Pourquoi n'oublions-nous pas comment faire du vélo ?

Une fois qu'on a appris à faire du vélo, on ne l'oublie pas. La raison pour laquelle notre cerveau automatise certaines procédures, et décide au contraire d'en oublier d'autres, est due à une structure très spécifique : le cervelet.
Pourquoi n'oublions-nous pas comment faire du vélo ?
Valeria213

Rédigé et vérifié par la psychologue Valeria213 dans 15 novembre, 2021.

Dernière mise à jour : 15 novembre, 2021

Nous n’oublions pas comment faire du vélo. C’est comme cette action réflexe, ce que nous avons appris dans l’enfance est réactivé, peu importe si deux ou quinze ans se sont écoulés sans pédaler. Cet apprentissage reste intouchable, précis et automatique, tout comme notre capacité à nous rappeler comment nager, comment nouer nos lacets de chaussures ou, plus encore, comment faire du vélo.

Avouons-le, peu de sensations évoquent plus de triomphe que ce souvenir d’enfance où nous avons finalement réussi à parcourir nos premiers mètres sur un vélo sans l’aide de personne, en tenant bon et en appréciant cette sensation placide de liberté et de vitesse. De toutes les leçons que nous apprenons au cours de notre vie, celle-ci est généralement l’une des plus passionnantes.

Et elle reste en nous. Cette compétence décisive dans l’enfance est imprimée à vie dans un coin de notre cerveau. Pourquoi en est-il ainsi, quel mécanisme orchestre ce genre de capacité alors que d’autres sont reléguées aux oubliettes ? On peut effacer de notre esprit des images, des conversations, des données et un grand nombre d’expériences, tandis que d’autres choses restent intouchables et disponibles pour nous quand nous en avons besoin.

La mémoire est un univers neuronal plein de mystères, mais heureusement, nous avons déjà trouvé une explication pour certains d’entre eux.

“Se souvenir est facile pour ceux qui ont une mémoire, oublier est difficile pour ceux qui ont un cœur.”

-Gabriel García Márquez-

femme à vélo

Pourquoi n’oublions-nous pas de faire du vélo ?

Arthur Shopenhauer a déclaré que chacun a le maximum de mémoire pour ce qui l’intéresse et le minimum pour ce qui ne l’intéresse pas. Il est indubitablement vrai que tout ce qui est significatif pour nous et qui a également une composante émotionnelle est bien mieux stocké dans notre mémoire. Cependant, la réponse à la question de savoir pourquoi nous n’oublions pas de faire du vélo n’a pas grand-chose à voir avec les émotions ou la motivation.

Pour mieux comprendre, appuyons-nous sur l’explication du neuropsychologue Boris Suchan, docteur en neurosciences du département des neurosciences cognitives de l’université de la Ruhr à Bochum en Allemagne : notre cerveau stocke chaque expérience de deux manières très spécifiques. Jetons-y un coup d’œil ci-dessous.

La mémoire procédurale et son fonctionnement inconscient

La mémoire est organisée de deux manières très spécifiques : la mémoire à court terme et la mémoire à long terme. Au sein de cette dernière, nous pouvons à notre tour trouver deux autres typologies :

  • La mémoire déclarative : il s’agit du type de mémoire qui nous permet de ramener volontairement à la conscience des faits, des données ou des expériences du passé. Nous pouvons nous souvenir, par exemple, de la personne qui nous a donné notre premier baiser, de celle que nous avons rencontrée dès que nous avons quitté la maison ou de la fin de notre livre préféré.
  • La mémoire procédurale. Cette deuxième typologie comprend toutes les compétences motrices et exécutives que nous acquérons à un moment donné de notre vie. Ainsi, des compétences comme écrire, jouer d’un instrument, nager, conduire ou faire du vélo sont un exemple de ce système cérébral de procédures automatisées (par opposition à la mémoire déclarative).
cervelet

Le cervelet, responsable du fait que vous savez faire du vélo et que vous ne l’oubliez pas.

L’une des premières personnes à avoir une fascination remarquable pour le cervelet est Léonard de Vinci. À tel point qu’il a inventé ce nom lorsqu’en 1504, lors d’une de ses nuits de recherche sur la physiologie humaine, il a été intrigué par cette zone, qu’il a simplement appelée le “petit cerveau (cervelet)”.

Ce que Leonardo ne savait pas, c’est que cette structure était responsable de tâches humaines aussi fondamentales. Grâce au cervelet, nous savons écrire, utiliser un téléphone portable, un ordinateur, conduire, nager, jouer d’un instrument ou pratiquer nos jeux ou sports préférés. Et bien sûr, si nous n’oublions pas de faire du vélo, c’est aussi grâce au cervelet.

  • Le cervelet est responsable du contrôle des fonctions motrices, de la coordination et de l’équilibre.
  • Les neurones de Purkinje du cervelet sont également responsables, entre autres, de la médiation de la mémoire motrice et musculaire qui facilite le mouvement automatique de pédalage sans que nous ayons à nous en souvenir volontairement.
  • Les neurosciences démontrent également l’importance du cervelet dans tout type d’activité sportive. De même, dans toute tâche qui implique un type d’apprentissage qui finit par devenir automatique. Ainsi, des neurologues comme le Dr Richard Bergland, médecin à l’hôpital Beth Israel de New York, a été l’un des premiers à avancer la pertinence de cette structure dans notre vie quotidienne.
vélo

Conclusion

À ce stade, nous savons maintenant pourquoi le vélo ne disparaît pas. Le cerveau comprend qu’il existe une série d’activités que nous devons établir en permanence afin de faciliter notre adaptation à l’environnement. Si nous devions nous arrêter chaque jour pour nous rappeler comment conduire, comment envoyer un message sur notre téléphone portable ou comment bouger notre corps pour courir et traverser un passage à niveau, nous perdrions beaucoup de temps.

Ainsi, l’expression classique “c’est comme faire du vélo” nous montre qu’il existe des activités qui, une fois apprises, sont difficiles à oublier. En revanche, se souvenir de l’endroit où l’on a mis les clés ou de la capitale de Madagascar est un contenu auquel le cerveau ne semble pas accorder la même importance. Et qu’il en soit ainsi est compréhensible.



  • Carlson, N.(1996). Fisiología de la conducta. Barcelona:Ariel.
  • Pinel, J. (2006). Biopsicología (6ª edición). Prentice Hall.