Pouvons-nous vivre à l’abri de la peur ?

· 23 avril 2019
Nos peurs peuvent avoir plusieurs visages différents, mais ce qui nous terrorise vraiment, c'est la peur de souffrir. Lorsque cette peur se transforme en une émotion dysfonctionnelle, il est temps de prendre des mesures pour ne pas la laisser prendre le contrôle de nos vies.

Presque tout le monde, à un moment donné, a eu le désir de vivre à l’abri de la peur. Il s’agit d’une émotion de base qui nous permet de rester loin des dangers réels. Le problème, c’est que la peur est une émotion qui aime prendre le contrôle. Sans parfois bien distinguer ce qui présente une menace réelle de ce qui n’en présente pas.

C’est alors que l’émotion devient inadaptée. D’autre part, l’une des peurs les plus universelles est la peur de l’inconnu. Elle est si universelle parce que l’incertitude représentée par le chemin non parcouru en de nombreuses occasions est aussi nécessaire pour aller de l’avant.

De plus, bon nombre des craintes avec lesquelles nous négocions peuvent être inconscientes. Comme la peur de l’échec. De nous exposer aux autres. D’être rejetés. De ce que les autres vont dire de nous. Puis il y a les grandes peurs, comme la peur de la maladie, de la mort, de la perte d’un être cher, de la vieillesse ou encore de la solitude. En résumé, nous avons peur de souffrir. Souvent, nous avons même peur de briller de notre propre lumière.

la peur et l'anxiété

Identifier les peurs qui nous freinent

Pensez aux choses qui vous font peur. Et essayez de prendre conscience de la façon dont elles s’expriment dans votre corps. Les pensées, l’émotion qu’elles produisent et la manière dont elles prennent corps sont une triade dont nous ignorons souvent l’existence. Pour autant, ces phénomènes se rétro-alimentent, pour le meilleur comme pour le pire.

Tout comme l’émotion de la peur affecte les pensées et le corps, nous pouvons inverser le processus et réduire le niveau d’émotion par des changements dans la pensée et le corps. La peur a son propre souffle. Elle est rapide, courte, agitée et fréquente. Un changement conscient de respiration diminue immédiatement le niveau d’émotion.

L’histoire derrière la peur

Nous devons affronter nos craintes dès le début et une bonne stratégie de départ consiste à identifier leur cause première. C’est un exercice précieux lorsque vous écrivez sur la peur et ses possibles germes. Par exemple, l’écriture peut nous aider à mettre de l’ordre dans le chaos mental qui est l’état dans lequel la peur aime vivre.

Souvent, une crainte spécifique n’est rien d’autre qu’un avertissement que nous avons besoin de plus d’outils ou de ressources. Si nous ne la laissons pas nous paralyser et nous concentrer sur l’analyse en profondeur, nous pouvons trouver beaucoup d’informations précieuses à notre sujet et même des indices sur les décisions à prendre.

Quelques clés pour vivre à l’abri de la peur

Il est bon d’apprendre à croire que nous avons les ressources nécessaires pour résoudre les situations qui pourraient survenir à l’avenir. Nous ne pouvons pas tout contrôler et l’accepter peut nous faire du bien.

Pensez que vous avez vécu des situations difficiles dans le passé et que vous avez de plus en plus de compétences. Si vous pensez qu’il serait bon de développer d’autres compétences dans ce sens, et que vous en avez la possibilité, mettez-vous au travail.

Cessez d’avoir peur de l’échec. Les échecs ne sont qu’un vilain synonyme d’une tentative qui n’a pas rencontré le succès, mais en même temps, ils fournissent les clés du succès futur. La vie consiste aussi à accumuler de nouvelles expériences inconnues, avec le défi de l’incertitude qui peut surgir.

peur et insécurité

La peur ne s’en va pas en s’accrochant à la sécurité

Si nous nous limitons à toujours nous accrocher à ce qui nous rassure – devenant prisonniers au lieu d’être libres de peur – nous limitons une bonne partie de notre potentiel. Si la peur de l’échec, du ridicule ou du mal ne nous permet pas d’aller un peu plus loin, nous laisserons la peur et l’inquiétude prendre le contrôle.

En général, nous avons tous des parts presque égales. Les expériences négatives sont fortement gravées dans notre cerveau, mais cela ne veut pas dire qu’elles étaient plus nombreuses que les bonnes expériences. Ainsi, un souvenir injuste de notre passé nous rend moins intrépides.

Nous vous suggérons d’en apprendre plus sur la vie des autres. Cela vous permettra de voir comment presque tous les succès ont été précédés de tentatives qui n’ont pas connu le même sort. Ainsi, la foi en ce que nous pouvons apprendre de l’erreur, en nous donnant la permission de faire des erreurs, nous rendra plus libres de la peur.

 

  • Lutz, Catherine (1988). Unnatural Emotions: Everyday Sentiments on a Micronesian Atoll and Their Challenge to Western Theory (en inglés). University of Chicago Press.
  • Marina Torres, José Antonio; López Penas, Marisa (2001). Diccionario de los sentimientos. Anagrama.