Ne regrettez jamais d’être une bonne personne

15, mai 2017 dans Emotions 2378 Partagés

Ne regrettez jamais d’être une bonne personne. Combien de fois avez-vous pensé que cela n’en vaut pas la peine d’être quelqu’un de bon ? Qu’il y a toujours quelque chose qui va à notre encontre. Que les bons gestes ne sont pas toujours accompagnés de reconnaissance. Et pas uniquement de reconnaissance… mais aussi parfois, nos gestes ne sont même pas perçus par les autres.

Quand nos gestes de bonté ne sont pas perçus par l’entourage, la frustration et l’impuissance prennent souvent place dans notre corps et dans notre ressenti. Surtout lorsque cela arrive de manière continue dans le temps et avec les personnes que nous aimons le plus. Cependant, les personnes qui aiment prendre soin et faire du bien aux autres ne devraient pas cesser cela uniquement parce que ce n’est pas visible aux yeux des autres.

« La bonté est le seul investissement qui n’échoue jamais. »

-Henri David Thoreau-

La théorie du « monde juste » explique un biais cognitif que nous utilisons tou-te-s d’une manière ou d’une autre pour assimiler l’information. Souvent, nous espérons recevoir ce que nous donnons aux autres. Comme s’ils s’agissait d’une opération mathématique exacte. Nous alimentons l’idée que nous allons toujours obtenir ce que nous méritons alors que ce n’est pas vrai. Ce serait parfait si le monde était un écosystème juste, avec des lois claires qui nous disaient à quoi nous en tenir. Mais ce n’est malheureusement pas le cas.

La difficulté d’être bon dans un monde qui n’est pas juste

Le monde n’est pas juste. Le monde surprend avec son équilibre de forces et son échelle de priorités appliquée aux  habitants. Des habitants qui, souvent, mettent au-dessus de la « justice », l’intérêt personnel ou qui font étalage d’un intérêt spécial pour les erreurs et les grossièretés des autres. Des habitants qui, souvent, punissent (consciemment ou inconsciemment) la bonté des autres, et vénèrent les gestes qui naissent de la méchanceté ou de la haine.

De fait, nous avons tendance à penser que les bonnes personnes seront récompensées et les mauvaises personnes, punies. Mais, il n’existe pas de telles lois dans la vie. La vie nous surprend par son hasard et son côté aléatoire. Cette idée, erronée, génère de nombreuses attentes éloignées de la réalité. C’est comme si nous considérions comme acquis ce qui allait nous arriver.

« Personne ne peut faire le bien dans un espace de sa vie et le mal dans un autre. La vie est un tout indivisible. »

-Mahatma Gandhi-

La vie n’est pas juste. Il y a de bonnes personnes qui souffrent et de mauvaises personnes qui sont érigées en personnes victorieuses dans un monde confus. Mais cela ne signifie pas que la bonté ne soit pas quelque chose sans sens, non valorisé et non reconnu. C’est quelque chose d’extrêmement nécessaire et qui apporte une qualité différente aux relations.

La bonté revient toujours à soi-même

Les bonnes personnes apportent de la lumière et font briller les relations. Ne regrettez jamais d’être vertueux-se uniquement parce que vous sentez que votre bonté n’est pas perçue et appréciée par les autres. Il y a toujours des personnes qui valoriseront vos gestes. Ainsi, le plus important, comme vous pouvez l’imaginer, ce n’est pas que les autres reconnaissent ce que vous êtes, mais que vous vous sentiez à l’aise avec votre manière d’aimer la vie et les autres.

Être une bonne personne, c’est recueillir les flèches que nous lançons au monde avec notre arc délicat. Les flèches que nous lançons ont toujours un impact sur notre état de paix et de calme. Dans la mesure où ce que nous faisons est pur et sans intérêt de reconnaissance de la part des autres, nous nous sentirons à l’aide avec notre bonté et nous ne la regretterons pas. Pensez qu’elle a le pouvoir de nous réconforter même dans la partie la plus cachée de notre être.

« Tu verras que les maux des humains sont le fruit de leurs choix, et qu’ils recherchent très loin la source du bien, alors qu’elle se trouve dans leur cœur. »

-Pythagore-

Quand ce que nous faisons est en accord avec ce que nous pensons être la bonne manière, nous sommes juste avec nous-même et avec l’autre. Cependant, si nous voulons obtenir quelque chose de l’autre, il est préférable de lui demander directement. Peut-être que vous allez vous reconnaître dans cet exemple : il y a des gens, pour obtenir de la tendresse et de l’attention de la part de leur partenaire, qui sont très attentionnés. Et quand leur partenaire ne leur rend pas la pareille, ils s’énervent et reproche à l’autre de ne pas être attentionné-e.

Parfois, nous déguisons la manipulation de bonté démesurée

Souvent, la manipulation est déguisée de tendre bonté et amène avec elle des malentendus, des disputes et des dépenses d’énergie excessive qui pourrait se terminer avec une déclaration simple et honnête d’intentions.

Si je veux que l’autre soit attentionné-e, je peux lui demander, mais je devrais accepter que s’iel commence à l’être, ce sera peut-être de manière forcée et pas naturelle. Voulez-vous cela ?

Peut-être qu’il est préférable, pour notre santé mentale, d’accepter que l’autre, très probablement, ne va pas montrer sa reconnaissance de la manière et aux moments où nous le voulons. Être une bonne personne avec cette pureté, qui signifie que nous voulons ne rien recevoir en échange de nos actes, est un acte d’authenticité qu’il ne faut pas perdre. 

Si vous le faites pour obtenir quelque chose, soyez honnête avec vous-même et demandez-vous vraiment comment agir de manière authentique sans recourir à ces petites manipulations qui finissent toujours par abîmer la relation et les deux parties. De plus… ne regrettez jamais d’être une bonne personne. La bonté revient toujours sous forme de paix en soi.

Lisez aussi : L’amour sans tendresse ne me convient pas, il n’est pas authentique

A découvrir aussi