Osez sortir de votre vie les personnes qui font disparaître votre sourire

17, février 2017 dans Psychologie 1193 Partagés

Faites-le. Installez dans votre esprit cette corbeille à papier où vous pouvez mettre, en un seul click, tout ce qui ne vous convient pas, même les personnes qui osent effacer votre sourire. Après avoir visualisé cette image, prenez conscience du soulagement que cela peut vous offrir. Maintenant, rassemblez votre amour propre et quelques gouttes de courage pour mener cela à bien.

Nous savons que ce n’est pas facile. Même si l’on vit à cette époque où beaucoup de relations se terminent avec le fameux bouton «éliminer de mes ami-e-s» sur les réseaux sociaux, dans la vie réelle, des processus beaucoup plus profonds et délicats sont menés, et nous ne pouvons pas toujours réagir comme lorsqu’on fait le ménage sur son profil Facebook.

«Le monde n’est pas en danger à cause des mauvaises personnes, mais à cause de celles qui permettent la méchanceté.»

-Albert Einstein-

Le plus compliqué, c’est que beaucoup d’entre nous partageons les mêmes cadres vitaux avec certaines personnes qui, sans être nocives (ou de «mauvaises personnes comme nous pourrions dire), finissent quand même par nous user. Elles le font car leur charge émotionnelle asphyxie et épuise. Car le virus de la mauvaise humeur, la négativité ou le défaitisme finissent par nous attraper pour complètement effacer notre «aura» positive. Celle que nous avons tant de mal à maintenir.

Il n’est pas facile de rompre avec certains liens en un jour. Famille, collègues de travail… Ce sont des personnes qui sont ancrées dans notre présent car elles font partie d’une dynamique quotidienne. Cependant, nous pouvons stopper l’impact de leurs comportements et de leur personnalité sur nous.

Pour cela, rien de tel que d’ordonner un «effacer» doux. Au lieu de les éliminer, il s’agit plutôt d’atténuer une partie de leur force et de leur impact sur notre réalité.

femme-sans-sourire

Les «pommes pourries» de nos environnements proches

Tony Swchartz est un journaliste connu et un conférencier qui est devenu célèbre car il a écrit un livre best-seller pour Donald Trump sur l’idéal du triomphe. Trump, l’Art de la négociation a été lancé sur le marché comme une biographie d’un homme d’affaires à succès qui est aujourd’hui président des États-Unis.

Ce livre date de plus de 30 ans mais sans le savoir, les pages de l’auteur ont contribué à créer un mythe qu’il regrette aujourd’hui. Schwartz dirige actuellement une entreprise nome «The Energy Project» qui se charge de conseiller les organisations sur la manière de créer des environnements professionnels respectueux, où règne l’harmonie, afin que le capital humain puisse offrir le meilleur de lui-même.

Comme il nous l’explique dans son travail, dans la plupart des environnements professionnels, il existe ce que l’on appelle «la pomme pourrie». Des personnes qui, avec leur attitude, érodent petit à petit le dynamisme et la productivité de toute une structure. Elles mettent les inquiétudes en relief, elles éteignent les motivations, elles attisent les tensions et sèment l’anxiété chez les collègues. De manière subtile mais persistante. «Effacer» ce type de personnes de notre réalité proche est souvent quelque chose de vital.

pomme-1

D’autre part, le magnat des États-Unis, Donald Trump, a affirmé avec un sourire solennel, que seule une personne ayant des capacités de leadership et de négociation avait le droit de prendre la présidence. De son côté, Tony Swchartz, regrettant son livre, a débuté une campagne pour rappeler comment on crée les cadres les plus productifs et les plus respectueux.

Si avoir une «pomme pourrie» en tant que collègue de travail est déjà très frustrant et dangereux, avoir un leader qui possède ces caractéristiques peut être mortel.

Ne laissez personne éteindre votre sourire

Les ami-e-s sont là pour rendre la vie plus joyeuse, pour remplir notre quotidien de signification et d’ancrage stable. S’iels ont recours à l’abus, ce ne sont pas des ami-e-s. La famille est là pour nous aider à grandir, pour nous permettre de prendre contact avec la société de manière sûre tout en nous sentant aimé-e. Si elle fait tout le contraire, cette famille n’est pas une vraie famille.

«Ne cessez jamais de sourire car ce jour-là sera un jour perdu.»

-Charles Chaplin-

De leur côté, les collègues de travail, la direction et les ressources humaines doivent tirer le meilleur de nous-même pour pouvoir naviguer vers un but unique : triompher en tant qu’organisation. Si cela n’a pas lieu, alors le travail effectué est moins bon.

Ces cadres ou atmosphères éteignent nos sourires, de manières différentes et à différents moments de notre vie. Car ce geste universel n’est rien d’autre que le reflet d’un bien-être intérieur où la sécurité personnelle, la sensation de concurrence et le fait d’être aimé-e, respecté-e et valorisé-e est présent.

femme-e1478456115504

John. E. Steinbeck disait que la tristesse qui s’installe dans l’âme peut nous tuer plus rapidement qu’une bactérie. Perdre son sourire est le premier symptôme. Un-e mauvais-e père/mère, un-e ami-e faux-sse, un-e mauvais-e chef-fe, un-e leader exécrable altèrent non seulement nos joies et notre motivation, mais modifient aussi notre charge émotionnelle.

Nous devons visualiser cette interaction comme un virus. Comme ces pommes pourries dont nous parlions précédemment qui, lorsqu’elles arrivent, étalent leur mal être en nous infectant tou-te-s avec leur mauvaise humeur, leur stupidité, leur manque de tact. Nous devons ainsi assumer que le monde est plein de typologies similaires avec plus ou moins de charge nocive.

Nous devons nous faire valoir, il est nécessaire de comprendre que les personnes qui vous font du mal ne vous aiment pas, que les personnes qui vous blessent ne vous respectent pas. Mettre des limites et des distances est essentiel. Mais, il est encore mieux de trouver l’antidote : s’entourer de personnes qui en valent la peine. Passer le plus de temps possible avec ces personnes spéciales qui nous apportent la lumière, l’inspiration, le courage et un amour authentique qui guérit tout.

Car c’est là que se trouve le soulagement de tous les maux.

Images de Kiyo Murakami, Vladimir Kush