Les Microexpressions selon Paul Ekman

12 janvier 2018 dans Autres 54 Partagés

Paul Ekman est considéré par l’American Psychological Association (APA) comme l’un des psychologues les plus prestigieux et influents du 21ème siècle. C’est l’une des plus grandes références dans le domaine de la détection des mensonges et des relations entre les émotions et les expressions faciales. En outre, il a été co-découvreur des microexpressions. Dans cet article, nous expliquons ce qu’elles sont, comment elles apparaissent et leur pertinence !

Ekman considère que les microexpressions qui se manifestent au cours d’une conversation, peuvent généralement passer inaperçues du destinataire potentiel. Cependant, leur importance est évidente, car ce sont des mouvements faciaux rapides, non contrôlés par la personne et qui représentant différentes émotions.

Des faits à la théorie

Paul Ekman est l’une des personnes qui sait le mieux comment les émotions authentiques sont dessinées sur nos visages. Il se définit comme «un scientifique dont les découvertes ont changé ma façon de penser».

Après des années de promulgation de la particularité des émotions, a obtenu des fonds pour un projet qui est devenu le tournant de sa carrière. Cette approbation l’a aidé à étudier, in situ et en profondeur, l’origine des émotions dans plus de vingt cultures.

Ses résultats lui ont valu d’établir sa généralisation la plus connue : les émotions ne sont pas culturelles, mais biologiques. Par conséquent, elles sont universelles et résultent de l’expression génétique.

Grâce à ces gènes, certains groupes musculaires du visage se contractent simultanément suivant un certain schéma dépendant de l’état émotionnel dans lequel se trouve la personne. Si vous êtes heureux, vous ferez des mouvements radicalement différents de ce que vous feriez si vous étiez submergé par la peur. Cette idée est elle-même dérivée de deux autres.

Paul Ekman
Universelles et liées aux émotions

La première est que l’apparition des microexpressions se produit de la même manière chez tous les êtres humains. C’est-à-dire que toutes les personnes, peu importe la culture qu’elles ont intériorisée, leur développement, la façon dont elles ont été élevées ou comment elles ont passé leur enfance, par exemple, ouvrent la bouche pour exprimer leur surprise.

La seconde, qu’il existe un groupe d’émotions universelles qui sont intimement liées à ces petits gestes. Un petit sourire, une rapide arche du sourcil, une démangeaison soudaine au nez … Autant de petites variations dans les muscles du visage, pratiquement imperceptibles et involontaires, qui dans la plupart des cas sont le reflet de nos émotions.

Par conséquent, sa proposition centrale est que, puisqu’il y a des émotions bien définies et une manière prédéterminée de les exprimer, il est tout à fait plausible que d’autres personnes puissent les reconnaître, les comprendre et même les utiliser à certaines fins.

Il y a un geste unique, un visage unique.
Partager

Les émotions qui représentent les microexpressions

Nous avons besoin d’émotions pour prendre des décisions, communiquer, comprendre les autres ou assurer la transmission de nos gènes. Avec cette conviction, Ekman est parvenu identifier jusqu’à 10 000 expressions différentes. En 1978, avec Wallace Friesen, il les a classés dans son FACS (Facial Coding System), basé sur l’anatomie des muscles faciaux.

Pouvez-vous dire de quelle émotion nous parlons si quelqu’un plisse son nez sur sa lèvre supérieure? Pourrait-on savoir si quelqu’un a peur en le regardant dans les yeux? Nous expliquons quelles sont les microexpressions correspondant à ces 6 émotions universelles :

  • Joie : élévation des joues. Labial encastré et élevé. Les rides sur la peau sous la paupière inférieure. Les rides entre le nez et la lèvre supérieure et dans la zone externe des yeux.
  • Dégoût : élévation de la lèvre supérieure. Généralement asymétrique. Les rides sur le nez et les zones près de la lèvre supérieure. Rides sur le front. L’élévation des joues rides les paupières inférieures.
  • Colère : sourcils bas, contractés et obliques. La paupière inférieure tendue. Les lèvres tendues ou ouvertes dans un geste de crier. Regard proéminent.
  • Peur : élévation et contraction des sourcils. Paupières supérieures et inférieures élevées. Lèvres en tension. Parfois, la bouche est ouverte.
  • Surprise : Élévation des sourcils, disposée en position circulaire. Stretching de la peau sous les sourcils. Ouvrez les paupières (supérieure et inférieure abaissée). Descente de la mâchoire.
  • Tristesse : Abaissez les angles des yeux. Peau des sourcils en forme de triangle. La descente des coins des lèvres, qui peuvent même se mettre à trembler.

femme qui se cache le visage avec les deux mains

Apprendre à détecter les mensonges en 32 heures

Paul Ekman dit que la motivation la plus fréquente des gens est d’éviter la punition pour avoir enfreint une règle. Il croit qu’étant donné le souci actuel d’honnêteté de ceux qui nous entourent, les microexpressions peuvent nous aider à détecter les mensonges qu’elles tentent de nous faire croire.

Ces micro-mouvements durent une vingt-cinquième partie de seconde. Ceci est imperceptible par l’œil humain s’il n’est pas entraîné pour cela. Par conséquent, le psychologue a décidé de tester environ 15 000 personnes, grâce auxquelles il a pu montrer que 99% des participants n’étaient pas capables de les percevoir.

De là il a commencé à entrevoir là les répercussions qu’il peut y avoir à savoir lire les autres. C’est pourquoi il s’est mis à dispenser des ateliers sur la façon de déjouer les menteurs et de déceler les micro-expressions qui les trahissent. Le plus surprenant est que cela permet d’apprendre à les détecter en seulement 32 heures !

La clé est d’identifier les variations / dissonances du comportement normal de la personne. Par exemple, si quelqu’un affirme quelque chose en même temps qu’il lève très légèrement les épaules, il ment probablement. Il en va de même s’il se gratte le nez ou bouge la tête d’un côté.

Cependant, rien n’est fiable à 100%. Il y a toujours une petite marge d’erreur. Comme l’a noté l’écrivain Roberto Espinosa, la fiabilité de la détection dépend plus de celui qui analyse que de celui qui gesticule: « on dit qu’il n’y a pas de mauvais menteurs, mais de bons experts. »

L’automatisme des microexpressions

L’entraînement à la détection des microexpressions peut encore s’améliorer grace à l’automatisme de celles-ci. Autrement dit, elles ne peuvent ni être cachés ni dissimulées de manière absolue. Alors que vous pouvez essayer de les occulter pour un certain temps, il est pratiquement impossible de les masquer tout le temps.

Même les gens les plus trompeurs et les plus habitués à duper leur entourage sont incapables de contrôler leur inconscient indéfiniment. Tôt ou tard, pour l’œil exercé, ils finissent par se trahir.

Bien qu’une formation soit fondamentale pour réussir à déchiffrer ces microexpressions, il est également vrai que ce n’est pas si simple. En pratique, les détecter implique de porter une attention particulière à l’autre, de le regarder fixement, de l’observer à distance … Et cela peut être source d’inconfort pour la personne évaluée sans qu’elle s’en rende compte.

En outre, il affecte parfois le «bruit informatif» qui masque la manière de faire des gestes. Pour cette raison, il est parfois nécessaire de faire appel à une équipe spécialisée pour capturer ces moments.

La plupart des mensonges réussissent parce que personne ne cherche à découvrir la vérité.
Partager

 Visage de femme noir et blanc
Elles nous permettent de développer certaines compétences

Selon Paul Ekman, une formation à la détection des microexpressions peut nous aider à développer certaines aptitudes sociales et émotionnelles. Parmi elles, notre intelligence émotionnelle ou notre empathie, améliorant la gestion de nos propres émotions.

Cacher une émotion…c’est aussi mentir.
Partager

Être habile et rapide dans l’identification de ces petits gestes nous permet de reconnaître certains comportements et de mieux appréhender les sentiments des autres. Cela nous aide également à être d’avantage conscients et à exprimer nos propres émotions avec plus de précision, ce qui augmente les chances que les autres nous comprennent correctement. Nous devenons ainsi des personnes plus sensibilisées à une large gamme d’émotions, ce qui accroît notre connexion avec d’autres personnes.

Beaucoup assimilent Ekman à des figures tels que Darwin, Wundt, Pavlov, Watson, Skinner, Cattell ou Sternberg. Paul Ekman est sans aucun doute devenu l’un des emblèmes de la psychologie actuelle. Ses contributions à ce domaine ont jeté les bases d’une véritable tendance éducative émotionnelle.

A découvrir aussi