Les neurosciences derrière les mauvais comportements des enfants

Le corps d'un enfant subit des changements physiques, et certains d'entre eux ne sont pas très évidents. Au sein de ce groupe se trouve une bonne partie de ceux qui se produisent dans le cerveau. Ci-dessous, nous expliquons ce qui s'y passe à l'intérieur et pourquoi l'enfant se comporte mal.
Les neurosciences derrière les mauvais comportements des enfants

Écrit par Mariana Arias

Dernière mise à jour : 08 décembre, 2022

Face aux mauvais comportements de nos enfants, nous nous demandons souvent pourquoi ils se comportent ainsi. Que cache-t-il sous ces mauvais comportements ? Comment parvenir à les minimiser? Nous vous expliquons ci-dessous ce que cachent ces comportements inappropriés.

Les mauvais comportements peuvent avoir de nombreuses raisons, comme un besoin affectif qu’il faut couvrir ou des circonstances d’origine biologique. Autrement dit, ce n’est pas quelque chose que “nous faisons mal”, mais une situation qui vient de la génétique. Il existe de nombreuses sciences qui étudient cette relation entre le comportement et la biologie. Parmi elles, les neurosciences.

Les neurosciences sont l’une des disciplines en charge de l’étude du cerveau et du système nerveux. En son sein, on retrouve les neurosciences cognitives. Elles sont responsable des processus biologiques à la base de notre fonctionnement cognitif. Autrement dit, la pensée, la mémoire, la façon dont nous prenons des décisions et, souvent, dont nous agissons.

Mais alors que disent les neurosciences des mauvais comportements des enfants ? Il est cependant important de comprendre d’abord un peu comment fonctionne le cerveau.

comportements enfants
Chez les enfants, le cortex préfrontal, qui est responsable des processus cognitifs tels que le raisonnement et la prise de décision, le fait de mûrir.

Les zones du cerveau et leurs fonctions

Avant d’expliquer comment le cerveau influence le comportement, nous allons passer en revue les différentes zones qui le composent et le fonctionnement de chacune d’entre elles.

Le cerveau, étant un organe très complexe, divise généralement ses différentes fonctions par domaines. C’est-à-dire que, comme s’il s’agissait d’une entreprise et par département, il existe un “service” pour chaque demande.

Un exemple pour mieux le comprendre : si vous vous blessez, cette information parvient au cerveau et le “service” en charge vous fait ressentir de la “douleur” et la communique à d’autres zones du cerveau afin qu’elles gèrent cette situation.

Ensuite, nous expliquerons comment fonctionnent certaines régions de notre cerveau :

  • Le cortex préfrontal : il est responsable de l’attention, de la planification, de l’autorégulation, de l’orientation du comportement, ce qu’on appelle : les fonctions exécutives.
  • Le lobe pariétal : toucher, pression, équilibre ou coordination.
  • Lobe occipital : traitement visuel.
  • Lobe temporal : tâches visuelles complexes, traitement auditif, régulation des émotions et motivation.
  • Cervelet : exécution de mouvements précis, équilibre, posture et apprentissage moteur.
  • Zone de Broca et Wernicke : production et compréhension du langage.

Il convient de préciser que bien que chaque lobe ait sa spécialisation, cela n’implique pas qu’ils fonctionnent individuellement. Au contraire, chaque région communique avec les autres pour donner une meilleure réponse au stimulus.

Que faire si l’une de ces zones échoue?

Dans de nombreux cas, la défaillance de certaines de ces régions, qu’elle soit acquise (un accident de voiture, une chute sévère, etc.) ou congénitale (née avec ce problème ou cette difficulté), peut entraîner des troubles du comportement.

Généralement, les troubles du comportement sont liés à une hyperactivité générale et à des changements émotionnels brusques tels que : désinhibition, impulsivité, irritabilité, agitation psychomotrice, agressivité, apathie, initiative réduite et manque de motivation.

Cerveau des enfants

Pour expliquer certains des mécanismes biologiques du cerveau de nos enfants, il faut d’abord savoir que le cortex préfrontal est en voie de maturation. De nombreuses enquêtes affirment qu’il ne finit de mûrir plus ou moins qu’à l’âge de vingt à vingt-cinq ans. De plus, le plus jeune se comporte avec ce qu’on appelle le cerveau le plus primitif (ou le cerveau reptilien).

En d’autres termes, notre cerveau se développe de l’arrière vers l’avant. Cela signifie que la première chose qui est activée, ce sont les zones sensibles ou les sens (goût, odorat, toucher et vue), et les informations les traversent. Puis se développent les aires motrices, responsables des mouvements volontaires : marcher, parler et écrire.

De plus, il est pertinent de comprendre que le cerveau se développe à partir de notre hémisphère droit, c’est-à-dire de notre partie la plus émotionnelle, vers le côté gauche, c’est-à-dire la pensée, la raison et le langage. Pour cette raison, en général, les émotions imprègnent davantage le comportement des enfants que celui des adultes.

Pour finir, nous allons vous expliquer les neurosciences des mauvais comportements :

La neuroscience des mauvais comportements des enfants : qu’est-ce que c’est ?

Paul D. MacLean, un neuroscientifique américain renommé, a déclaré que c’était comme si les alligators, les chevaux et les humains vivaient côte à côte dans nos têtes et que les décisions étaient prises entre eux trois. Cependant, ils ne sont pas toujours d’accord. Et nous nous accorderons là-dessus avec sa théorie trinitaire du cerveau (1960), car elle nous aidera à la comprendre et donc à respecter davantage nos fils et nos filles.

La théorie du cerveau trinitaire nous dit que notre cerveau n’est pas unique, mais qu’il se compose de trois cerveaux, qui sont les suivants.

comportements enfants
Le néocortex est la dernière partie à se développer dans le cerveau des enfants.

Le cerveau reptilien

Il est constitué du cervelet et nous est nécessaire pour contrôler les activités motrices, comme faire du vélo, jouer d’un instrument ou dessiner. Il est également formé par le tronc cérébral, responsable de la transmission des informations sensorielles.

Ce cerveau est le plus ancien, vieux de plusieurs millions d’années, il est chargé de garantir notre existence et de réguler notre tension artérielle, notre rythme respiratoire et notre température. Cela signifie que face à une situation dangereuse, deux personnes très différentes réagissent de la même manière.

Par conséquent, si nous comparons ce cerveau avec la métaphore de Maclean, nous entendons le crocodile. C’est-à-dire que certaines des réactions de nos enfants sont étroitement liées à cette partie du cerveau qui est encore en cours de maturation.

Le cerveau limbique

Celui-ci est un peu plus complexe, il a un peu plus de 150 millions d’années et se situe juste au-dessus du reptile. Ce cerveau représente des émotions telles que la joie, la tristesse, le dégoût, la peur… Et il accumule aussi des souvenirs d’expériences passées. Cela affecte grandement notre comportement.

Par exemple, lorsque nous frappons la table, en réponse à la colère, lorsque votre enfant fait une crise de colère, le cerveau limbique est responsable de cette action.

Ce cerveau serait représenté par le cheval, car à tout instant il “peut s’enfuir”.

Le cerveau du néocortex

Enfin, la partie du cerveau qui a le plus évolué et avec seulement deux ou trois millions d’années. Sa fonction principale est de gérer le monde émotionnel en utilisant des capacités cognitives telles que la capacité de concentration, la mémoire, les choix comportementaux, l’auto-réflexion, la résolution de problèmes, entre autres.

La logique et la raison sortent de ce cerveau, ce qui nous permet de lire, de planifier, d’ajouter, entre autres. Cette partie nous dira si l’action que nous avons effectuée précédemment à la table était correcte ou non.

Chez les enfants, étant la dernière partie qui se développe, on peut remarquer à quel point ils ont des moments de peu de contrôle sur leurs émotions et leurs réactions.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
7 clés pour développer un cerveau résilient chez les enfants
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
7 clés pour développer un cerveau résilient chez les enfants

Développer un cerveau résilient chez les enfants est un objectif qui, lorsqu'il est atteint, a une énorme valeur.



  • Barco, A. N., Engeby, T. W., & Ribal, J. B. (2004). Cerebelo y procesos cognitivos. Anales de Psicología/Annals of Psychology20(2), 205-221.
  • Carlson, N. (2019). Fisiología de la conducta . Pearson, 2-3.
  • Matute, E. y. (2010). Neuropsicología infantil: historia, conceptos y objetivos. En S. Viveros Fuentes. . Neuropsicología del Desarrollo Infantil, 3.
  • Ripoll, D. R., Adrover-Roig, D., & Rodríguez, M. P. A. (2014). Neurociencia cognitiva. Editorial médica panamericana.
  • Tamayo, J. (2016). La relación cerebro-conducta ¿hacia una nueva dualidad? Revista Internacional de Psicología y Terapia Psicológica, 285-293.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.