Tout cela n’a pas pu être, mais ça en valait la peine

· 21 novembre 2015

« On ne se rappelle pas des jours, mais des moments »

-Cesare Pavese-


 

« La vie, les circonstances nous ont séparés, mais ça en valait la peine…

Je me rappelle de ta façon de marcher, de me regarder, des moments où nous riions ensemble pour les choses les plus débiles…simplement parce que toi et moi, nous étions heureux.

La vie, les circonstances nous ont séparés, mais ça en valait la peine…Il valait la peine de partager avec toi ces confidences, ces câlins, ces baisers, ce désir…

La vie, les circonstances nous ont séparés, mais ça en valait la peine…

La vie nous a fait un cadeau, celui de nous permettre de nous connaître et de nous aimer…et il ne me faut rien de plus.

Je ne me lamenterai pas en disant « Quelle malchance, je l’ai perdu! Le Destin me l’a pris ! » Le simple fait d’avoir vécu avec toi une petite partie de ma vie me suffit pour me sentir chanceux.

La vie, les circonstances nous ont séparés, mais ça en valait la peine…

Je ne vais pas pleurer parce que tu n’es pas plus là, car tu m’as rendu heureux.  Tu m’as fait croire de nouveau en l’amour, en le respect, en la complicité.

Tu m’as fait croire de nouveau en la parfaite combinaison de deux êtres imparfaits, même si j’aurais aimé continuer à avancer à tes côtés.

Même si la vie t’a emporté dans un ouragan énorme, même si je ne te verrai plus jamais, ça n’a pas d’importance ; ton souvenir continuera à vivre en moi pour toujours.

shutterstock_217659763

Il se peut que je connaisse d’autres amours, je ne me ferme pas. La vie a la capacité de nous surprendre sans que l’on ne s’en rende compte. Il se peut aussi que l’amour ne sonne plus jamais à ma porte…qui sait ce qu’il peut se passer ?

Tes doux baisers, tes mots tendres, et ta façon de me calmer quand j’étais très énervé, tout cela aura toujours une place dans mon coeur.

Il se peut que je connaisse d’autre amours, je ne me cache pas. La vie peut me surprendre.

La façon que tu avais d’embrasser mon front et mes paupières…la façon que tu avais de prendre mes mains et de les regarder de cette façon qui me faisait me sentir unique…la façon que tu avais de me faire voler dans les airs…

Nous avions l’impression d’être les maîtres du bonheur, et tout cela aura toujours une place dans mon coeur ».

Le pouvoir des souvenirs

Les souvenirs sont les essences des personnes, de nos expériences et de nos moments. C’est une partie de notre histoire et du parcours de nos vies.

Qu’ils soient bons ou mauvais, ils exercent un grand pouvoir en nous, car en quelques secondes ils peuvent hérisser nos poils, nous faire pleurer ou simplement esquisser un sourire sur notre visage.

Comme nous l’avons déjà dit précédemment, même si on est conscient que tout cela n’a pas pu être, il nous reste le souvenir du vécu et du ressenti. Un souvenir nous nourrit et nous renforce.

shutterstock_219280945

C’est pourquoi, même si cette relation n’a pu perdurer à cause des circonstances, il vous reste son souvenir, son essence, son sceau.

Même si vous refaites votre vie, il vous restera toujours le souvenir de ce qui a été.

Les souvenirs peuvent aussi laisser des blessures ouvertes. Tenez compte du fait que :

1. Il est positif d’avoir de bons souvenirs des personnes que l’on a aimées. Ce qu’on ne doit pas faire, c’est stagner dans le passé.

La vie continue et on doit continuer à être heureux, et à ouvrir notre esprit à de nouvelles expériences et à de nouvelles personnes qui peuvent nous apporter de nouveau le bonheur.

2. Les souvenirs vécus d’une façon optimiste nous sont bénéfiques, et nous aident à sentir que la vie nous a fait un cadeau, et que pour cette raison, on doit se sentir chanceux.

De plus, vous pouvez toujours apprendre des expériences vécues.

 


« Le souvenir, c’est une serre des joies passées »

-Lucian Blaga-


 

3. Les souvenirs font partie de la vie. Quand ces personnes ne sont plus là, ils nous aident à les avoir de nouveau à nos côtés l’espace d’un instant.

On doit les revivre avec bonheur, et pas en étant tristement nostalgique. Gardez le meilleur et apprenez du pire.

4. On ne doit pas utiliser les souvenirs pour nous tourmenter en pensant à ce qu’on a perdu. Si on n’avait pas de souvenirs, notre vie serait vide.

Peut-être que sans souvenir, on pourrait ne pas se lamenter…mais on ne pourrait pas non plus se réjouir.

Les souvenirs restent en vie.

« Quand la nuit tombe,

elle réveille mes sentiments,

et les souvenirs viennent à moi,

comme poussés par le vent.

Parmi mes souvenirs, certains sont doux

et d’autres très tristes,

mais tous sont des souvenirs,

des souvenirs que j’aime.

Quand ils viennent, je les sens,

et ils me frappent la poitrine.

Je leur parle et ils filent droit

vers mes pensées.

Là, ils discutent un moment

du temps qui a passé,

et ils s’en vont comme il sont venus,

mais cette fois sans me frapper à la poitrine,

pour ne pas perturber le sommeil

qui est venu à moi.

« Seulement des souvenirs » – Julio Casati