Quand l’amour cesse d’être exclusif : l’infidélité

· 15 juin 2018

Beaucoup de couples établissent un accord à travers lequel ils s’engagent à rester fidèles à l’amour qui les unit, aux pactes qu’ils ont fixé. Quand l’un des deux le brise, nous parlons d’infidélité. La personne infidèle a l’habitude de le dissimuler. Pourquoi ? Parce qu’elle sait ce que cela signifie et elle devine les conséquences que cela aura. Même si, plus tard, il se peut qu’elle l’avoue ou que son infidélité soit découverte. Quoi qu’il en soit, la personne victime de l’infidélité souffre d’une double sensation de trahison. Elle et sa relation ont été trompées.

Lorsque l’on parle d’infidélité, on ne fait pas seulement référence à l’existence de relations sexuelles avec une autre personne extérieure à la relation. Il peut aussi s’agir d’une infidélité sur le plan de l’intimité émotionnelle. Dans tous les cas, elle implique une perte de confiance. Or, la confiance est la base d’une relation saine.

Curieusement, il existe des différences entre les hommes et les femmes dans divers aspects de la vie. Et même au niveau de l’infidélité. Selon plusieurs études, les hommes ont tendance à se sentir plus blessés par l’infidélité sexuelle alors que les femmes sont plus affectées par l’infidélité émotionnelle. Bien évidemment, nous parlons de moyenne. Car chaque personne est un monde.

Quelles sont les causes de l’infidélité ?

En amour, l’étincelle qui peut allumer la mèche de l’infidélité peut se produire pour diverses raisons. D’un point de vue individuel, voici quelques causes qui peuvent mener une personne à rompre le pacte d’exclusivité :

  • Attirance sexuelle
  • Besoins sexuels, émotionnels et/ou sociaux comblés
  • Volonté d’échapper à une relation qui ne satisfait plus
  • Besoin de dominer, de conquérir…
  • Compulsion ou addiction sexuelle
  • Vengeance

D’autres causes pourraient être identifiées d’un point de vue systémique (à partir de la relation). Par exemple, l’infidélité peut surgir comme un symptôme face à un quelconque type de problème dans le relation ou face à un désir d’une plus grande intimité. Ou, bien au contraire, elle peut venir lorsque l’on se sent menacé par des demandes de plus grande proximité, etc.

couple après une infidélité

Que ressent la personne victime d’infidélité ?

Quand notre compagnon/compagne brise l’accord de fidélité, nous pouvons nous sentir de différentes façons. Cela dépend de notre expérience, de notre personnalité, du type d’infidélité, du type de relation, du contexte social et culturel… Voici quelques unes des conséquences les plus habituelles :

  • Rage ou colère
  • Sentiments d’abandon ou de rejet
  • Sentiments de manque de contrôle et de pouvoir
  • Perte de l’estime de soi et de la valeur en tant que couple
  • Perte de confiance
  • Stress post-traumatique

Existe-t-il des différences de genre dans l’infidélité ?

Selon les études sociologiques, les différences qui existent entre les hommes et les femmes au niveau de l’infidélité ont beaucoup diminué ces derniers temps. En fait, on ne retrouve presque plus de différences chez les jeunes.

Ainsi, les théories évolutionnistes aident à mieux comprendre les personnes infidèles. Elles considèrent en effet la monogamie comme un produit socio-culturel. Dans l’actualité, il existe de plus en plus de relations non-monogamiques qui créent aussi leurs propres accords et suivent leurs propres principes éthiques.

Nous employons tous des stratégies pour nous reproduire à long terme (comptabilité, sécurité, commodité…) qui sont davantage liées à la monogamie, et à court terme (passion, nouveauté, risque…). Il y a donc probablement beaucoup plus de personnes qui ont déjà songé à une infidélité que de personnes qui l’ont commise ou parlent de la tentation.

Face à un dilemme si humain (vouloir un lien sûr et, en même temps, chercher la nouveauté et/ou la passion), certaines personnes prennent une décision en mettant de côté l’accord qu’elles ont avec leur partenaire. D’un point de vue anthropologique et en suivant les théories évolutionnistes, les hommes auraient été plus infidèles au cours de l’histoire. Il s’agirait en effet d’une stratégie reproductive qui comblerait leur besoin de s’assurer une descendance.

Le pardon après l’infidélité

L’infidélité est un carrefour qui révèle plusieurs chemins possibles. Le pardon peut être l’un d’eux. Le besoin de pardonner et d’être pardonné-e est un acte de restauration de notre propre image et non plus de la relation. Personne n’aime se voir comme une personne infidèle, peu fiable et gouvernée par des instincts et passions.

couple après une infidélité

Très souvent, le pardon est aussi le premier pas vers la reconstruction d’une relation meurtrie par l’infidélité. Si des sentiments de trahison sont présents, le pardon sera la base d’un processus qui, avec beaucoup de patience, pourra faire renaître la confiance, le respect et peut-être l’amour. Par ailleurs, le pardon est habituellement lié à des idées « bizarres » ou à des mythes qui peuvent nous embrouiller, comme les suivants :

  • Pardonner est toujours une bonne chose
  • Pardonner prouve que nous sommes quelqu’un de bien
  • Pardonner fait disparaître le conflit
  • Le fait de pardonner surgit d’un coup et une seule fois
  • Pardonner transforme les sentiments négatifs en sentiments positifs
  • Pardonner signifie oublier
  • Pardonner, c’est admettre que nos sentiments n’étaient pas adéquats ou étaient injustifiés
  • Pardonner implique de ne rien demander en échange

Le pardon implique une reconnaissance de ce qui s’est produit. Il s’agit d’un processus qui permet d’intégrer ce fait dans notre histoire personnelle. Grâce à lui, la blessure cesse de nous faire du mal de manière continue. Même si des souvenirs réapparaissent parfois sous forme de cicatrices. C’est pour cela que même si les couples continuent leur relation, même si leur confiance renaît, il y aura toujours des moments où des souvenirs resurgiront. Cela impliquera d’être fort et décidé.

Une infidélité peut être pardonnée, intégrée, ignorée. C’est un fait que nous pouvons tous gérer de manière différente. La meilleure consistera sans doute à ne pas laisser cette expérience nous séquestrer de façon chronique.