Peur de toujours me sentir anxieux et déprimé, que puis-je faire ?

La personne aux prises avec une dépression ou un trouble anxieux vit souvent avec une peur persistante : celle que cette ombre qui obscurcit tout ne disparaisse jamais complètement.
Peur de toujours me sentir anxieux et déprimé, que puis-je faire ?

Dernière mise à jour : 13 juin, 2022

« J’ai p eur de me sentir toujours anxieux et déprimé . Peur que cette dépression revienne encore et encore, que je ne puisse jamais me débarrasser complètement de cette angoisse psychologique qui limite ma vie. » De nombreuses personnes éprouvent ce type de peur face aux troubles de l’humeur et visent le moyen-long terme.

Marie Curie disait qu’il n’y a rien à craindre dans la vie. Vous avez juste à la comprendre. Ce serait certainement un bon point de départ pour mieux gérer une bonne partie de ces conditions psychologiques dont aucun d’entre nous n’est à l’abri. Comprendre les bases, les racines et la dynamique qui composent bon nombre de ces problèmes de santé mentale nous permettrait d’avoir un meilleur contrôle sur eux.

En revanche, penser que son existence sera toujours cimentée par les va-et-vient de la dépression ou de l’anxiété est un signe évident qu’il faut encore travailler certains domaines. Ainsi, quelque chose qui ressort clairement du cadre clinique est qu’il est tout aussi important de traiter tous les troubles psychologiques que de travailler sur la prévention des rechutes.

Examinons cela.

Fille avec la tête baissée pensant que j'ai peur de toujours me sentir anxieuse et déprimée

Comment gérer ma peur de toujours me sentir anxieux et déprimé

Une bonne partie des personnes qui viennent en thérapie arrivent avec des antécédents au cours desquels les épisodes d’anxiété et de dépression ont été une constante. La cause est souvent une mauvaise façon d’aborder ces réalités. Il est courant, par exemple, que la plupart des approches soient pharmacologiques.

Un grand nombre de ces patients ne reçoivent pas de thérapie psychologique. Ainsi, et on le sait bien, les psychotropes soulagent les douleurs de la vie, mais ils ne résolvent pas le problème. D’où les va-et-vient, les rechutes et les souffrances qui ne s’arrêtent pas et deviennent chroniques. De même, un autre fait déjà mentionné s’ajoute : la méconnaissance de l’anatomie des troubles psychiques.

Croyez-le ou non, les idées fausses abondent encore, comme « la dépression est présente dans ma famille, donc je ne m’en débarrasserai jamais » ou « la dépression ou l’anxiété ne peuvent pas être guéries ». Nous devons commencer à reformuler bon nombre de ces concepts, pour le bien de tous. Parce qu’une bonne partie des gens parviennent non seulement à surmonter ces conditions mais intègrent et acquièrent également de nouvelles compétences pour prévenir les rechutes.

Il est possible qu’une grande partie de ce que je pense à propos de l’anxiété ou de la dépression ne soit pas vraie

Toutes les dépressions et anxiétés ne sont pas enracinées dans des pensées négatives. Si les problèmes de santé mentale se résolvaient en favorisant une approche mentale positive, tout serait parfait. De même, ces réalités psychologiques ne sont pas le résultat de quelque chose que nous faisons mal, du fait d’être faibles ou de cet héritage génétique qui nous amène de manière « inévitable » à devoir souffrir.

Ainsi, si j’ai peur de me sentir toujours anxieux et déprimé, je dois d’abord comprendre à quoi j’ai affaire. Il est recommandé que vous compreniez que ceci est le résultat de variables biopsychosociales complexes. Il existe des facteurs environnementaux, tels que des expériences traumatisantes, le stress au travail ou des deuils non résolus qui les déterminent.

Je dois aussi tenir compte d’éventuelles variables de personnalité et de tempérament. Les facteurs biologiques sont d’autres conditions associées. Si je suis capable de connaître la véritable anatomie de ces conditions psychologiques, j’aurai gagné du terrain.

La peur est mon pire ennemi

La peur est le ciment qui nous maintient à la souffrance. C’est l’ancre qui nous empêche d’avancer et le moteur qui intensifie le cercle de l’anxiété et de la dépression. Si ma peur a plus de poids que la motivation de travailler ce qui m’inquiète aujourd’hui, il y a quelque chose que je ne fais pas bien.

Si je me concentre sur l’incertitude, sur ce que je ne peux pas contrôler et néglige ce qui est sous ma responsabilité (comme mon attitude ou mes stratégies d’adaptation), je ne pourrai pas non plus avancer. L’ombre de la peur qui m’immobilise peut être désactivée en apprenant de nouvelles compétences. C’est mon atout, c’est le but que je dois considérer.

Intégrer de nouvelles ressources pour savoir gérer ses pensées, ses comportements et ses émotions est le meilleur point de départ pour gérer l’anxiété et la dépression.

Si j’ai peur de me sentir toujours anxieux et déprimé, je dois apprendre à me donner ce dont j’ai besoin.

Si j’ai peur de me sentir toujours anxieux et déprimé, que cette souffrance soit une constante dans ma vie, je dois comprendre quelque chose. Je dois accepter que j’ai besoin d’aide et, plus encore, que je suis digne d’en recevoir.

Le fait que nous insistions sur cela est dû à un fait bien précis. Des études, comme celles menées au département de psychologie de l’Université de Waterloo, par exemple, révèlent quelque chose d’intéressant. De nombreuses personnes aux prises avec l’anxiété et la dépression font preuve d’une faible auto-compassion.

Qu’est ce que ça signifie ?

  • Cela signifie que, dans de nombreux cas, ces personnes ne se sentent pas dignes d’attention, de reconnaissance et de soutien.
  • Ce sont des personnalités très critiques envers elles-mêmes. Cette sévérité conduit à un dialogue interne destructeur et fataliste, dans lequel elles supposent qu’elles ne sont pas dignes de demander de l’aide.
  • Tout cela révèle une faible estime de soi plus qu’évidente. Ainsi, le manque de compassion envers soi-même est à la base de ce dégoût de soi si nocif pour aller vers l’amélioration.
Fille en thérapie psychologique

La vie n’est pas facile, mais quand j’apprends de nouvelles compétences, je vois l’avenir différemment

Personne ne peut nous assurer que d’ici un, cinq ou vingt ans, la dépression reviendra. Nous ne pouvons pas non plus certifier à quiconque qu’après avoir suivi une thérapie, nous ne ressentirons plus jamais d’anxiété. Car l’anxiété, évidemment, fait partie de la vie elle-même et l’essentiel est de savoir la gérer, pour qu’elle nous permette de fonctionner normalement au quotidien.

Qu’entendons-nous par là ? Fondamentalement, que la peur de toujours se sentir anxieux et déprimé est quelque chose que je peux et dois gérer. Et la psychothérapie s’en occupe. Faire une thérapie n’empêchera pas, loin de là, que certaines choses m’arrivent ou que le destin m’apporte quelques déceptions.

Je pourrai néanmoins acquérir de nouvelles stratégies et des connaissances fiables pour mieux faire face à tout ce qui se présente à moi. Et je le ferai avec un peu moins de peur et un peu plus d’assurance. Ainsi, quelque chose que la science et certaines études, comme celle menée à l’Université d’Oxford, nous disent, c’est que des approches telles que la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience sont très efficaces pour prévenir les rechutes.

Par conséquent, se laisser aider, s’y engager et se sentir digne de bien-être et de bonheur sont toujours d’excellents points de départ.

Cela pourrait vous intéresser ...
Que faire pour prévenir les rechutes dans l’anxiété ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Que faire pour prévenir les rechutes dans l’anxiété ?


  • Merritt, O.A. and Purdon, C.L. (2020), Scared of compassion: Fear of compassion in anxiety, mood, and non‐clinical groups. Br J Clin Psychol, 59: 354-368. https://doi.org/10.1111/bjc.1225
  • Williams JMG, Crane C, Barnhofer  (2015) Mindfulness-based cognitive therapy for preventing relapse in recurrent depression: a randomized dismantling trial. J Consult Clin Psychol. 2014; 82275-286