Quand vous ne savez pas où aller, suivez le parfum d'un rêve

Quand vous ne savez pas où aller, suivez le parfum d'un rêve

Dernière mise à jour : 24 février, 2017

Un rêve ne s’atteint que lorsqu’on se sent libre de transformer sa réalité. Cependant, parfois, nous avons la sensation très claire que la société orchestre mille et une stratégies pour couper nos ailes, pour nous faire entrer dans ces moules dans lesquels nous resterons peu à peu conditionné-e-s par une routine manquant d’éclat et de liberté.

Dans toute bibliothèque, nous trouvons une infinité de livres pour nous apprendre à atteindre nos rêves et nos objectifs. On nous parle de la détermination, de la confiance en soi et de la motivation. Cependant, on ne décrit pas toujours la subtile importance de tous ces briseurs de rêves qui se multiplient autour de nous. Nous avons signalé un peu plus tôt la société, tous ces organismes qui, avec leurs politiques et leurs ordres, nous contrôlent. Malgré tout, nous devrions aussi parler des familles ou même des éducateur-trice-s.


« Ne dormez pas pour vous reposer, dormez pour rêver car les rêves sont faits pour être réalisés. »

-Walt Disney-


María Montessori disait que la première tâche de l’éducation consiste à “agiter la vie”, mais en la laissant libre pour qu’elle se développe elle-même. Aujourd’hui, au sein d’un grand nombre de familles et de centres d’enseignement, au lieu d’agiter, de favoriser et d’allumer cette étincelle pour que les enfants se lancent dans la vie avec enthousiasme, on se limite à les enfermer dans une série de paramètres afin de les homogénéiser.

Quand nous mettons au monde des personnes qui ne cherchent qu’à être identiques, à avoir ce que le-a voisin-e possède ou à réussir ce que l’autre a réussi à faire, la liberté n’est pas authentique. Ce n’est rien de moins qu’un terrain idéal pour que les rêves germent. Nous ne pouvons pas oublier que les grands rêves qui ont surgi des esprits les plus fins sont ceux qui peuvent changer le monde, ceux qui nous aident à aspirer à un horizon plus digne, rempli de merveilles et de possibilités.

mujer-con-mantas-raya

Les rêves nous font évoluer en tant que personnes

Parfois, nous avons la très nette sensation que nos lieux de vie personnels et professionnels sont comme des champs de mines. Nous vivons dans un présent qui ne facilite pas beaucoup la tâche : la bureaucratie, le corporatisme, le manque d’investissement dans le capital humain et la rigidité de nos structures sociales sont d’authentiques barbelés pour nos rêves.


« Ce qui importe véritablement, ce ne sont pas les objectifs que nous nous fixons, mais les chemins pour les atteindre. »

mujer-con-ciervo

Au milieu des complexes circonstances actuelles dans lesquelles beaucoup de personnes se retrouvent plongées, il se produit un fait véritablement paradoxal. Une grande partie de nos rêves se trouvent aux premiers niveaux de la pyramide des besoins d’Abraham MaslowL’aspiration à la sécurité et à la protection est un but qui continue de nous résister : un bon travail, une maison, un matelas économique…

De la même façon, les besoins d’estime ou de reconnaissance sont aussi des objectifs en attente dans lesquels il faut investir jour après jour : la confiance, l’estime de soi, l’indépendance, la liberté… C’est comme si atteindre cette auto-réalisation, cette force avec laquelle une personne est capable d’arriver à la réalité qu’elle a toujours voulu, nous demandait beaucoup d’efforts.

pavo-real

Maintenant, comme le disait Wayne Dyer, quand vous dansez, votre objectif n’est pas d’aller à un endroit déterminé de la piste mais de profiter de chaque pas du chemin. Par conséquent, au lieu de nous frustrer pour ne pas avoir atteint nos objectifs ou pour avoir des lacunes dans la confiance que nous plaçons en nous-mêmes, il faut être conscient-e qu’il s’agit d’une danse qui ne s’arrête jamais. Si vous vous arrêtez, la musique s’éteint et vous perdez le rythme, la magie, la motivation.

S’il y a bien une chose qu’a toujours fait l’être humain depuis qu’il a regardé le ciel et découvert les étoiles, c’est rêver. Peu importe à quel point la nuit est obscure ou à quel point la jungle de nos mondes quotidiens est épaisse, les rêves nous motivent chaque jour et nous poussent à lutter, à ne pas abandonner. Parce qu’aucun-e rêveur-se n’est trop petit-e et qu’aucun rêve n’est trop grand.

Images de Dimitria Milan