Offrir de l’amour aux inconnu-e-s aide à surmonter la dépression

26 février 2017 dans Emotions 0 Partagés

Aussi étrange que cela puisse paraître, essayer d’aider les autres avec leurs problèmes est parfois un excellent moyen de résoudre nos propres difficultés. La dépression, l’anxiété sociale et beaucoup d’autres symptômes ou troubles peuvent se dissiper quand nous cessons de nous concentrer sur nous-mêmes et brisons la barrière qui nous sépare des autres.

C’est également curieux mais, très souvent, il est plus facile d’aider des inconnu-e-s que des personnes qui font partie de notre entourage. Si nous souffrons de dépression ou nous consumons d’anxiété, il est très probable que le milieu dans lequel nous évoluons y soit pour quelque chose.


« Aimer, ce n’est pas seulement aimer bien, c’est surtout comprendre. »

-Françoise Sagan-


En revanche, avec des étranger-ère-s, il existe une grande liberté. Ils ne nous connaissent pas et nous ne les connaissons pas. Il n’y a pas d’énormes attentes, pas d’image préconçue, pas de lien qui serait passé par un million d’épreuves. Il n’y a pas de passé en commun qui conditionne ou de présent qui attache. Aussi incroyable cela puisse-t-il paraître, d’un certain point de vue, nous avons une plus grande possibilité de nous exprimer avec authenticité avec les inconnu-e-s.

Hannah Brencher et son histoire avec les étranger-ère-s

Hannah Brencher a terminé ses études et, après son diplôme, est partie vivre à New York. Elle voulait un changement dans sa vie car elle se sentait complètement envahie par des sentiments de dépression et d’anxiété. Sa tristesse ne semblait pas trouver de consolation, jusqu’au jour où elle a commencé à faire quelque chose d’inhabituel : écrire des lettres d’amour à des étranger-ère-s. Elle le faisait de façon anonyme.

hannah-brenche-768x470

Hannah commençait toutes les lettres par cette phrase : « Si vous trouvez cette lettre, elle est pour vous ». Et dans le corps du message, elle écrivait des messages comme celui-ci : « Vous et moi ne nous connaissons pas. Nous ne nous assiérons probablement jamais à une table et nous ne rirons jamais devant un café. Nous ne danserons peut-être pas dans les mêmes cercles et ne baillerons pas ensemble à minuit. Mais cela m’importe peu. Ceci est si petit et insignifiant en comparaison avec les choses que je voudrais que vous sachiez : vous êtes fantastique. Vous en valez la peine. Vos mains sont faites pour créer des choses magnifiques. »

La femme laissait ces lettres pour les inconnu-e-s dans des restaurants, des parcs, des bus et même au siège de l’ONU. Pour les écrire, elle pensait simplement à tout l’amour dont elle avait elle-même besoin. À toutes ces phrases qu’elle voulait entendre. C’était comme si elle tombait amoureuse de ces étranger-ère-s et déclarait ensuite son amour dans les lettres.

Après cette période d’écriture de lettres, Hannah découvrit qu’elle avait cessé de se centrer sur elle-même et que sa douleur ainsi que sa solitude s’étaient dissipées. Elle n’est pas la seule personne au monde à avoir retrouvé sa joie de vivre en aidant des inconnu-e-s, qui finissent par être une partie fondamentale de la vie.

La dépression et l’aide aux inconnu-e-s

Pourquoi le fait d’aider les inconnu-e-s est-il une forme de vous aider vous-même si vous souffrez de dépression ou d’anxiété ? La réponse n’est pas simple mais elle est profondément liée au fait qu’une personne profondément affectée au niveau émotionnel a tendance à s’isoler. Et, en s’isolant, tous ses symptômes et tous ses problèmes se développent.

Il y a également un lien avec l’image d’incapacité et de vulnérabilité qui apparaît quand on fait face à des problèmes émotionnels. Dans ces états, les personnes pensent qu’elles ne servent à rien, qu’elles sont incapables de faire quelque chose de bien et qu’elles ne méritent pas beaucoup de choses. On retrouve aussi cela chez les personnes qui souffrent de carences affectives, qui ne peuvent être comblées ni par quelque chose, ni par quelqu’un. Cela se transforme en cercle vicieux : la tristesse conduit à l’isolement et l’isolement à la tristesse. Quand le cercle se brise, tout commence à être vu différemment.

manos-con-flores-1

L’une des croyances de toute personne névrosée est celle-ci : « ce qui m’arrive n’arrive à personne d’autre ». Il s’agit du grand mensonge de celleux qui souffrent de problèmes émotionnels. Iels ne peuvent pas voir que chaque être humain porte un poids et que nous avons tou-te-s à passer par de grandes souffrances à un certain moment de la vie.


En aidant les inconnu-e-s, cette fausse croyance commence à changer. Vous vous placez dans une position de compréhension face aux autres qui, au bout du compte, vous aide également à comprendre ce qui vous arrive.


Dans une étude menée au Royaume-Uni, on a pu vérifier que les personnes qui réalisent des tâches altruistes ou qui agissent d’une façon polie avec des inconnu-e-s, au moins deux fois par semaine, réussissent à surmonter leur dépression et leurs angoisses sociales d’une façon surprenante. C’est également quelque chose qui permet d’avoir une meilleure opinion de soi-même et d’alimenter un sentiment d’orgueil personnel. Pourquoi ne pas essayer de nous aider en aidant les autres ? Ceci est une magnifique preuve d’amour envers la vie.

Images Free People, Luke Stephansshen, Hannah Brencher.

A découvrir aussi