Monseigneur Arnulfo Romero, biographie d'un saint contemporain

24 juillet, 2020
Monseigneur Arnulfo Romero est connu depuis longtemps comme étant "le saint de l'Amérique". Il a été déclaré martyr et a été crédité du miracle d'avoir guéri une femme nommée Cecilia Flores.

Monseigneur Arnulfo Romero est le premier salvadorien d’Amérique centrale à être déclaré saint par l’Église catholique. Il a également été le premier catholique à être consacré martyr après le Concile Vatican II. Il est non seulement honoré par les catholiques, mais aussi par les anglicans, les luthériens et même les non-croyants.

Le nom de Mgr Arnulfo Romero a été proposé pour le prix Nobel de la paix, en 1979, par le Parlement britannique. Cependant, finalement, le prix est tombé entre les mains de Mère Teresa de Calcutta. Le prêtre a été canonisé en 2018 par le pape François.

Monseigneur Arnulfo Romero était une légende vivante et continue de l’être après sa mort. On le connaissait pour sa bonté et ses valeurs. Depuis la chaire, il a fermement défendu les droits de l’Homme et dénoncé ceux qui les ont passés sous son propre nom. On considère son assassinat au milieu de la messe dominicale comme l’un des déclencheurs de la phase la plus sanglante de la guerre civile au Salvador.

L'histoire de Arnulfo Romero

Mgr Arnulfo Romero : une vocation précoce

Monseigneur Arnulfo Romero est né à Ciudad Barrios, département de San Miguel, au Salvador, le 15 août 1917. Il venait d’une famille très humble ; son père était télégraphiste et sa mère, employée de maison. Ses amis d’enfance affirment que sa dévotion religieuse a commencé très tôt. Il a toujours commencé la journée en entrant dans la chapelle pour prier pour sa famille.

À la fin de l’école primaire, il se consacre à la menuiserie et à la musique. À seulement 13 ans, il parle à un prêtre et exprime son intérêt d’entrer au séminaire. Les faibles ressources de sa famille étaient un obstacle, mais grâce à la collaboration de la communauté clarétaine, il a rapidement pu réaliser son rêve.

Bien qu’il ait eu de grandes difficultés à continuer au séminaire, en raison de la pauvreté de sa famille, il s’est distingué par son engagement et son intelligence. En conséquence, on l’a choisi pour se rendre à Rome et y poursuivre ses études. En Italie, il avait pour professeur celui qui deviendrait plus tard le pape Paul VI.

Une vie pleine de hauts et de bas

Il y a un épisode peu connu de la vie de Mgr Arnulfo Romero, qui a eu lieu pendant le voyage de retour dans sa patrie. Il a quitté l’Espagne dans un bateau appelé Marqués de Comillas. C’était en 1943, et l’Europe a été engloutie dans la Seconde Guerre mondiale.

Pour cette raison, lorsque le navire a fait escale à Cuba, le prêtre a été arrêté et emmené dans un “camp de concentration”. Il était méfiant car il venait de l’Italie de Mussolini et de l’Espagne de Franco. Il est resté en captivité pendant 127 jours, jusqu’à ce qu’ils soient convaincus qu’il n’était pas un espion de l’Axe allemand.

En 1944, il revient finalement au Salvador, après un séjour au Mexique. Déjà dans sa patrie, il se consacre avec ferveur à travailler pour les plus vulnérables. Il entreprit également une carrière ecclésiastique réussie, ce qui le conduisit à devenir archevêque de San Salvador le 3 février 1977. À ce moment-là, son pays connaissait déjà de grandes tensions politiques internes.

La vie de Arnulfo Romero

Un martyr américain

En réalité, beaucoup considèrent Mgr Arnulfo Romero comme un conservateur en matière de religion. Mais il était aussi un catholique véritablement engagé, qui ne se permettait pas de garder le silence face aux injustices commises dans son pays. Pour cette raison, il a transformé sa chaire en une plateforme à partir de laquelle il a dénoncé les violations des droits de l’Homme.

Pendant ce temps, de nombreux religieux meurent assassinés au Salvador, presque toujours pour la même raison. Le fait de se positionner du côté des plus pauvres. Les meurtres sont restés en toute impunité. Or, Romero, de son église, a dénoncé à maintes reprises ce qui se passait. Il a eu une audience avec le pape Paul VI pour dénoncer la situation. Il a reçu le soutien du Souverain Pontife.

Cependant, plus tard, il est allé voir le nouveau pape, Jean-Paul II, et il a refusé de l’écouter. Au Vatican, Romero aurait été un prêtre révolutionnaire et sa présence n’a pas été bien reçue. En fait, le Saint-Père a remis en question ses allégations.

Après cet épisode, Mgr Romero est retourné au Salvador complètement découragé. Le 24 mars 1980, alors qu’il disait la messe dans sa paroisse, plusieurs hommes armés sont entrés et lui ont tiré dessus.

L’événement a choqué le pays. On le considère comme le début d’une guerre civile qui a fait plus de 75 000 morts et environ 7 000 disparus. Aujourd’hui, San Arnulfo Romero est l’une des grandes légendes d’Amérique.

 

SALCEDO, J. E. (2000). El martirio de monseñor Oscar Arnulfo Romero. Theologica Xaveriana, (133), 115-118.