Montrer et démontrer sur les réseaux sociaux

9 septembre 2019
Si on accorde trop d'importance à montrer et à démontrer sur les réseaux sociaux, nous finissons par construire un personnage virtuel qui ressemble peu à la personne que nous sommes réellement. Quelles en sont les conséquences ? Un plus grand risque de frustration et une identité confuse.

Le monde virtuel est un domaine qui nous invite à constituer un ou plusieurs personnages pour interagir avec les autres. Montrer et démontrer sur les réseaux sociaux est un phénomène que l’on observe au quotidien. Ces espaces en particulier sont comme une vitrine que chacun décore à sa guise pour représenter un rôle, celui de la personne qu’il veut être.

Le contraire du virtuel, ce n’est pas le réel, c’est le présent. Sur Internet, les gens ne sont pas physiquement présents. D’une manière ou d’une autre, chacun est libre de cacher ou de ne laisser voir que ce qu’il souhaite. Cela survient également dans la vie physique. Néanmoins, cela ne peut aller plus loin que sur Internet. On peut presque tout montrer et démontrer sur les réseaux sociaux.

Ce qui, en principe, pourrait être imaginatif et ludique, devient facilement un sujet problématique. Cela survient parce qu’il n’est pas rare qu’en démontrant sur les réseaux sociaux que nous sommes tel type de personne, nous établissions des liens sur cette base. Nous finissons par être confus et par confondre ce qui est lié à notre réelle identité.

Une fille reçoit des notifications sur son portable

On peut tout démontrer sur les réseaux sociaux

La virtualité possède une caractéristique qui permet une certaine falsification de l’identité. On peut dire tout et n’importe quoi à une autre personne sur les réseaux sociaux, en temps réel. Néanmoins, cette personne n’a pas la possibilité de vérifier si ce que nous disons est vrai ou non. Il en va de même pour les publications que nous mettons en ligne.

C’est une chose de montrer et démontrer sur les réseaux sociaux, et c’en est une autre de le faire dans le monde du concret. La réalité virtuelle ne permet pas d’accéder au contexte dans lequel se trouve une personne. Elle ne permet pas non plus de réussir à contraster ce que quelqu’un dit avec notre propre perception de sa réalité.

Cela étant, toutes les conditions sont présentes pour que le jeu d’identités évolue dans un cadre extrêmement flexible. Nous ne nous en rendons pas compte, mais nous finissions par mettre en scène un personnage qui représente notre Moi idéalCette représentation que nous créons, nous finissons par la nourrir et par l’enrichir.

Approbation et admiration

L’identité que nous construisons sur les réseaux sociaux et pour les réseaux sociaux possède les traits que nous jugeons comme « les meilleurs ». Nous recevons une rétroalimentation grâce à chacune de nos publications. Certaines obtiennent plus de « J’aime » et d’autres passent inaperçues. Cela nous permet d’apprendre à identifier ce qui est le mieux reçu et admiré par notre réseau « d’amis ».

Montrer et démontrer sur les réseaux sociaux est également une manière de rivaliser avec les autres sur le « marché social ». Ceux qui sont trop « immergés » dans ce monde virtuel ont l’impression de pouvoir juger les autres, en montrant parfois une sévérité surprenante. Ainsi, on forge des liens aussi artificiels que fragiles.

L’approbation et l’admiration qui règne sur les réseaux sociaux n’est pas celle qui naît de la reconnaissance authentique. Elle est davantage liée à l’addition des « J’aime » et au nombre de followers. C’est ainsi que naissent de nombreux « influenceurs« . Ce sont les mieux cotés sur ce marché de la personnalité.

Démonter sur les réseaux sociaux est un phénomène quotidien

L’aveuglement est le vrai problème

Les réseaux sociaux sont faits pour générer des revenus. En soi, ils ne sont ni bons ni mauvais. Néanmoins, il s’agit d’un terrain fertile pour augmenter l’effet de pression du groupe et pour que les « tendances » se consolident. Lesdites tendances ne sont d’ailleurs pas constructives ou enrichissantes pour les personnes et les entreprises.

Les réseaux sociaux sont des espaces propices à la banalisation du pertinent. Nous voyons au quotidien qu’ils séparent plus qu’ils n’unissent. Ils fomentent des microdictatures d’opinion. Pour ceux qui ne sont pas sûrs d’eux ou qui n’ont pas développé un discernement indépendant face à la réalité, ils amènent à la construction d’identités trompeuses voire frauduleuses.

Ils exercent également un grand pouvoir de conditionnementMontrer et démontrer sur les réseaux sociaux peut devenir une action dans laquelle sont impliqués plus d’attentes et plus de sentiments que nécessaire. Passer inaperçu après avoir mis en ligne une publication est frustrant pour certains. Et, aussi contradictoire que cela puisse paraître, c’est quelque chose qui isole également : de soi-même et du monde réel.

S’exprimer et partager sur ces espaces ne représente qu’une des nombreuses manières que nous avons d’établir un lien avec les autres. Si nous nous laissons absorber par les réseaux sociaux, nous finissons par défigurer ce que nous sommes. Nous renonçons à la précieuse opportunité d’expérimenter des amitiés profondes, une vraie camaraderie et l’expression de notre être.

 

  • Ruiz, V. R., Oberst, U., & Carbonell-Sánchez, X. (2013). Construcción de la identidad a través de las redes sociales online: una mirada desde el construccionismo social. Anuario de psicología, 43(2), 159-170.