vous fâchez pas sans raison, souriez et respirez profondément. Prenez les choses avec humour et transmettez cet humour à votre conjoint.

Moquez-vous de lui, plaisantez, riez. Il n’est pas question de plaisanter et de raconter des blagues toute la journée, mais de voir les choses d’une autre manière, sous l’angle de la bonne humeur.

3. Serrez dans vos bras et embrassez

Depuis combien de temps n’avez-vous pas serré dans vos bras et embrassé quelqu’un ?

Nous avons tous besoin d’un câlin à un moment donné, mais nous pouvons aussi en faire. Offrez des câlins et des baisers, dites “je t’aime” avec vos bras et avec vos lèvres.

IMAGE 5

4. Respectez l’espace de l’autre

Dire “je t’aime” à quelqu’un d’autre peut se faire en lui laissant de l’espace, des moments pour faire des choses de son côté.

Aimer quelqu’un signifie avoir des choses en commun, mais aussi avoir des espaces chacun pour soi que l’on doit respecter avec honnêteté et sincérité.

5. Gardez le contact

Un “bonjour”, un “bisou”, un “comment vas-tu aujourd’hui ?” sont essentiels pour montrer de l’intérêt et prouver qu’une personne compte vraiment pour nous.

Il n’y a pas besoin de milliers de messages tous les jours, mais juste de faire savoir à l’autre que nous sommes là et que nous l’aimons.

A découvrir aussi