Pardonner implique de comprendre, pas de justifier

11 août 2017 dans Psychologie 0 Partagés

Savoir pardonner a toujours été vu comme une vertu. Il y a des gens qui ont beaucoup de mal à tirer un trait et tourner la page quand quelqu’un a fait quelque chose qui leur a fait du mal. Alors que d’autres pardonnent absolument tout ce que les autres font… Comment trouver un équilibre ?

Savoir pardonner n’implique pas d’oublier tout ce que les autres nous font et ce que nous ressentons. Il est au contraire important d’apprendre à laisser la rancœur derrière soi, mais sans pour autant justifier l’injustifiable…. Lisez cet article pour apprendre à utiliser le pardon de manière équilibrée et améliorer ainsi votre bien-être émotionnel !

« Il n’y a que les esprits vraiment courageux qui savent comment pardonner. Un être vil ne pardonne jamais car ce n’est pas dans sa nature. »

-Laurence Sterne-

Le pardon commence par soi-même

Apprendre à pardonner ne signifie pas que ce que font les autres nous est égal, mais que nous empêchons cet énervement ou cette gêne initiale de se transformer en rancœur et qu’elle inonde de mal-être notre vie et la relation avec la personne qui nous a fait du mal. De fait, pardonner nous aide à laisser passer ce qui est arrivé, mais en prenant des décisions qui nous protègent de ce qui nous a nui, pour le futur.

Nous pensons à pardonner les autres mais nous avons la mauvaise habitude d’oublier de nous pardonner nous-même. La réalité, c’est qu’aucun d’entre nous n’est parfait. Même si cela est un cliché, nous commettons tou-te-s des erreurs. Il est important que nous comprenions cela, car nous avons souvent des niveaux d’exigences pour nous-même impossibles à atteindre, ce qui peut générer des sentiments de frustration, d’anxiété ou d’énervement contre nous-même.

Ainsi, reconnaître que nous sommes des humains est la première étape pour apprendre à pardonner. Mais nous pouvons faire un pas supplémentaire : si nous avons fait quelque chose que nous considérons incorrect, nous pouvons cesser de tourner et de retourner ce fait dans notre tête et chercher une solution.

La question se trouve dans le fait de changer cette spirale de pensée qui nous mène d’une voie sans issue à une confrontation beaucoup plus adaptée au problème. Nous avons deux alternatives : résoudre ce que nous avons fait si c’est possible ou penser à ce que nous pouvons faire dans le futur pour éviter de tomber dans la même erreur.

Pardonner implique de comprendre que les autres commettent aussi des erreurs

Une fois que l’on prend conscience que nous ne sommes pas parfait-e-s, il faut donner le même respect aux autres. Souvent, il nous est plus facile de justifier nos erreurs que celles des gens qui nous entourent. La réalité est que, tout comme nous avons des exigences pour nous-même, nous en avons pour celleux qui nous entourent.

« Pardonner, ce n’est pas ignorer les limites et les défauts de l’autre, ou ne pas les prendre au sérieux, c’est leur enlever de l’importance, avec bonne humeur, en se disant : Je sais que tu n’es pas comme ça ! »

-Robert Spaemann-

Ainsi, nous attendons des choses de personnes qui ne peuvent pas toujours nous les donner. Comprendre que les autres ne sont pas obligé-e-s d’obéir à nos attentes est très important pour apprendre à pardonner ce que nous considérons qu’iels ont mal fait. Tout comme quand nous nous mettons en colère contre nous-même, il est important de laisser derrière soi la rancœur.

À nouveau, tourner et retourner à ce que l’autre personne nous a fait dans notre tête ne nous aide en rien. Si quelque nous gêne, il faut essayer de comprendre les raisons qui ont pu mener l’autre à agir ainsi. Avoir une conservation à ce sujet, en essayant de trouver une solution est souvent bénéfique.

Pardonner ne signifie pas que tout est justifiable

À présent, il ne s’agit pas de pardonner tout ce que l’on fait, par habitude. Il est important de donner du poids à nos propres droits et besoins. Si nous excusons constamment les offenses que les autres nous imposent, nous nuisons à notre bien-être et nous empêchons notre auto-affirmation.

« Trop pardonner à celui qui se trompe revient à être injuste avec celui qui ne se trompe pas. »

-Baldassare Castiglione-

Apprendre à écouter nos émotions dans ces cas nous donnera des pistes pour savoir que faire. Ainsi, nous apprendrons à mettre des limites aux autres et à défendre nos propres droits.

Pour apprendre à ne pas pardonner absolument tout, il est important de réfléchir à ce qui s’est passé et aux raisons de notre colère. Ainsi, nous essayerons d’attribuer la responsabilité de ce qui s’est passé à la personne correspondante.

Il ne s’agit pas de chercher des coupables, mais de répartir ce qui appartient à chacun-e. Car avant de disculper l’autre, il est conseillé de parler de son comportement et de ce que nous attendions ou de ce que nous voulions qu’il se passe. Il s’agit donc d’équilibrer la balance entre nos besoins et ceux des autres. Apprenez à pardonner !

Lisez aussi : La gratitude et son pouvoir pour combattre la tristesse profonde

A découvrir aussi