Mémoire sémantique : définition, caractéristiques et troubles associés

Nous avons tendance à croire que la mémoire n'est qu'un processus unique, un seul « compartiment », mais les recherches cognitives nous montrent qu'il existe différents types de mémoire et pas une seule. Nous allons aujourd'hui nous pencher sur la mémoire sémantique.
Mémoire sémantique : définition, caractéristiques et troubles associés
José Padilla

Rédigé et vérifié par Psychologue José Padilla.

Dernière mise à jour : 13 décembre, 2022

Qu’est-ce qu’une cellule ? Quelle est la capitale de votre pays ? Combien y a-t-il de planètes dans notre système solaire ? Qui est le président des États-Unis ? Combien y a-t-il de nombres impairs entre zéro et dix ? Quelle est votre adresse? Le type de mémoire qui stocke les informations dont vous avez besoin pour répondre à chacune de ces questions est appelé mémoire sémantique.

La mémoire sémantique est un type de mémoire à long terme. Grâce à elle, on peut retenir la grammaire d’une langue, les lettres de l’alphabet, les chiffres, etc. Il s’agit d’un support d’une valeur extraordinaire lorsqu’il s’agit de se débrouiller au quotidien.

Qu’est-ce que la mémoire sémantique, exactement ?

Cerveau constitué de mécanismes
La mémoire sémantique et la mémoire épisodique forment la mémoire déclarative.

C’est une mémoire à long terme qui nous permet d’encoder, de consolider, de stocker et de nous souvenir des significations, des compréhensions et des faits sur le monde. La mémoire sémantique agit comme un lieu de stockage pour notre bagage de connaissances sur le monde qui nous entoure.

Il s’agit donc d’un type de mémoire explicite ou déclarative. On dit qu’elle est explicite car elle peut être récupérée volontairement. On dit aussi qu’elle est déclarative car elle peut être verbalisée ou expliquée.

Par exemple, essayez de répondre à la question suivante : quel est le nom de la galaxie dans laquelle nous vivons ? Pour répondre, vous avez dû vous en souvenir consciemment et rechercher dans vos connaissances la réponse la plus probable à la question.

Il est important de ne pas confondre la mémoire sémantique avec la mémoire épisodique, qui est l’autre sous-type de mémoire explicite. Pour les distinguer, pensez que l’épisodique fait référence à des événements qui nous sont arrivés à un certain endroit et à un certain moment, tandis que le sémantique fait allusion à la connaissance générale ou spécifique que nous avons du monde.

Dans la mémoire épisodique, il y a une référence claire au temps, à l’espace et au moi. Alors que dans la mémoire sémantique, cette référence est perdue. Vous voulez le vérifier plus précisément ? Répondez aux questions suivantes : quel jour (ou année) et où avez-vous appris que 2 + 2 = 4 ? Quel jour (ou année) et où avez-vous fêté votre diplôme ?

Vous voyez ? Il est plus compliqué de situer précisément dans l’espace et dans le temps les connaissances dont on dispose (2 + 2 = 4). Vous pouvez vous rappeler ou savoir quelles sont les capitales des pays européens, mais vous ne vous souvenez pas du moment exact où vous les avez apprises.

Avec la mémoire épisodique, c’est le contraire qui se produit car l’espace et le temps sont nécessaires. C’est pourquoi il vous est plus facile de vous rappeler le jour et l’endroit où vous avez obtenu votre diplôme scolaire ou universitaire, comment l’endroit était décoré, qui était là, etc.

Caractéristiques de la mémoire sémantique

Nous avons évoqué certaines caractéristiques de la mémoire sémantique. Pouvez-vous les décrire ? Si c’est le cas, vous venez d’utiliser votre mémoire sémantique. En accédant à ce dont vous vous souvenez avoir lu sur la mémoire sémantique, vous avez précisément utilisé ce type de mémoire.

Une caractéristique clé de cette mémoire est qu’elle ne fait que coder, consolider, stocker et récupérer des connaissances, des concepts, des significations et des compréhensions sur le monde, les autres ou nous-mêmes. Grâce à elle, nous pouvons savoir à quoi ressemble notre monde, quel âge nous avons et comment un membre de la famille se comporte lorsqu’il boit trop. Nous pouvons y stocker des connaissances sur des événements historiques tels que la Première Guerre mondiale.

La mémoire sémantique se caractérise par le fait qu’elle nous permet de comprendre l’environnement dans lequel nous vivons (et nous-mêmes) car elle nous aide à réfléchir à nos caractéristiques personnelles. Les concepts qui y sont stockés nous donnent la base pour construire nos croyances, nos connaissances, nos attentes et nos idées.

Une autre caractéristique est qu’elle ne nécessite pas de référence temporelle ou spatiale pour pouvoir se configurer. Savoir que l’Europe est un continent ne nécessite pas une expérience spatiale ou temporelle de l’Europe. Il suffit de le lire dans un livre ou de regarder une carte du monde. Pour récupérer ces informations, il n’est pas nécessaire de se souvenir d’un lieu ou d’un moment : il suffit de se souvenir du concept et des informations qui ont été lues ou entendues sur l’Europe.

Ce processus de récupération nous amène à une autre caractéristique : la conscience. Lorsque nous accédons ou reconstruisons les informations que la mémoire sémantique a encodées, nous le faisons intentionnellement, en ce sens que nous commençons à chercher, dans notre richesse de connaissances, les informations dont nous avons besoin – par exemple, ce qu’est l’Europe et où elle se trouve.

La mémoire sémantique se caractérise également par le maintien du souvenir de nos représentations de la connaissance sémantique, c’est-à-dire des représentations sur les mots, les choses et leurs propriétés qui nous aident à comprendre le monde et facilitent l’interaction avec lui.

Troubles associés

La maladie d'Alzheimer et la démence sont des affections neurologiques liées
La mémoire sémantique se retrouve altérée dans la maladie d’Alzheimer et la démence sémantique.

Quels troubles, maladies ou altérations peuvent affecter la mémoire sémantique ? Voyons-en quelques-uns :

  • Maladie d’Alzheimer : cette maladie neurodégénérative se caractérise par des troubles de la mémoire – entre autres symptômes – qui affectent non seulement la mémoire épisodique mais aussi la mémoire sémantique. Par conséquent, la personne peut oublier l’année où elle vit ou son âge, etc.
  • Démence sémantique : cette démence se caractérise par une détérioration progressive de la capacité à reconnaître des objets, à comprendre des mots. Pour reconnaître un objet ou connaître le sens d’un mot, la mémoire sémantique est nécessaire.
  • Amnésies : les amnésies se caractérisent par l’incapacité à se souvenir (amnésie rétrograde) ou l’incapacité à stocker de nouvelles informations ou connaissances (amnésie antérograde). La personne amnésique peut non seulement oublier les événements de sa vie mais aussi les connaissances qu’elle avait dans un domaine ou sur le monde en général.
  • Traumatismes crâniens : un coup violent qui blesse les régions du cerveau impliquées dans la mémoire sémantique, comme le lobe temporal ou l’hippocampe, peut provoquer des dysfonctionnements ou des altérations de ce type de mémoire, rendant impossible la récupération des souvenirs.

Pour terminer, la mémoire sémantique nous permet de récupérer des significations et des concepts sans avoir besoin de recourir ou de partir d’une expérience spécifique. Elle n’est pas représentée en termes temporels ou spatiaux et l’origine de l’information qu’elle contient est diffuse – son origine n’est pas claire. Ce type spécifique de mémoire est le lien qui nous connecte au monde et à ses phénomènes.

Cela pourrait vous intéresser ...
Mémoire autobiographique, les merveilleux souvenirs de nos expériences
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Mémoire autobiographique, les merveilleux souvenirs de nos expériences

En quoi consiste la mémoire autobiographique ? Il s'agit de la mémoire de tout ce qui nous entoure, et nous vous en parlons ici.



  • Baddeley, A. D., Eysenck, M. W., & Anderson, M. C. (201o). La memoria. Alianza Editorial.
  • Montefinese, M., Ambrosini, E., Fairfield, B., & Mammarella, N. (2013). Semantic memory: A feature-based analysis and new norms for Italian. Behavior research methods45(2), 440-461.
  • Schendan, H. E. (2012). Semantic Memory. Encyclopedia of Human Behavior, 350–358. doi:10.1016/b978-0-12-375000-6.00315-3
  • Vivas, J. (2009). Modelos de memoria semántica En J. Vivas (Comp.). Evaluación de redes semánticas. Instrumentos y aplicaciones.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.