Peut-on mourir d’amour?

· 31 juillet 2015

L’amour est l’un des sentiments les plus forts qui existent. Les liens affectifs établis avec la personne aimée peuvent même changer tous ces principes que nous pensions solides et nous conduire à faire des choses que nous n’avions jamais imaginées.

Mais, que se passe t-il si cette personne à laquelle nous avons donné notre cœur, nous laisse ou décède?

Mourir d’amour

Vous avez sûrement déjà entendu parler d’un cas où une personne décède et peu de temps après, le mari ou l’épouse décède.

En fait, de nombreuses personnes ne se remettent jamais de la mort d’un être aimé et cela semble être la cause d’une mort subite.

Est-ce que la propre douleur de la perte peut rendre malade le corps? Est-ce qu’une personne peut mourir juste parce qu’elle a décidé qu’elle n’avait plus envie de vivre? En définitive, peut-on réellement mourir d’amour?

En principe, il est difficile de trouver une réponse scientifique, car il n’existe pas d’outils qui mesurent le système immunologique.

Certains experts ont tenté d’éclairer le sujet, en se penchant sur la relation entre la douleur de la perte de l’être aimé et le fait que ces changements puissent être reflétés dans le corps.

Beaucoup estiment que la tristesse semble avoir un lien avec certaines maladies et si nous ajoutons à cela une mauvaise alimentation et un manque de sommeil, cela peut finir par avoir un effet sur notre santé.

Les études réalisées

D’autre part, une étude publiée dans la revue Epidemiology réalisée auprès de  58.000 couples depuis 1991, a révélé qu’environ 40% des femmes et 26% des hommes décèdent dans les 3 années suivant la mort de l’être aimé.

Il semble donc plausible d’affirmer que la perte du partenaire peut avoir un impact direct sur l’espérance de vie.

Bon nombre des personnes qui ont été interrogées ont dit qu’elles se sentaient comme si on leur avait réellement retiré une partie de leur corps ou comme si on les avait coupé en deux.

Dans tous les cas, le Dr Freddie Negron, un spécialiste en médecine palliative de l’Institut Miami Vitas, défend la théorie esprit/ corps/deuil.

Cela signifie qu’une personne pourrait mourir après la mort d’un être aimé, pour cause d’une maladie cardiaque latente qui est aggravée par la dépression.

La plupart des personnes qui décèdent d’une crise cardiaque, avaient une prédisposition à cette maladie cardiaque. L’anxiété, la dépression et la tristesse sont finalement les aspects qui finissent pas expliquer le problème.

Cependant, il n’existe toujours pas de preuves scientifiques claires qui démontrent que l’on puisse mourir d’amour.

Jusqu’ici tout semble être lié à la mauvaise hygiène de vie qui s’en suit après la mort d’un être cher, ou à une aggravation d’une maladie qui existait déjà, causée par la tristesse et l’anxiété que génère la perte de l’être aimé.

Ainsi, la clé réside davantage en la façon de surmonter le deuil, que la propre douleur de la perte.

Mais nous devons attendre de futures études sur le sujet, pour pouvoir donner une réponse plus catégorique à cette question.