Qu'est-ce qu'un délit continu?

Les problèmes de concours surviennent chaque fois que les tribunaux doivent juger des situations complexes impliquant de multiples actions. Le délit continu prend donc tout son sens dans ce cadre.
Qu'est-ce qu'un délit continu?

Dernière mise à jour : 26 septembre, 2022

Le délit continu, entendu dans le cadre des concours en droit pénal, est un concept d’une certaine complexité. En fait, l’un des problèmes classiques de la justice pénale est la résolution des concours susmentionnés, qui peuvent être des délits ou des lois.

Les concours semblent résoudre des situations dans lesquelles le même acte criminel peut violer deux ou plusieurs articles du Code pénal ou des lois différentes. Il peut aussi arriver que le délinquant ait commis plusieurs fois le même crime. Par exemple, une personne qui vola cinq fois en un mois. Ou que deux crimes différents ou plus ont été commis en même temps. Par exemple, le viol et le meurtre.

Ainsi, les problèmes de concours surviennent chaque fois que les tribunaux doivent juger des situations complexes impliquant de multiples actions. Le délit continu prend tout son sens dans ce cadre.

Différencier concours de lois et concours de délits

délit continu

Nous le mentionnions précédemment, des règles spécifiques de résolution des concours sont nécessaires lorsque l’une de ces deux situations se présente.

En premier lieu, lorsque le fait peut être encadré par plusieurs dispositions, toutes applicables en apparence, nous sommes devant un concours de lois. Par exemple, tirer sur quelqu’un, de sorte que la tentative de meurtre ou le crime de blessures graves s’appliquent.

La résolution de ce concours a trait liée à la théorie de l’interprétation. Celle-ci consiste à identifier quelle norme s’ajuste le plus exactement à l’acte commis, en excluant les autres.

D’autre part, il y a concours de délit chaque fois qu’une ou plusieurs actions violent simultanément plus d’un précepte criminel, ou plusieurs fois le même, donnant lieu à plusieurs délits. Dans ces cas, il existe des règles spécifiques d’application de la peine qui varient selon le délit en cause (réel, idéal ou médial).

Le délit continu : en quoi consiste-t-il ?

Il peut arriver qu’une personne accomplisse plusieurs actes donnant lieu à des infractions pénales différentes, mais que, du fait du lien existant entre ces actes, ils soient légalement considérés comme un seul délit – continu – et sanctionnés par une peine unique.

Ainsi, il s’agit de regrouper en un seul crime une série d’actes homogènes qui s’exécutèrent à des moments différents, mais obéissant à une unité de résolution criminelle (le même type de crime).

Ce chiffre, réglementé au CP art.74, est issu du concours réel avec un double objet :

  • D’une part, il vise à lutter contre la sévérité excessive des peines en cas de récidive. Historiquement, la peine de mort pouvait se prononcer par cumul des peines pour des délits mineurs.
  • D’autre part, il servit également à surmonter certains des inconvénients du système légal d’accumulation typique de la concurrence réelle. Notamment dans les délits patrimoniaux.

Il convient de mentionner que, bien que l’infraction continue soit pleinement établie dans notre droit -elle l’était déjà avant sa réglementation expresse dans le Code pénal, telle qu’elle a été acceptée par la jurisprudence-, elle reste une figure controversée. Une partie de la doctrine le considère comme une figure inutile et inquiétante du régime ordinaire des concours.

Exigences en matière de délit continu

délit continu

Afin de déterminer l’existence d’un délit continu, une série d’exigences (objectives et subjectives) doivent être connues :

  • En premier lieu, le même auteur (dans n’importe laquelle des formes de paternité) doit avoir commis une pluralité d’actes ou d’omissions délictueux. Bien que cela n’empêche pas l’intervention de tiers, seulement dans certaines des infractions.
  • Ces actes doivent entraîner l’infraction d’un même ou de plusieurs préceptes criminels de même nature.
  • Il doit y avoir un élément de liaison entre les actions. Comme s’ils s’inscrivaient tous dans un plan préconçu ou s’effectuaient en profitant de la même occasion, ce qui nécessite une certaine connexion spatio-temporelle.
  • La victime peut être la même personne ou quelqu’un de différent dans les diverses violations.

Il est important de noter que les crimes contre les biens éminemment personnels sont exclus de la continuité. Ils ne peuvent constituer un crime continu, à l’exception de ceux qui menacent l’honneur et la liberté et l’indemnité sexuelles qui affectent le même sujet passif.

La jurisprudence était initialement réticente à accepter la continuité pénale dans les crimes sexuels. Elle est toutefois aujourd’hui appliquée sans problème.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Le cœur de l’oignon, une histoire sur la justice
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Le cœur de l’oignon, une histoire sur la justice

Découvrez cette histoire sur la justice illustrée par l'oignon qui explique pourquoi il est important d’apprendre à observer la nature.