Comportement sexuel selon la science

Quelle est la durée idéale d'une pénétration ? Les Espagnols planifient-ils le sexe ? Les jeunes utilisent-ils des méthodes contraceptives ? Toutes ces questions seront résolues dans cet article, où sont présentées des enquêtes, comme le rapport annuel Durex, qui visent à faire la lumière sur un sujet entouré de préjugés.
Comportement sexuel selon la science
Loreto Martín Moya

Rédigé et vérifié par Psychologue Loreto Martín Moya.

Dernière mise à jour : 03 novembre, 2022

Il existe de nombreuses conversations avec des amis dans lesquelles le comportement sexuel apparaît comme le protagoniste. Soit à cause des préjugés, de la honte ou de ce que certains comprennent comme de la pudeur. Parfois, les données que nous donnons dans ces types d’échanges ne sont pas très fiables.

Par rapport aux hommes et aux femmes qui prétendent être satisfaits de leur vie sexuelle, la vérité est que pour analyser le comportement sexuel, nous avons besoin d’informations plus fiables.

Pour cette raison, l’article suivant présente des données sur le comportement sexuel selon la science, basées sur des enquêtes, tant en Espagne que dans le reste de l’Europe.

Femme tenant une feuille

Le comportement sexuel n’est pas synonyme de comportement copulatoire

Avant de commencer, il est important de comprendre que le comportement sexuel n’est pas seulement réduit à un comportement copulatoire, il est beaucoup plus large.

En fait, c’est un processus avec différents éléments qui doivent être étudiés scientifiquement. C’est un processus qui suit un développement, et qui s’imprègne de différents éléments, à savoir :

  • Biographie sexuelle de la personne : le comportement sexuel d’une personne dépend généralement des expériences sexuelles qu’elle a eues dans le passé. Non seulement cela, mais cela influence également leur sexualité pendant l’enfance et aussi à l’âge adulte, la jeunesse, l’adolescence…
  • La réponse sexuelle : le comportement sexuel est aussi défini par la réponse sexuelle de la personne, qui est aussi idiographique : niveaux d’excitation, réponses affectives, émotionnelles…
  • Contextes : quel que soit le comportement sexuel d’une personne, il varie bien sûr en fonction du contexte, du ou des compagnon(s) ou des états émotionnels, par exemple.

Satisfaction sexuelle par pays

Dans les différentes enquêtes menées dans la sphère sexuelle, on a vu qu’il y avait un grand biais. Cela fait référence à la permissivité de l’activité sexuelle chez les hommes et à la critique envers le même niveau d’activité chez les femmes. Cela a rendu très difficile l’étude du comportement sexuel selon la science, puisque les réponses ont été influencées par ce biais.

Cependant, on peut observer certaines variations culturelles par rapport à la satisfaction sexuelle. Des pays comme le Japon, la Malaisie, Taïwan, la Corée du Sud, Singapour ou l’Algérie ont des niveaux d’insatisfaction sexuelle très élevés.

Cela semble être dû à des éléments religieux, sociaux et culturels dans ces pays de l’Est. Cependant, seulement 38 % des Japonais et des Thaïlandais pensent que le sexe est important, contre 80 % en Grèce, en Pologne ou au Brésil.

Dans le cas de l’Espagne, des pourcentages de 66 % ont été trouvés en termes de satisfaction sexuelle moyenne. Il a été observé que la satisfaction sexuelle était légèrement plus élevée chez les hommes que chez les femmes, augmentant avec l’âge. Pour les femmes, la satisfaction diminue à mesure qu’elles approchent de la quarantaine ou de la cinquantaine.

Dans l’étude annuelle Durex de 2012, à laquelle ont participé 150 000 personnes de trente pays différents, il a été observé que 73 % des sujets se sentent satisfaits de leur vie sexuelle.

Études nationales sur le comportement sexuel

En Espagne, le comportement sexuel de ses habitants a également été étudié. Plus précisément, l’INE, par l’intermédiaire de la Fédération espagnole des sociétés de sexologie.

Planification sexuelle

Ces études montrent comment le comportement sexuel est de plus en plus planifié en Espagne. L’heure de la journée, le lieu, le cadre sont précisés… Cela coïncide avec le plus gros problème sexuel des couples espagnols, qui est la paresse sexuelle ou le manque de désir.

Il est important de consacrer son temps aux relations sexuelles, tout comme on gagne du temps chaque jour pour d’autres activités vitales, comme manger ou dormir.

De même que la nourriture se planifie sans avoir faim, il semble que les Espagnols comprennent peu à peu que le sexe peut aussi se planifier sans vouloir être maintenu ipso facto.

Cependant, 57 % des personnes pensent toujours que planifier des relations sexuelles les aggrave, alors que ce n’est pas forcément le cas.

Évaluation des performances au lit

Dans l’étude sigma II, réalisée par l’Association espagnole pour la santé sexuelle, l’évaluation de la performance sexuelle des participants a été observée.

Dans ce document, on a vu comment les gens, hommes et femmes, ont tendance à être très autocritiques face aux exécutions sexuelles. Il en est ainsi parce que la note moyenne que leurs partenaires donnaient à leur performance était supérieure à celle qu’ils se donnaient mutuellement.

Alors que les hommes se donnaient une note moyenne de 7,14, leurs partenaires leur donnaient une note de 7,28 sur 10. Dans le cas des femmes, elles se donnaient une note de 7,36, tandis que leurs partenaires leur attribuaient un 7,70.

Difficulté à maintenir des relations

Dans cette même étude, il a été observé à quel point l’activité sexuelle était reconnue comme précieuse, mais subordonnée à d’autres valeurs —il y a des choses qui sont au-dessus—.

En ce qui concerne les difficultés à avoir des relations sexuelles, en Espagne, les principales raisons sont la timidité et la peur excessive de ne pas atteindre l’orgasme. Chez les femmes, il y a une plus grande timidité, bien que chez les hommes, ne pas savoir comment se comporter avec d’autres personnes d’intérêt sexuel – ou flirter – est un facteur important.

Durée des rapports sexuels

Selon la science, le comportement sexuel est beaucoup plus fiable que tout ce que nous avons entendu lors d’une fête ou entre amis. Pour cette raison, la science et les personnes interrogées semblent détenir la clé de la durée réelle d’une pénétration – vaginale ou anale – pour qu’elle soit adéquate et agréable.

Dans une enquête menée par Eric Corty et Jenay Guardiani, chercheurs à Penn State Erie, une cinquantaine de personnes, membres de la Society of Sex Therapy and Research, ont été interrogées sur la durée des rapports sexuels – entendue à partir de la pénétration. Les résultats étaient les suivants :

  • Pénétration d’une à deux minutes : très courte.
  • Trois à sept minutes : suffisant.
  • De sept à treize minutes : souhaitable.
  • De treize à trente minutes : très long.
Couple s'embrassant au lit pour représenter la pratique du cocu

La clinique du sexe

Selon la science, le comportement sexuel parle aussi de clinique sexuelle, c’est-à-dire de troubles et dysfonctionnements sexuels.

Il a été observé qu’entre 35 et 60 pour cent des femmes ont un certain type de dysfonctionnement sexuel. 48 % ont des problèmes d’excitation et 35 % manquent d’intérêt pour le désir sexuel, l’anorgasmie, le vaginisme ou la dyspareunie.

Dans le cas des hommes, 40 % ont des problèmes d’érection ou d’éjaculation, et 16 % ont un manque d’intérêt pour le sexe.

Seulement 30 % des personnes qui souffrent d’un problème sexuel consultent un spécialiste.

La jeunesse espagnole et le sexe

Les données mettent également en lumière le comportement sexuel des jeunes âgés de 18 à 35 ans, à l’échelle nationale. Les données obtenues sont :

  • Le sexe oral est la pratique sexuelle la plus courante – 88 % des jeunes ont répondu qu’ils le pratiquaient régulièrement.
  • Le préservatif masculin est la méthode contraceptive la plus utilisée, sept sur dix l’utilisent.
  • Le nombre moyen de relations sexuelles entretenues par an par les jeunes est de 86 rapports sexuels.
  • Le temps moyen dans lequel ils atteignent l’orgasme est compris entre 11 et 30 minutes.

En raison de l’infinité de biais que l’on trouve en relation avec le comportement sexuel et le sexe en général, il est important d’enquêter avant d’étayer fermement toute hypothèse.

Par conséquent, se baser sur des données et étudier le comportement sexuel selon la science est postulé comme une mesure importante pour poursuivre la libération sexuelle et éviter de futurs problèmes sexuels basés sur des données dont nous ne savons même pas si elles sont vraies.

Le comportement sexuel change chaque année, se débarrassant des stéréotypes et recherchant la pleine acceptation de quelque chose qui semble effrayer : le sexe.

Cela pourrait vous intéresser ...
Sexe pendant la grossesse : tout ce que vous devez savoir
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Sexe pendant la grossesse : tout ce que vous devez savoir

Les rapports sexuels pendant la grossesse sont totalement viables, sauf en cas de complications antérieures. Consultez au préalable.