Le mouvement génère du mouvement

· 8 janvier 2016
“L’être humain n’est pas indépendant car le mouvement commence en lui, mais parce qu’il peut inhiber le mouvement. Casser, en somme, sa propre spontanéité et sa naturalité ».
-Hegel-

Il ne s’agit en aucun cas d’un article qui parle de motivation. Ici, nous voulons essayer de transmettre l’idée du mouvement.

C’est un écrit qui aborde le thème des petites étapes que nous engageons vers un destin que nous savons imaginer, mais qui semble ne jamais arriver.

Il y a beaucoup de raisons pour lesquelles nous restons « statiques » et certaines circonstances déterminées nous obligent à rester dans cet état.

Ce sont des moments durant lesquels la vie semble s’arrêter et nos rêves semblent très loin et impossibles, au vu de ce que nous apercevons de notre fenêtre.

Il est évident que nous luttons tous pour quelque chose ou pour quelqu’un (ou pour les deux choses à la fois) mais comment reconnaissons-nous que nous sommes arrivés à l’endroit où nous souhaitions arriver ?

Apparemment, il existe plusieurs signaux qui nous le montrent.

De fait, il semble que le bonheur soit une émotion éphémère et fugace qui se dilue dans le moment durant lequel notre tête nous dit : « oui mais… ». Cette tristesse, toutes proportions gardées, est aussi nécessaire pour pouvoir apprécier les bons moments.

lumiere-shutterstock_258833960

Chaque étape est nécessaire

N’importe quelle décision implique de renoncer à quelque chose et peut-être que subsistera toujours en nous le doute de ce qui se serait passé si nous avions suivi le chemin que nous avons abandonné.

Mais… et si ce chemin que nous avons laissé derrière était une traversée nécessaire pour arriver à l’endroit où nous sommes aujourd’hui ?

Il semble que nous soyons habitués à travailler pour des objectifs. C’est pour cela que lorsque nous terminons un projet de façon satisfaisante, nous nous sentons heureux et comblés.

Cependant, peu après notre esprit nous sabote avec de nouveaux doutes et des inquiétudes qui nous font nous poser des questions…

Nous nous demandons si cela a vraiment été une réussite ou un pas important dans notre vie ou si au contraire, il s’agit simplement d’un essai avorté.

Est-ce qu’un jour nous nous sentirons vraiment bien avec nous-même ?

Oui, le mouvement est important, mais un mouvement excessif pour atteindre un objectif abstrait, devient obsessionnel et nocif pour l’estime de nous-même. Il peut aussi affecter notre vision du monde et des relations.

Chaque petit pas que nous faisons est important.

Il y a beaucoup de raisons pour lesquelles nous pensons que le hasard est le résultat de petites actions que nous avons réalisées.

Dans la plupart des cas, nous ne savions pas vers où nous nous dirigions. Ce ne sont que des miettes de pain que nous avons laissées derrière nous sans véritablement nous en rendre compte.

Croyez-nous, chaque étape a été déterminante dans le processus de notre vie.

chaque-etape-est-importante-shutterstock_68918620

Nous disons souvent que la vie passe son temps à retourner et à renverser les choses, mais en réalité, elle tourne uniquement si nous-même la faisons tourner.

Depuis le canapé de notre salon, il est impossible de changer notre monde, mais il est également impossible d’atteindre ce que l’on appelle le destin, si l’exigence que l’on a de nous-même est exagérée et démesurée. En fait, comme d’habitude, le secret se trouve dans l’équilibre. 

A présent, pensez à toutes ces choses dont vous n’auriez jamais pensé qu’elles se passeraient. Comment sont-elles arrivées ? Ce sont des réussites que nous avons obtenues et qu’il n’est jamais bon de dénigrer.

Le mouvement est l’étape de la puissance des actes 

Il y a beaucoup de choses que nous voulons faire et qui restent dans nos pensées par peur de passer à l’action.

Nous nous projetons dans un futur catastrophique plein d’insécurités, de dommages irréparables et d’échecs anticipés.

Cela arrive avant les petits mouvements nécessaires et aussi face aux grands défis de la vie.

Face au premier cas, il y a une solution : faites-le. Face au second, il y en a une autre : soyez patient et gardez les pieds sur terre.

Ainsi, face aux défis excessivement difficiles, il est possible que vous échouiez à court terme et peut-être que la vie consiste en de petites approximations. 

Vous remarquerez que vous aurez mille et une excuses pour ne pas le faire et vos peurs chercheront des raisons pour soutenir votre hypothèse mais avez-vous vraiment essayé?