Mûrir, c’est rire de quelque chose qui nous fait pleurer

6 mai 2016 dans Emotions 1 Partagés

Tourner son regard vers le passé n’est pas une tâche simple si l’on n’a pas réussi à la dépasser avec la fermeté nécessaire.

D’ailleurs, vous saurez si vous avez réussi quand vous vous surprendrez à rire de vous-même à propos de quelque chose qui vous avait étouffé à l’époque.

Savoir être ferme face à une situation passée et la voir d’une autre manière est ce que l’on appelle mûrir. 

Quand vous traversez un moment compliqué, il se peut que l’obscurité vous empêche, d’une certaine manière, de voir la sortie et de marcher dans sa direction.

Peut-être que vous préférez stagner et ne pas affronter vos peurs, et ne pas vous confronter à tous ces êtres imaginaires que vous percevez comme une menace.

Si vous vous souvenez des situations dans lesquelles vous vous êtes senti ainsi, vous comprendrez que les difficultés qui vous semblent insurmontables aujourd’hui ont aussi des failles et des solutions.

Au moment où vous les trouverez, vous serez capable de regarder en arrière et vous sentirez que vous pouvez sourire avec orgueil à votre propre expérience, et à vos propres peurs.

Peut-être qu’en lisant cela, vous vous êtes souvenu de la phrase qui dit “on ne mûrit pas avec les années mais avec les blessures”.

C’est en partie vrai. Soudain, ces blessures, qui aujourd’hui sont des cicatrices, ne font plus mal et sont la preuve tangible que vous avez grandi, et que vous avez appris.

“Il n’y a pas d’autre chemin pour la maturité qu’apprendre à supporter les coups de la vie.”
-William Shakespeare-

Rire face à qui nous a fait du mal

Les coups que vous avez reçus seront en vous pour toujours et selon la dureté de chacun, ils vous demanderont plus ou moins de résistance.

Ils vous suivront où vous voudrez aller, vous ne pourrez pas les fuir et ils se graveront dans le livre de votre vie. Ils le feront sans exception mais vous réussirez à les dépasser et à les faire figurer dans les pages du passé, celle que vous avez déjà lues et que vous pouvez relire uniquement si vous le voulez.

Femme-sous-l'eau-avec-couronne-de-fleurs

De plus, vous n’avez pas seulement la possibilité de décider si vous voulez les relire ou pas. Le plus important, c’est que vous avez le pouvoir de vous en souvenir de la manière que vous voulez, avec l’attitude que vous considérez la plus opportune.

C’est pour cela que rire de ce qui nous a fait un jour du mal signifie mûrir car c’est également apprendre de soi et être qui l’on est.

Vous avez trouvé un point d’inflexion au moment où vous étiez perdu et c’est plus que suffisant pour sourire. Vous vous êtes libéré d’un passé qui vous tenait et aujourd’hui, vous savez comment vous démêler de nouveaux nœuds qui se présentent.

Les erreurs qui deviennent les pierres du chemin

Les plus gros coups que la vie nous donne sont des moments difficiles qui sont le fruits des erreurs de nos décisions.

Il y a des situations qui nous demandent de faire des choix très compliqués, et qui nous mettent « le couteau sous la gorge ». Chacune des options nous mène vers un chemin ou un autre et il est probable que le chemin choisi soit le mauvais.

Les erreurs personnelles se transforment en petites pierres qui ont une signification qu’il est bon de comprendre pour ne pas s’y confronter à nouveau, dans des chemins futurs.

Les pierres vous font trébucher et tomber encore et encore, jusqu’à ce que vous soyez obligé de vous lever pour continuer : cela demande un gros effort qui vous marquera forcément.

“La maturité ne se reflète pas dans la bonne prise de décision,

mais dans la capacité à vivre avec celles que l’on a déjà prises, même quand c’était les mauvaises.”

-Anonyme-

Femme-avec-parapluie

Mûrir, c’est aussi regarder les erreurs comme des opportunités d’apprentissage et comme des outils pour expérimenter le maximum de votre vie.

Il est évident que se tromper fait du mal, parfois énormément, mais il est préférable de tenter quelque chose plutôt que d’avoir mal de n’avoir rien tenté. Essayer, échouer et recommencer fait partie de la découverte intérieure.

Mûrir, c’est se libérer de qui vous a fait pleurer

Ce qui vous a fait pleurer peut être déclenché par l’une de vos actions, mais il est également possible que la douleur provienne de quelqu’un ou quelque chose d’extérieur.

Parfois, par exemple, vous avez pu vous retrouver face à une relation toxique dont vous avez eu du mal à sortir et qui vous a déstabilisé émotionnellement.

Au contraire, peut-être que vous êtes à un moment où il vous est compliqué de couper les fils qui vous unissent à des personnes que vous aimez, même si elles vous offrent pourtant le meilleur.

Il faut accepter les adieux et arrêter de pleurer pour des choses qui ont été mais qui ne sont plus. 

Femme-papillons

Elvira Sastre dit qu’une vie sans courage est un chemin infini de retours en arrière. Mûrir a un lien avec le fait d’être courageux à chaque pas que l’on fait, surtout lors des plus difficiles.

Il n’y a que comme cela que vous aurez des chemins qui vont de l’avant et qui sont faits de souvenirs, comme de petits bagages de votre essence qui ont grandi avec le temps.

“Si vous appelez expériences vos difficultés et que vous vous souvenez que chaque expérience vous aide à mûrir, vous allez grandir vigoureusement et heureux, quelles que soient les circonstances adverses.”
-Henry Miller-
A découvrir aussi