Comment les nouvelles technologies aident au traitement de la psychose

La technologie est entrée dans nos vies pour y rester et de nouvelles formes d'intervention numérique dans différents troubles en tirent profit. Dans cet article, nous vous parlerons de quelques initiatives réussies à cet égard.
Comment les nouvelles technologies aident au traitement de la psychose

Dernière mise à jour : 22 novembre, 2022

Actuellement, nous assistons à un développement technologique extraordinaire. Après tout, qui n’a pas un smartphone ou un ordinateur à portée de main ? Les interventions psychologiques exploitent également ces technologies comme aide à la thérapie.

Pour mieux comprendre le contenu de cet article, il faut s’arrêter sur la définition de la psychose ; en effet, les expériences psychotiques ont suscité beaucoup d’intérêt tout au long de l’histoire de l’humanité. La psychose est un recueil hétérogène d’entités cliniques aux manifestations et évolutions différentes.

« De temps en temps, une nouvelle technologie, un vieux problème et une bonne idée deviennent une innovation. »

-Kamen-

Que sont les psychoses ?

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les psychoses sont un groupe de troubles qui partagent une série de caractéristiques nucléaires appelées expériences psychotiques :

  • Délires persistants de toutes sortes, qui peuvent être de la jalousie, de la grandeur, du nihilisme et autres.
  • Distorsions dans l’expérience du soi, telles que des expériences de passivité, d’insertion de pensée ou de vol de pensée.
  • Hallucinations persistantes sous n’importe quelle modalité (visuelle, auditive, tactile, kinesthésique).
  • Désorganisation dans la forme de pensée. Le langage peut sembler décousu, comme une salade de mots, ou vous pouvez créer des mots avec leur propre sens, des néologismes, entre autres manifestations de la pensée.
  • Des symptômes négatifs peuvent survenir, qui sont ceux qui apparaissent par défaut de quelque chose qui devrait être normal. Une anhédonie ou une incapacité à éprouver du plaisir peut apparaître, ainsi que l’aplatissement des expériences émotionnelles.
  • Le comportement devient bizarre : comportement excentrique, sans but ou inapproprié.
  • Des comportements psychomoteurs altérés tels que l’agitation, l’agitation catatonique ou des postures anormales peuvent apparaître.
homme atteint de schizophrénie
Certaines applications pour la psychose aident à prévenir les rechutes.

Il est compréhensible que, lorsqu’on parle de psychose, la première maladie qui vienne à l’esprit soit la schizophrénie. C’est tout à fait normal, puisqu’il s’agit de l’entité clinique la plus répandue à travers le cinéma, l’art ou les livres… Mais existe-t-il une psychose au-delà de la schizophrénie ? La réponse est un grand oui :

  • Le trouble schizophréniforme est comme une schizophrénie de courte durée. Les caractéristiques psychotiques durent pendant au moins un mois, mais durent moins de 6 mois. Il se produit cinq fois moins souvent que la schizophrénie.
  • Le trouble schizo-affectif est celui dans lequel les critères diagnostiques de la schizophrénie sont remplis, avec un épisode dépressif, maniaque ou mixte qui apparaît de façon simultanée. L’ensemble du cadre doit durer au moins quatre semaines. Ce trouble touche davantage le sexe féminin et a généralement un meilleur pronostic que les précédents.
  • Le trouble délirant implique le développement d’idées délirantes pendant au moins trois mois (en général, beaucoup plus longtemps) et se produit en l’absence de dépression ou de manie. Les hallucinations sont normalement absentes dans ce trouble ; si elles apparaissent, elles sont généralement directement liées au délire.

Par exemple, un patient peut avoir un délire de persécution dans lequel des ovnis veulent le kidnapper pour faire des expériences sur lui. Une hallucination possible spécifiquement associée à ce délire serait d’entendre des bruits étranges à la maison.

  • Un trouble psychotique aigu et transitoire survient lorsque des symptômes psychotiques surviennent dans un court laps de temps, en particulier dans les 2 semaines. Sans rien pour alarmer ce qui est à venir, des hallucinations, des délires et une pensée désorganisée apparaissent. Il est également plus fréquent chez les femmes.

Maintenant que nous avons brièvement passé en revue les différentes psychoses et ce qui les caractérise, nous allons mieux comprendre comment les nouvelles technologies aident à leur traitement.

Nouvelles technologies dans le traitement de la psychose

Combien de fois par jour utilisez-vous votre téléphone portable ? Combien de WhatsApps avez-vous envoyé l’année dernière ? C’est un fait que nous ne pouvons ignorer : la technologie nous entoure de plus en plus. Dans le domaine qui nous amène aujourd’hui, la technologie aide beaucoup à mieux comprendre et aider les personnes qui souffrent d’un trouble psychotique, entre autres parce que :

  • Elle permet de toucher un plus grand nombre de personnes ; ce sont des traitements plus accessibles.
  • Les nouvelles technologies aident à prévenir les rechutes grâce au fait que le contact soit plus rapide et plus direct à travers elles.
  • Elles contribuent à fournir des informations qui facilitent l’adhésion aux traitements.
  • Tout ce qui précède peut favoriser le bien-être, réduire l’isolement social et favoriser le rétablissement.

Télépsychologie

La télépsychologie consiste en l’adaptation de la thérapie traditionnelle en consultation physique, en vidéoconférence ou par téléphone. Parmi les avantages qu’elle entraîne, nous retrouvons les économies de frais de déplacement ou de stigmatisation que l’on associe encore aux consultations de santé mentale aujourd’hui.

Cette modalité thérapeutique accorde la capacité d’offrir une aide immédiate lorsqu’il est vital de la recevoir. De plus, des études soulignent que ce type de thérapie, lorsqu’il est effectué correctement, est une option valable et fiable.

Interventions basées sur des SMS

La vitesse de développement de la technologie signifie que les interventions numériques peuvent également devenir obsolètes. C’est le cas des interventions par SMS. Cependant, on continue à les utiliser car ils permettent au patient d’accéder à de petits rappels qui l’aident, par exemple, à prendre ses médicaments.

ITAREPS est un exemple de ce type d’intervention : après avoir rempli un petit questionnaire, il prévient le psychiatre pour établir un contact s’il s’agit d’une situation à risque. ITAREPS est un programme de prévention des rechutes.

Homme inquiet avec mobile
Bien qu’il existe un grand nombre d’applications axées sur le traitement de la psychose, leur efficacité n’a pas encore été étudiée.

Applications pour smartphones et tablettes

Il existe une grande variété d’applications pour intervenir dans la psychose, mais leur mise en œuvre dans la pratique clinique ne bénéficie pas encore de beaucoup de preuves empiriques pour soutenir cette modalité thérapeutique. En effet, la technologie se développe plus rapidement que la recherche sur son efficacité.

Cependant, nous savons que le taux d’adhésion aux applications est très élevé, que les patients les utilisent énormément et qu’aucun événement indésirable n’a été signalé à ce jour en raison de leur utilisation. Parmi les applications les plus remarquables, nous pouvons trouver :

  • ClinTouch. C’était la première application pour la psychose. Sa fonction principale est que les patients puissent enregistrer in situ les symptômes qu’ils ressentent.
  • Focus. Il s’agit d’une application conçue pour proposer des « interventions autoguidées » dans le but d’améliorer la prise de médicaments, de favoriser le fonctionnement social et de surveiller les troubles de l’humeur, les hallucinations ou les problèmes liés au sommeil.
  • Well-Wave est une application axée sur l’amélioration de la santé physique. Son principal objectif est de promouvoir une activité physique accrue chez les patients présentant un trouble psychotique.

« Compte tenu des limites du traitement des personnes atteintes de psychose, l’utilisation des technologies de l’information et de la communication comme adjuvants au traitement traditionnel est particulièrement suggestive dans le cas des jeunes atteints de psychose. »

-Álvarez-Jimenez-

Ces dernières années, la mise en œuvre de nouvelles technologies dans le traitement de la psychose, en complément du traitement habituel, s’est faite sous différents formats et avec différents contenus pour aider au rétablissement des personnes atteintes de psychose. Bien que les études d’efficacité montrent des résultats satisfaisants, elles sont encore trop préliminaires, ce qui souligne l’importance de poursuivre les recherches dans cette voie.

Cela pourrait vous intéresser ...
13 signes subtils de psychose : au-delà des hallucinations
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
13 signes subtils de psychose : au-delà des hallucinations

Découvrons les signes subtils de la psychose, ceux qui font partie des symptômes psychotiques mais qui passent généralement inaperçus.



  • Pedrero, F. E. (2022). Tratamientos psicologicos para la psicosis.(psicologia). Piramide.
  • Cabas-Hoyos, K. (2020). Eficacia de la Telepsicología en intervenciones del área clínica y de la salud: una revisión sistemática de la literatura. Revista Iberoamericana de Psicología, 13(3), 92-101.
  • Javier, B., & Andy, C. (2022). Aplicabilidad de la telepsicología como opción de atención a pacientes con afectaciones psicológicas (Bachelor’s thesis, Universidad Nacional de Chimborazo).