Qu'est-ce que l'effet Vénus ?

Qui regarde la Vénus du miroir dans les tableaux de Velázquez ou Véronèse ? Elle-même ? Nous ? Le reflet du peintre ? Nous vous parlons ici de l'effet Vénus.
Qu'est-ce que l'effet Vénus ?

Dernière mise à jour : 18 août, 2021

Si vous vous êtes déjà demandé pourquoi de nombreux artistes utilisent les miroirs dans leurs tableaux, sachez que ce n’est pas par hasard. Les effets d’optique dans les œuvres d’art ont toujours été, et sont encore, une ressource très utilisée. Grâce à eux, les artistes cherchent à stimuler nos sens pour que nous fassions encore plus attention à leurs œuvres ; l’une de ces ressources porte le nom d’effet Vénus.

Il s’agit d’une ressource technique qui a réussi à transcender et à aller au-delà du simple fait de créer une impression en faisant partie de la dénommée psychologie de la perception. C’est une façon qu’avaient les artistes de manipuler n’importe quel observateur afin de créer une perception erronée sur quelque chose.

En effet, ce que nous voyons se refléter dans un miroir n’est pas toujours ce que l’on pense ou ce que nous nous attendons à voir. Qu’est-ce que l’effet Vénus, exactement ?

« Je sais que les miroirs nous donnent une fausse sensation de confiance. Le reflet que nous voyons tous les jours n’a rien à voir avec la façon dont les autres nous voient. Le verre ment. »

– Rasmenia Massoud –

Un miroir.

Surestimer ce que nous voyons dans un miroir

Les miroirs sont, en soi, des objets très particuliers, inspirateurs de reflets et déclencheurs de mystères. Nous nous voyons dedans au quotidien, et nous voyons aussi notre environnement.C’est précisément dans ce reflet que réside une bonne partie de son énigme ; les apparences sont trompeuses, et nous autres êtres humains avons quelques croyances erronées sur cet objet aussi simple et quotidien qu’est le miroir.

Au final, notre compréhension de sa physique et de son fonctionnement est un peu défectueuse. Du moins, c’est ce qui est mis en avant dans une étude publiée dans la Revue Européenne de Psychologie Cognitive (The tendency to overestimate what is visible in a planar mirror amongst adults and children) sur la tendance humaine à surestimer ce qui est visible dans un miroir.

Apparemment, nous anticipons notre reflet dans l’image, avant même d’être face au miroir. En d’autres termes, nous développons des hypothèses et des perceptions au sujet de ce que nous voyons ou pas.

Selon cette étude, cela est connu sous le nom d’erreur précoce : au lieu de comprendre l’importance du point de vue, nous avons tendance à croire que le miroir ne peut que refléter la partie de la pièce qui est aussi large que le miroir. Un concept un peu ambigu qui fait référence à la taille de ce qu’un miroir projette.

Plusieurs études se sont intéressées à ce phénomène. L’une d’elles, publiée dans le NIH (National Library of Medicine), assure que les artistes manipulent délibérément les images pour créer l’impression que nous avons lorsque nous nous regardons dans le miroir. Certains chercheurs ont suggéré que les têtes des Vénus dans les miroirs sont trop grands par rapport à la taille de leurs visages.

« Nous ne voyons que ce que nous voulons voir ; nous n’entendons que ce que nous voulons entendre. Notre système de croyances est comme un miroir qui nous montre seulement ce que nous croyons. »

– Don Miguel Ruiz –

Vénus au miroir, Titien.

Qui les Vénus observent-elles ?

L’effet Vénus est une représentation visuelle d’un miroir dans laquelle le reflet regarde dans notre direction au lieu de renvoyer vers la protagoniste du tableau en question. Cet effet très curieux était utilisé par des artistes comme Velázquez dans La Vénus à son miroir, Titien dans Vénus au miroir ou Véronèse dans Vénus au miroir.

De la même façon, la compréhension que nous avons des reflets dans les miroirs des tableaux est toute aussi erronée et défectueuse. Au final, l’effet Vénus fait référence à l’égocentrisme, celui consistant à croire que ce que le sujet d’un tableau voit dans le miroir est semblable à ce que voit l’observateur.

L’idée la plus commune est de croire que les Vénus regardent leur propre reflet. La seconde tendance consiste à penser qu’elles nous regardent nous. Or, aucune de ces idées n’est correcte : en réalité, elles regardent le reflet du peintre. Les études concluent que, si les artistes avaient réellement peint ces images telles qu’ils les voyaient, l’effet aurait pu être moins réaliste.

Cet effet surprenant a été utilisé dans différentes formes d’art, comme le cinéma et la télévision. Au-delà de tout cela, il génère une fausse perception, crée des émotions et nous fait réfléchir sur le degré de réalité ou de véracité de ce que nous voyons dans un tableau et dans un miroir.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le syndrome du miroir
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Le syndrome du miroir

Nous allons vous expliquer comment surmonter le syndrome du miroir, qui se rapporte à des comportements en lien avec votre propre image, que vous d...