5 mensonges sur les psychothérapies

· 4 janvier 2019
Nous connaissons tous des mythes et autres idées reçues sur les psychothérapies.

De nombreux mensonges circulent sur les psychothérapies. Tout comme les semi-vérités ou les mythes sans le moindre sens. Beaucoup de personnes ne comprennent pas que toute cette constellation d’expériences que nous appelons « esprit » se trouve dans le cerveau. Et que le cerveau est un organe complexe qui peut finir par fonctionner inadéquatement, que ce soit pour des raisons organiques ou parce qu’il présente une distorsion dans ses processus symboliques.

Il est parfaitement normal que l’esprit ne fonctionne pas toujours à cent pour cent. Tout comme il est normal que nous ayons de la fièvre ou des caries à certains moments de notre vie. Cependant, à la différence d’autres traitements, celui de l’esprit est plus abstrait. Le cerveau n’est pas qu’un organe : c’est aussi un impressionnant producteur d’expériences immatérielles. C’est pour cela que certains de ses processus ne se traitent pas simplement avec un médicament ou une piqûre, mais à travers d’autres méthodes. L’une d’elles est la psychothérapie.

« La grande découverte de ma génération est que les êtres humains peuvent changer leur vie en changeant leur attitude mentale. »

-William James-

Il y a beaucoup de mensonges sur les psychothérapies car certaines personnes les dénigrent sans même les avoir essayées. Des caricatures et des clichés se sont également diffusés et ont généré des préjugés vis-à-vis de ce type de traitement. Quels sont ces mensonges sans fondement que beaucoup de personnes croient? En voici cinq.

1. Elle servent à avoir quelqu’un à qui parler

Nous entendons parfois des affirmations comme « Le meilleur psychologue est Dieu » ou « Je ne vais pas voir de psychologue parce que les amis sont faits pour ça ». Ces types de phrases nous révèlent l’un des plus grands mensonges sur les psychothérapies: le fait qu’elles équivalent à une conversation quotidienne.

Même si les mots représentent l’outil fondamental de presque toutes les thérapies, le dialogue qui s’établit dans le cadre d’un traitement a des motivations, une intentionnalité et des effets différents de ceux d’une conversation quotidienne. Le psychologue se charge de ce fait.

psychothérapies

 

2. Elles ne servent que lorsqu’on traverse une crise

Il est vrai que dans la majorité des cas, les personnes ont recours à la psychothérapie quand elles traversent une criseLe plus fréquent est que l’antécédent immédiat soit une perte, que ce soit à cause d’une rupture amoureuse, d’un licenciement ou de la mort d’un proche. C’est à ce moment, en général, qu’une personne remarque qu’elle a besoin d’aide.

La psychothérapie est un facteur qui aide à gérer et à traverser ce type de situations. Cependant, il n’est pas nécessaire de vivre une crise pour aller voir un psychologueOn peut consulter un professionnel pour apprendre à gérer n’importe quelle situation: celle-ci ne doit pas forcément être critique.

3. Seuls les thérapeutes célèbres sont valables

Un autre mensonge sur les psychothérapies est celui qui affirme qu’il faut un professionnel extrêmement qualifié si l’on recherche une bonne attention. Ce n’est pas vrai. Pour qu’une psychothérapie fonctionne, c’est l’engagement du patient qui est fondamental.

Bien sûr, il est très important de s’assurer que le psychologue qui vous traite a des diplômes. Si vous avez obtenu de bonnes références sur lui, vous serez plus facilement disposés à l’écouter. Le paiement est ici une façon de vous engager.

psychothérapies

 

4. Un bon ami pourrait faire la même chose

Nos amis sont sûrement prêts à nous aider s’ils voient que nous avons un problème. Le fait qu’ils nous écoutent est très précieux, tout comme le fait qu’ils nous donnent leur point de vue à propos des problèmes que nous leur racontons.

Or, il y a une différence entre la sensation de compagnie et de chaleur qu’ils peuvent nous apporter et la capacité qu’ils peuvent avoir à détecter et nous aider à gérer un problème émotionnel ou mental. Une personne qualifiée est indispensable, et elle ne doit pas avoir de liens personnels avec nous.

5. C’est un sacrifice nécessaire

L’un des clichés sur les psychothérapies signale qu’il s’agit d’un processus extrêmement sérieux, au cours duquel la personne va être analysée et questionnée. Ce n’est pas le cas. Le véritable protagoniste de ces traitements doit être le patient.

 

En fait, beaucoup seraient surpris de voir à quel point ce type de processus peut être intéressant et amusant. Lorsque l’on est décidé à aller mieux, que l’on en a réellement envie, la psychothérapie devient un véritable laboratoire de recherches. En savoir plus sur soi-même, avec l’aide d’un professionnel, est absolument fascinant.

Ainsi, tout comme nous appréhendons notre rendez-vous chez le dentiste, nous avons des doutes au moment de consulter un psychologue. Cependant, le plus important est de comprendre qu’il s’agit d’une alternative viable quand on a besoin d’aide ou quand on sent que la vie n’avance pas comme on le voudrait.

 

 

  • Labrador, F. J., Echeburúa, E., & Becoña, E. (2000). Guía para la elección de tratamientos psicológicos efectivos. Madrid: Dykinson.