Oublier est plus compliqué pour le cerveau que se souvenir

17 janvier, 2020
Oublier n'est pas une tâche facile pour notre cerveau. Ainsi, bien que nous voulions souvent effacer certaines expériences et certains faits que nous avons vécus, il est déterminé à nous les faire mémoriser. Le but ? Que nous acquérions de l'expérience pour pouvoir continuer à apprendre.
 

Nous avons tous essayé à un moment donné d’effacer de notre esprit un souvenir désagréable. Une expérience traumatisante. Un mot désagréable… Cependant, comme nous le savons bien, oublier est plus compliqué pour le cerveau que se souvenir.

C’est comme si cet organe fascinant était enclin à murmurer « souviens-toi, souviens-toi, car tes souvenirs sont l’essence de ton expérience ».

Bien que cette réalité puisse sembler désespérante, il faut noter que tout a une fin dans l’univers des neurosciences. La mémoire construit ce que nous sommes. Si nous pouvions effacer un chapitre de notre vie a volonté, nous cesserions d’être ce que nous sommes. Parce qu’en fin de compte, nous sommes notre propre lumière et notre propre ombre, nos succès et aussi nos erreurs et nos tragédies.

Mais cela n’empêche pas les scientifiques et tous les autres de se demander pourquoi : pourquoi le cerveau ne peut-il pas effacer à volonté un événement particulier ? En effet, pourquoi oublions-nous certaines choses et d’autres persistent comme la lumière d’un phare, nous ramenant sans cesse sur les mêmes rivages de mémoire et de souffrance ?

Une étude de cette année révèle les réponses à ces questions.

« Il est bon de dire que le temps va tout guérir, que cela passera. Les gens oublient. Mais cela fonctionne quand vous n’êtes pas le protagoniste de ce fait, parce que quand vous l’êtes, le temps ne passe pas, les gens n’oublient pas et vous êtes au milieu de quelque chose qui ne change pas ».

-John Steinbeck-

 
Un cerveau se désintégrant représentant symboliquement le fait d'oublier

Pourquoi oublier est-il plus compliqué pour le cerveau que se souvenir ?

L’Université du Texas à Austin a mené des recherches pour savoir pourquoi il est plus compliqué d’oublier que de se souvenir pour notre cerveau.

Bien que nous sachions tous que cela se produit fréquemment, nous n’avons pas compris les mécanismes neuronaux qui orchestrent une telle réalité psychologique.

Jarrod Lewis-Peacock, l’auteur principal de l’étude et professeur de psychologie à cette université, fait valoir un point important. Le cerveau « oublie » continuellement des données et des expériences, et il le fait presque toujours pendant notre sommeil.

Mais nous faisons cela inconsciemment et sans que nous ayons le moindre contrôle dessus. La raison en est que notre cerveau choisit d’écarter les faits insignifiants et transcendants. L’objectif est d’améliorer son efficacité.

D’autre part, voici ce que l’on a pu voir au moyen des résonances magnétiques. Lorsqu’une personne fait un effort pour oublier quelque chose de précis, disons une tentative malheureuse d’attirer l’attention de quelqu’un qu’elle aime et de mener à une situation malheureuse, l’effort se concentre dans trois régions du cerveau. Il s’agit du cortex préfrontal, du cortex temporal ventral et de l’hippocampe.

 

Oublier est plus compliqué que se souvenir à cause de la charge émotionnelle et des associations

Il y a des souvenirs neutres et des souvenirs très émotionnels. Comme nous l’expliquent les neuroscientifiques, la matière que nous oublions presque instantanément est le visuel.

Tout au long de la journée, nous finissons par oublier environ 80 % des choses que nous voyons. Les plaques d’immatriculation des voitures, les visages des personnes que nous croisons, les couleurs des vêtements portés par les autres, etc.

Cependant, s’il y a une chose qui présente une grande résistance à l’oubli, ce sont tous ces faits qui laissent la marque d’une émotion. Si quelque chose a généré de la peur ou de la honte, si elle a produit de la peur ou du bonheur, elle durera plus longtemps dans la mémoire parce que le cerveau la considère comme significative.

D’autre part, il y a un fait remarquable. Beaucoup de nos souvenirs sont riches parce qu’ils sont formés par des associations. Lorsque nous faisons l’expérience de quelque chose de précis, notre cerveau relie les images, les odeurs, les sons et nos propres impressions dans une relation aux événements passés. Cela consolide davantage certains souvenirs.

Les mécanismes de l'esprit d'un enfant
 

Vos souvenirs, à la fois agréables et désagréables, définissent qui vous êtes maintenant

Chaque expérience, sentiment, pensée, habitude et émotion provoque un changement au niveau du cerveau. Une connexion est générée, le cerveau est réorganisé et modifié. Oublier est plus compliqué que se souvenir. En effet, effacer un fragment de notre passé signifie aussi effacer cette connexion, cette synapse du cerveau.

D’une certaine manière, chaque expérience, à la fois agréable et désagréable, prépare le cerveau à des expériences futures, et toutes ces synapses et modifications cérébrales créées à partir de chaque fait ressenti et vécu, construisent l’anatomie cérébrale qui ne fait que nous définir. Chaque souvenir, chaque sensation construit, pour ainsi dire, les montagnes de nos ères géologiques vitales.

L’oubli est possible, mais dans certaines circonstances

Dans l’étude susmentionnée, menée par le Dr Lewis-Peacock de l’Université du Texas, l’accent est mis sur un détail curieux. L’oubli intentionnel est possible dans certains cas.

Selon les recherches effectuées, une personne peut oublier une expérience si elle « génère » un niveau modéré d’activité cérébrale. Mais, qu’est-ce que cela signifie ?

  • Cela signifie que si nous n’attachons pas trop d’importance à un fait (comme le fait d’avoir commis une erreur en public), il est plus facile de l’oublier
 
  • Si nous évitons également de réduire l’impact émotionnel sur ce fait et de ne pas trop y penser, il est plus facile de disperser cette expérience de notre mémoire
  • Un niveau modéré d’activité cérébrale est essentiel pour favoriser l’oubli

D’autre part, si la composante émotionnelle est intense. Si nous concentrons notre pensée de manière persistante pour vouloir oublier un fait précis, il est 100 % probable que cela n’arrivera pas.

Cela semble une ironie, mais le mécanisme du cerveau se conforme à cette règle. Par conséquent, en gardant cette idée à l’esprit, nous devons seulement supposer un fait très simple : l’oubli ne résout rien.

Nous sommes, après tout, nos succès et nos erreurs et assumer chaque bosse, chaque perte, erreur ou déception fait partie de notre apprentissage en tant qu’êtres humains.

 

  • Tracy H. Wang, Katerina Placek, Jarrod A. Lewis-Peacock. More is less: increased processing of unwanted memories facilitates forgetting. The Journal of Neuroscience, 2019; 2033-18 DOI: 10.1523/JNEUROSCI.2033-18.2019