Quel type de thésauriseur numérique êtes-vous ?

La numérisation de la vie a changé nos habitudes. Téléphones portables, tablettes et ordinateurs sont nos authentiques appendices quotidiens ; nous les aimons et les détestons, ils nous conditionnent et, à leur tour, la façon dont nous les utilisons définit notre personnalité. Cette interaction constante entre l'homme et la machine apporte de nouveaux phénomènes dignes d'intérêt.
Quel type de thésauriseur numérique êtes-vous ?
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 22 janvier, 2023

Par exemple, faites-vous partie de ceux qui accumulent les emails dans votre boîte de réception depuis des temps immémoriaux ? Ou avez-vous une obsession particulière pour libérer de l’espace et supprimer au plus vite tout ce qui ne vous intéresse pas ? Aussi frappant que cela puisse nous paraître, ce qui se trouve dans notre corbeille en dit long sur nous.

Il y a ceux qui ne suppriment rien et il y a ceux qui suppriment tellement qu’ils détruisent même des documents et des photos qu’ils regrettent plus tard. Notre caractère et nos traits de personnalité se reflètent dans cet univers numérique. À tel point que la science a défini quatre modèles d’utilisateurs de technologies parmi lesquels, sûrement, nous nous identifierons.

La thésaurisation numérique, c’est-à-dire la tendance à l’accumulation d’applications ou de dossiers sur notre mobile ou notre ordinateur, montre généralement une certaine tendance à l’anxiété.

Homme regardant le mobile symbolisant le thésauriseur numérique
Chacun de nous manipule son contenu numérique de manière différente et cela révèle sa personnalité.

Le thésauriseur numérique et ses quatre types

L’Université de Northumbria a publié une étude en 2020 qui a eu un impact considérable. Il nous a parlé d’un nouveau terme qui définit très bien le comportement de l’être humain en ce siècle. Nous sommes devenus des thésauriseurs numériques, c’est-à-dire des personnes qui accumulent sur leurs appareils électroniques un grand nombre d’applications, de données, de fichiers et de photos dont elles n’ont pas toujours besoin.

Il y a un fait curieux qui ne cesse d’appeler notre attention. Avec l’avènement de la technologie, bon nombre de nos étagères sont restées vides. Nous avons cessé d’acheter des classeurs et des albums photo car nos disques durs peuvent maintenant accumuler des tonnes d’informations qui remplissaient l’espace dans nos maisons.

Par exemple, nous pouvons avoir une bibliothèque entière sur notre ordinateur avec des centaines de livres. Il est même possible d’arrêter d’acheter des disques et d’opter chaque jour pour une playlist Spotify selon notre humeur. La technologie a libéré nos espaces physiques pour en faire des accumulateurs numériques, c’est-à-dire des accumulateurs d’informations numériques.

Cela a permis à la science de nous diviser en quatre types de thésauriseur. Et soyez prudent, car les experts ont même détecté des comportements vraiment pathologiques. Par exemple, les gens qui achètent des dizaines de disques durs parce qu’ils n’osent supprimer aucun fichier, aucune photo…

Tout ce qui ne génère pas de joie, de bien-être virtuel, ou qui nous est utile doit aller à la poubelle virtuelle.

1. Le thésauriseur numérique avide

“Je ne supprime pas ça au cas où.” Vous vous identifiez ? Eh bien, la vérité est que le trouble de la thésaurisation compulsive, décrit dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5), peut être assimilé au thésauriseur numérique. Il est vrai qu’un tel comportement n’a pas encore été inclus en tant que catégorie diagnostique, mais de nombreux psychologues et psychiatres observent des comportements problématiques.

Derrière le thésauriseur numérique le plus obsessionnel se cache l’anxiété. Ce sont des gens qui ont peur de supprimer un fichier ou une photo à cause de ce qui pourrait arriver. Parfois, il peut aussi y avoir un déclencheur émotionnel (je ne peux pas supprimer les photos de mon fils, même si j’en ai 200 qui se ressemblent exactement).

De même, cette réticence à effacer tombe souvent dans des explications totalement irrationnelles. Ils conservent des e-mails et des documents vieux de plusieurs décennies, selon eux, pour ce qui peut arriver. Cependant, leurs justifications n’ont pas toujours de sens. Cela les oblige à acheter des disques durs et à payer divers serveurs pour avoir plus d’espace.

2. Le thésauriseur numérique obéissant

Le thésauriseur numérique obéissant est typique des environnements de travail. Ce phénomène apparaît lorsqu’au travail on nous demande de ne supprimer aucun fichier ou e-mail, au cas où cela serait utile plus tard. Il est vrai que parfois, pour diverses raisons, il peut être utile de disposer de certains mails ou de certaines informations pour justifier certaines actions.

Cependant, ce que nous disent les experts en productivité et en protection des données, c’est que plus nous accumulons de fichiers, plus notre travail sera lourd et plus nous serons exposés aux cyberattaques.

L’anxiété peut aussi nous transformer en thésauriseurs numériques. Un exemple de ceci est de conserver une grande quantité d’espace virtuel pour les photos et les données que nous ne supprimons pas de peur de ce qui pourrait arriver.

3. Le thésauriseur numérique paresseux

Nous avons sûrement tous l’ami classique qui, lorsqu’il ouvre son ordinateur portable, voit que tout l’écran est occupé par des dossiers. Il y a tellement de programmes et de fichiers qu’il accumule que ce facteur affecte même les performances de l’ordinateur lui-même. La même chose se produit avec de nombreux mobiles, il y a parfois tellement d’applications qu’il est difficile de trouver rapidement ce dont on a besoin.

Le thésauriseur numérique paresseux est celui qui ne commande pas, qui ne supprime pas ce dont il n’a plus besoin par paresse, et qui ne se soucie pas non plus de prendre soin de la technologie et des données qu’il utilise.

4. Le collectionneur numérique

Nous avons tous nos propres hobbies, passions et intérêts. Maintenant, grâce à la grande quantité de contenu en ligne auquel nous avons accès, collecter ce que nous aimons est plus facile que jamais. Nous pouvons avoir des dizaines de disques durs avec nos films et livres préférés, avec des images de nos œuvres d’art préférées, avec des acteurs et des artistes que nous adorons.

Cependant, il y a ceux qui poussent cette pratique à l’extrême de l’obsession, au point d’accumuler de grandes quantités d’informations sur un ou plusieurs sujets. Il s’agit d’un phénomène nouveau qui doit encore être étudié plus en profondeur, mais qui attire déjà l’attention des experts.

Esprit connecté à un mobile symbolisant le thésauriseur numérique
La bonne utilisation et gestion de nos dossiers en ligne favorise également notre santé mentale.

Téléphone ordonné, esprit ordonné

Nous accumulons tous des dizaines de gigaoctets avec des photos de nos enfants, amis, famille ou animaux de compagnie, par exemple. C’est vrai qu’on est un peu mal à l’aise de les supprimer, parce qu’en le faisant, c’est comme si on les supprimait. Cependant, aussi curieux que cela puisse nous paraître, la bonne gestion de nos informations et données numériques impacte également notre santé mentale.

Il n’y a pas si longtemps, nous disions qu'”une maison bien rangée est comme un esprit bien rangé”. Désormais, on peut dire la même chose de nos appareils : “un téléphone ou un ordinateur avec toutes les informations bien gérées, reflète un esprit ordonné”. Car derrière ceux qui accumulent et craignent de supprimer le moindre fichier, il peut y avoir une forte angoisse.

La thésaurisation numérique excessive ne décrit actuellement aucun trouble clinique, mais il est possible qu’elle soit bientôt incluse dans les manuels de diagnostic. Nous devenons une société qui stocke des tonnes d’informations dont elle n’a pas besoin de peur de les supprimer.

Cela se traduit par la création de millions de serveurs dans le monde qui, comme des fermes, sauvent nos vies et nos données en consommant une grande quantité d’électricité. Gardons cela en tête, effacer parfois libère et assainit nos vies. Cela aide également la planète elle-même.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quand les réseaux sociaux augmentent-ils le risque de dépression ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Quand les réseaux sociaux augmentent-ils le risque de dépression ?

Les personnes qui utilisent constamment les réseaux sociaux sont plus susceptibles de développer une dépression selon une étude.



  • Mckellar, Kerry & Sillence, Elizabeth & Neave, Nick & Briggs, Pamela. (2020). There Is More Than One Type of Hoarder: Collecting, Managing and Hoarding Digital Data in the Workplace. Interacting with Computers. 32. 10.1093/iwc/iwaa015.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.