Mon partenaire ne me regarde pas lors de nos conversations intimes

Votre partenaire a tendance à éviter de vous regarder lorsque vous lui parlez de vos sentiments, à se détourner de vous et à éviter le contact visuel ? Nous vous expliquons les raisons de ce comportement frustrant.
Mon partenaire ne me regarde pas lors de nos conversations intimes
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 28 mars, 2023

Elena est avec son partenaire, Andrés, depuis près de douze ans. Elle l’adore et il l’aime encore plus. Cependant, il y a un aspect qui la torture, c’est qu’il est incapable de soutenir son regard quand ils parlent de sujets intimes, d’émotions et de sentiments. En ce sens, elle lui reproche que pendant qu’ils font l’amour, il évite de la regarder dans les yeux.

Elena ne doute pas de l’amour d’Andrés, il le lui montre quotidiennement de manière infinie. Cependant, ce détail lui fait mal et il n’y accorde pas trop d’importance. Il y a des gens qui supposent que, lorsqu’il s’agit de conférer de l’affection, le contact visuel n’est pas important, il suffit d’être physiquement présent. Cependant, ce manque de connexion peut conduire à des doutes et à de la confusion.

La vérité est que cette particularité est plus fréquente chez les hommes, et ce sont eux qui regrettent de ne pas avoir ce contact visuel à certains moments de la relation. En fin de compte, dans de nombreux cas, ils finissent par assumer ce manque, mais à contrecœur. Car au sein d’un lien de couple, le langage visuel constitue un pilier de base qui installe et enrichit ledit lien.

Si c’est si important, pourquoi y en a-t-il qui ne le font pas ?

Le regard est un canal de connexion émotionnelle, un mécanisme que tout le monde ne maîtrise pas.

L'homme soutenant son partenaire symbolisant mon partenaire ne regarde pas pendant les conversations intimes
Le langage visuel en tant que mécanisme de connexion émotionnelle s’installe dans l’enfance.

Pourquoi mon partenaire ne me regarde-t-il pas lors de conversations intimes ?

La première chose à laquelle on peut penser quand on remarque qu’une personne évite de nous regarder quand on lui parle, c’est qu’elle est timide. Cependant, lorsque nous avons déjà une relation consolidée depuis des mois ou plusieurs années, la timidité ne rentre pas dans cette variable. Nous pouvons être des amants complices et de fabuleux compagnons de fatigue, et être présents avec cette particularité.

Maintenant, l’absence de contact visuel pendant les moments les plus intimes fera toujours boiter cette relation, avoir un défaut. Nous pouvons l’accepter, mais c’est une hypothèse douloureuse. Par rapport à ce sujet, l’Université MacEwan, au Canada, met en évidence une série d’aspects dans une enquête. Les gens ont besoin d’établir un contact visuel pour transmettre des informations et consolider l’interaction sociale.

Non seulement nous validons les émotions, mais nous fournissons également des informations sur nos pensées. Un “je t’aime” ne sera jamais assez authentique si vous détournez le regard, si vous regardez le mur et non votre partenaire. Comprenons ce qui pourrait expliquer ce genre de réaction.

Si nous éduquons les enfants à une bonne communication émotionnelle qui prend soin et valorise le contact visuel, ce modèle est préservé à l’âge adulte.

1. Question de genre et, surtout, éducation affective reçue

Ces données peuvent nous intéresser. Il a été observé que, quelques mois après la naissance, les filles recherchent et maintiennent le contact visuel plus longtemps que les garçons. Ces derniers le recherchent aussi, mais ils passent moins de temps à s’occuper de leurs parents. Il s’agit d’informations fournies par des recherches de l’Université du Missouri, en Colombie.

Cela signifie-t-il que la génétique et le sexe de chaque individu déterminent ou non leur capacité à maintenir un contact visuel ? La réponse est non ; pas du tout. Bien que les enfants se regardent moins longtemps, c’est l’éducation reçue en matière émotionnelle et d’interaction sociale qui détermine ce facteur.

Si nos parents nous ont permis de grandir dans un contexte communicatif qui nous renforce lorsque nous exprimons ce que nous ressentons et avons besoin en nous regardant dans les yeux, il est naturel que nous continuions à le faire lorsque nous quittons cet environnement de bulle. Ainsi, avoir bénéficié d’une solide éducation émotionnelle dans l’enfance nous motive à devenir des interlocuteurs soucieux du contact visuel.

2. Difficulté à gérer les moments intimes

Si notre partenaire ne nous regarde pas lors de conversations intimes, il est probable qu’il lui soit également difficile de maintenir ce type de dialogue. Vous pouvez être un grand causeur, une personne brillante et pleine d’esprit, et pourtant ne pas être trop brillant dans l’expression de vos émotions. Ce sont des personnages avec une certaine maladresse pour parler de leurs sentiments et partager leurs besoins.

Les moments d’intimité nous mettent mal à l’aise car ils ne nous permettent pas de nous montrer vulnérables. Prendre cette mesure les embarrasse car cela les fait se sentir faibles et faillibles. Aussi, parce qu’ils n’ont pas acquis les compétences adéquates en la matière. De même, il est important de souligner que cette difficulté les fait également souffrir et ils sont conscients que ces moments peuvent tendre la relation.

3. Le style d’attachement évitant

Il y a des personnes qui ont des difficultés à établir un lien sûr et confiant, basé sur l’entraide et l’expression correcte des sentiments et des besoins. L’attachement évitant se manifeste aussi par l’incapacité à maintenir le regard pendant les dialogues les plus émotifs.

Cela s’explique par le fait qu’ils ne savent pas gérer ces situations et qu’ils ont tendance à éviter, fuir et privilégier la distance.

4. Troubles associés possibles

L’origine d’un regard insaisissable dans des contextes de vulnérabilité émotionnelle trouve presque toujours son origine dans des facteurs culturels et éducatifs. Dans de nombreux cas, il s’agit d’un problème qui touche davantage les hommes que les femmes et le déclencheur est le type d’éducation émotionnelle reçue.

Cependant, nous ne pouvons pas exclure tout trouble psychologique ou neurologique associé. Bien que dans ces cas, des variables plus associées doivent toujours apparaître, et pas seulement le manque de contact visuel. L’alexithymie, entendue comme la difficulté à reconnaître ses propres émotions et celles des autres, et à les exprimer, est une condition qui, associée aux troubles du spectre autistique, peut être corrélée à cette caractéristique.

Il est possible que le manque de contact visuel d’une personne soit dû à une condition telle que l’autisme ou l’alexithymie. Cependant, de nombreuses autres caractéristiques associées doivent apparaître, telles que l’incapacité à comprendre les émotions des autres et même à montrer des problèmes d’empathie.

Homme regardant son partenaire
Le contact visuel est le lien qui nourrit la communication non verbale entre un couple.

Que pouvons-nous faire en tant que couple si ce manque de contact visuel apparaît ?

Que puis-je faire si mon partenaire ne me regarde pas pendant les conversations intimes ou même pendant les rapports sexuels ? Dans ce type de situation, la communication, la compréhension et l’expression correcte de nos besoins sont essentielles. Voyons ci-dessous quelles stratégies nous pouvons suivre :

Aspects que je dois comprendre

Le fait que mon partenaire ne me regarde pas pendant que nous parlons de problèmes émotionnels ne signifie pas qu’il ne m’aime pas. Je comprends que vous ne maîtrisez pas ces compétences et que vous éprouvez un grand inconfort lors de ces types d’interactions.

  • Il n’est pas bon de forcer l’autre personne à nous regarder, cela peut provoquer plus de tension. Essayons de respecter, de donner de l’espace et d’établir un contact visuel avec eux sans imposer. S’ils nous évitent, cherchons-les.
  • Créons un scénario de confiance dans lequel il est confortable de parler de ce que nous ressentons et de ce dont nous avons besoin sans juger.

Aspects que mon partenaire doit comprendre

Notre partenaire doit comprendre à quel point nous apprécions le contact visuel et le rôle qu’il joue dans ce que nous ressentons. De même, il est également positif et sain qu’ils comprennent la valeur de la vulnérabilité, de s’ouvrir émotionnellement et de faire du contact visuel un langage essentiel dans la vie quotidienne.

Franchir cette étape peut être complexe et même dérangeant, mais vous évoluerez en tant qu’être humain et toute relation sera plus gratifiante. Aidons-nous dans cet apprentissage.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Geary, D.C. (2002). Chapter 2: sexual selection and sex differences in social cognition. In: McGillicuddy-De Lisi, A., De Lisi, R., editors. Biology, Society, and Behavior: The Development of Sex Differences in Cognition. Westport, CT: Ablex Publishing, pp. 23–53.
  • Jarick M, Bencic R. Eye Contact Is a Two-Way Street: Arousal Is Elicited by the Sending and Receiving of Eye Gaze Information. Front Psychol. 2019 Jun 4;10:1262. doi: 10.3389/fpsyg.2019.01262. PMID: 31214077; PMCID: PMC6558178.
  • Swaab, R. I., & Swaab, D. F. (2009). Sex differences in the effects of visual contact and eye contact in negotiations. Journal of Experimental Social Psychology, 45, 129-136.
  • Wood, Julia (2011). Gendered Lives: Communication, Gender, and Culture. Wadsworth.
  • Leeb, R., & Rejskind, F., (2004). Here’s Looking at You, Kid! A Longitudinal Studyof Perceived Gender Differences in Mutual GazeBehavior in Young Infants. Sex Roles. 50. 1-14. 10.1023/B:SERS.0000011068.42663.ce. https://www.researchgate.net/publication/225194835_Here’s_Looking_at_You_Kid_A_Longitudinal_Study_of_Perceived_Gender_Differences_in_Mutual_Gaze_Behavior_in_Young_Infants

Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.