Qu’est-ce que la conscience ? Le mystère de notre cerveau « quasiment » résolu

· 17 décembre 2018
Et vous, comment définiriez-vous la conscience ?

Qu’est-ce que la conscience ? Les scientifiques et philosophes se sont posés la même question pendant des décennies. La conscience se place au-dessus de ce que nous expérimentons : c’est le plaisir de ce câlin venant de la personne que nous aimons, c’est la douceur de cette glace à la fraise qui nous plaît tant, c’est la douleur d’une rupture affective, c’est la curiosité insondable que nous ressentons en regardant les étoiles, c’est la peur de mourir et c’est le bonheur.

La conscience est tout. Comme l’a affirmé Descartes à son époque, c’est la propriété essentielle de l’esprit. Tout ce qui se passe dans la conscience, que cela soit des pensées, des désirs, des volontés ou des réflexions, est ce qui donne naissance à la manière d’être et aux fondations particulières à chaque individu.  Tous ces processus définissent donc ce que le philosophe australien David J. Chalmers définit comme les explications simples.

« La conscience est la voix de l’âme, celle des passions et du coeur. »

-William Shakespeare-

Chaque chose que nous voyons et ressentons est captée par notre esprit conscient. Ce dernier l’interprète, la traite et il est même capable de la verbaliser. Cependant, cette explication complexe intervient plus tardivement. Les communautés scientifique et philosophique ne semblent pas encore avoir trouvé un point d’accord concernant cette seconde explication. Comment nos sens, nos neurones et nos processus chimiques donnent-ils lieu à cette entité si distinctive que nous appelons tous conscience ?

William James, qui en plus d’être reconnu en tant que psychologue était également philosophe, affirma que la conscience serait en réalité conformée par trois « moi » différenciés. Le cerveau serait chargé de les délimiter sur la base de chaque chose expérimentée de manière consciente. Ainsi, selon James, nous aurions tous un moi matériel, un moi social et un moi spirituel.

Comme nous pouvons le voir, les défis, propositions et théories dirigées vers l’explication de la conscience n’ont jamais cessé d’apparaître. Cependant, il convient de signaler le fait que la neuroscience fait de grands progrès sur la délimitation exacte de cette dernière et sur sa localisation. Voyons plus d’information en suivant. 

la conscience et le cerveau

La conscience, qu’en dit la Science ?

Pour commencer, il convient de signaler le fait que la conscience n’est pas la même chose que la sensibilisation. Certains font cette erreur, c’est pourquoi il est important de délimiter chaque aspect. Elle est la capacité de la majorité des êtres vivants à percevoir la réalité et à se reconnaître en elle. La sensibilisation quant à elle est uniquement liée à l’aspect moral, à ce qui est bien ou mauvais sur la base d’un code social.

Il est également intéressant de parler de cette idée qui est tant évoquée dans l’actualité : le besoin d’être conscient, de prendre conscience. Ce message très récurrent dans le domaine du développement personnel et la spiritualité ont également des nuances. En réalité, notre conscience est toujours réceptives, il est impossible de ne pas percevoir par exemple la douleur associée aux dents de sagesse, la fraîcheur de l’herbe juste coupée ou l’approche d’un orage

En 2012, un groupe de scientifiques de l’université de Cambridge réalisa une avancée concernant l’étude de la conscience en affirmant le fait que cette faculté n’est pas exclusive à l’être humain. Les animaux ont également cet attribut. Cela fut spécifié dans ce que l’on connaît comme La déclaration de Cambridge sur la conscience. 

Ainsi, des neuro-scientifiques reconnus tels que le docteur Philip Low de l’université de Harvard, indiquèrent qu‘il est grand temps de séparer l’aspect spirituel du concept de conscience. La neuroscience nous offre enfin des réponses révélatrices et fascinantes sur le sujet. Approfondissons.

la conscience dans le cerveau

La conscience est le résultat de notre complexité cérébral et de nos interactions

Fritjoj Capra est un physicien de l’Université de Vienne qui a écrit un livre intitulé The web of life. Dans ce travail, il explique que le degré de conscience de soi d’un organisme est basé sur ses interactions avec l’environnement par le biais du cerveau. Chaque fois que nous percevons quelque chose, que nous ressentons, que nous voyons, que nous établissons une relation, une conclusion, que nous apprenons, que nous expérimentons quelque chose, notre conscience se construit peu à peu.

Une question importante

Un instant arrive où ces millions de synapses et pulsions nerveuses atteignent un seuil où se produit l’entité que nous appelons conscience et qui définit les êtres humains et les animaux. Sachant cela, certains se posent la question suivant : Un ordinateur ou l’intelligence artificielle peuvent-ils finir par avoir une conscience si nous leur faisons expérimenter des choses quotidiennement ? Antonio Damasio, neuro-scientifique connu, nous affirme que non. Cela ne sera jamais possible car les machines n’ont tout simplement pas d’émotions.

De plus, une étude intéressante menée par le physicien Roger Penrose et le médecin anesthésiste Stuart Hameroff nous signale certains aspects pour le moins intéressantes. Selon les deux experts, la conscience serait une propriété inhérente à tout système biologique, à tout être vivant. C’est le résultat de certains changement importants ayant eu lieu dans nos circuits neuronaux et dans les microtubules. Ces derniers génèrent peu à peu une structure déterminée formée par des millions d’instants, on l’appelle la proto-conscience. 

Où se trouve la conscience ?

René Descartes affirmait que le siège de la conscience se trouve dans la glande pinéale. Cette petite structure localisée dans le centre de notre cerveau lui sembla être l’endroit idéal pour l’accueillir. Cependant, les scientifiques nous affirment quelque chose de très différent. L’université de Harvard publia les premières pistes d’une étude dans la revue Neurology.

 

Ainsi, le fils de l’un des scientifiques qui a participer à la réalisation et la promotion de ce travail écrivit un article très complet dans Psychology Today das lequel nous pouvons dire que ce lieu où se concentrent tous les processus qui configurent notre conscience correspond en réalité à trois régions : 

  • La pontine dorsolatérale rostrale du tronc encéphalique
  • L’insula antérieure ventrale gauche
  • Le cortex cingulaire antérieur pré-génénuel

Aujourd’hui, cette recherche est encore en cours sous le nom de Connectome Proyect. L’une de ses finalités sera par exemple de redonner conscience aux patients en état végétatif ou dans le coma. Cela permettra de les faire revenir à la réalité et de le faire avec toutes leurs facultés. C’est un défi exceptionnel que la science va surmonter et à propos duquel il faut espérer des résultats.