Marc Aurèle, biographie de l’empereur philosophe

4 novembre 2019
Marc Aurèle était le "dernier bon empereur". Une figure d'une impressionnante pertinence intellectuelle qui nous a légué des œuvres d'un grand intérêt philosophique telles que ses Méditations. Ce travail a également servi d'inspiration à des psychologues de renom comme Albert Ellis.

Marc Aurèle est connu comme le dernier des « cinq bons empereurs ». Les historiens le définissent souvent comme un souverain loyal à l’Empire romain, mais surtout comme un grand penseur qui a également souffert du poids du trône. Son désir a toujours été de se cultiver en tant que philosophe, de sorte que sa nomination comme empereur a limité en partie ses buts intellectuels.

On peut critiquer Marc Aurèle Antonin Auguste, surnommé le Sage ou le Philosophe, sur plusieurs choses dans sa carrière. Nous ne comprenons pas, par exemple, pourquoi il a choisi comme successeur quelqu’un ayant un équilibre psychologique douteux comme son fils Commode. Nous ne partageons pas non plus l’extermination des Marcomans et les Sarmatiens.

Aujourd’hui encore, le sillage de sa silhouette est admiré et respecté pour de nombreuses raisons. Le premier, pour avoir été cet empereur qui a toujours essayé d’être juste. C’était aussi quelqu’un qui pratiquait l’introspection et qui, contrairement à beaucoup de ses prédécesseurs, n’était pas emporté par les excès, l’hédonisme ou la gloire.

Marc Aurèle était le César philosophe. Il s’est élevé comme le précurseur des théories et des livres d’auto-assistance grâce à des œuvres inestimables telles que ses Méditations. En réalité, des personnalités de l’histoire de la psychologie, comme Albert Ellis, nourrissent bon nombre de leurs idées à partir de cette approche stoïcienne, de ces racines à partir desquelles ils apprennent à contrôler la pensée afin de donner vie à l’équilibre.

« En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre, de respirer, d’être heureux. »

-Marc Aurèle-

Une statue de Marc Aurèle à cheval

Biographie du sage empereur Marc Aurèle

Marc Aurèle est né à Rome le 26 avril 121 après J.-C. Il était le fils de l’homme politique Marcus Annio Vero et de Domicia Lucila. Enfant, il s’intéressait déjà à la rhétorique grecque et latine, ainsi qu’à la philosophie. C’était une inclination naturelle, un intérêt également encouragé par sa mère, qui lui a inculqué l’importance de mener une vie austère, d’être humble dans tous les sens du terme.

Bien qu’il y ait quelque chose d’indéniable, quelque chose qui ne pourrait jamais s’harmoniser avec l’idée de mener une existence simple. Sa tante paternelle était Vibia Sabina, épouse de l’empereur Hadrien. C’est ainsi qu’il reçut toujours la meilleure éducation, avec comme professeurs Apollonios de Chalcédoine, Sextus de Chéronée et Fronton, ce dernier étant son ami et son conseiller spirituel. De fait, en 133, Marc Aurèle a été séduit par le stoïcisme, et il portait le manteau d’un philosophe.

La nomination du nouvel empereur

En 136, Hadrien nomma Lucius Vero comme son successeur. Cependant, l’empereur avait toujours admiré Marc Aurèle pour son honnêteté et sa sagesse profonde. A tel point qu’il était courant qu’il lui prodiguait toujours des conseils et qu’il devint peu à peu son bras droit. Un bras droit prudent, précis et réfléchi.

Il a été consul trois fois et a épousé la fille de l’empereur Antonin, Faustine. Plus tard, il recevra les tribunicia potestas ainsi que l’imperium, les plus grandes puissances formelles de l’Empire romain. Ainsi, le jour de ses 40 ans, Marc Aurèle monta finalement sur le trône avec Lucius Vero. Cependant, à la mort de ce dernier, il devint finalement empereur.

Le dernier bon empereur

Avec la nomination de Marc Aurèle comme empereur, une période de conflit commence dans l’Empire. Les attaques des barbares frappent les frontières de Rome. Les révoltes, les épidémies et les soulèvements incessants remettent également en question le caractère naturel du régent, connu de tous pour sa sérénité et sa force morale habituelles.

On sait, par exemple, qu’il n’avait aucune expérience militaire et qu’il détestait le sang. A tel point qu’il a même ordonné aux gladiateurs de quitter les cirques pour servir dans l’armée. Il se préoccupait aussi d’améliorer la condition des esclaves et de se débarrasser de toutes sortes de luxes pour réduire la crise économique que traversait l’Empire.

Ainsi, dans sa relation avec les chrétiens, il adopte la même position que Trajan : il ne les persécute pas. Il ne partageait pas leurs pratiques religieuses, mais il ne les a jamais placées au centre de sa politique. Il a également connu quelques succès, réussi à faire face à la pression des barbares, contrôlé les Germains, et arraché une partie de la Mésopotamie à la fin de l’année 161.

Un buste de Marc Aurèle

Lorsque le temps de la paix arriva, en 175, il accepta l’entrée dans l’empire de groupes de barbares. Cependant, il trouvera sa fin en 177, au cours d’une campagne où la peste lui ôta la vie. Son fils Commode assumera alors la fonction d’empereur, mettant fin à ce qui serait le règne du dernier bon empereur (comme Nerva, Trajan, Hadrien, Antonin le Pieux et Marc Aurèle lui-même).

Méditations, l’art de bien vivre et son influence sur la psychologie

Marc Aurèle est considéré comme le dernier grand stoïcien de l’Antiquité. A travers ses lettres et ces écrits rassemblés dans un livre connu sous le nom de Méditations, nous découvrons la profondeur intellectuelle du César philosophe.

  • Cet ouvrage, écrit selon une série de maximes ou de réflexions, jette sans aucun doute les bases de livres d’auto-assistance. Mais il a surtout pressenti de nombreux concepts qui se développeront plus tard dans la psychologie moderne.
  • Marc Aurèle nous dit comment l’usage de la raison nous donne du courage face à l’adversité. Bien que beaucoup de ces idées aient leurs racines dans les principes du stoïcisme d’Epictète et du néoplatonisme, nous pouvons trouver en lui des idées tout aussi intéressantes.
  • Ainsi, des perspectives telles que la thérapie émotionnelle-comportementale rationnelle d’Albert Ellis (1955) s’inspirent aussi de plusieurs des principes que Marc Aurèle nous a transmis dans ses Méditations.
  • Il soutient, par exemple, que les événements inattendus, inconfortables ou problématiques ne le sont pas vraiment tant que nous ne les interprétons pas de cette façon. C’est notre esprit et notre pensée qui mettent le filtre de l’angoisse, nous qui ajoutons la composante émotionnelle à un événement.

Comme nous le voyons, la base des pensées irrationnelles se trouve dans l’œuvre du dernier bon empereur, Marc Aurèle.

La philosophie et la psychologie de la tranquillité

Dans Méditations, Marc Aurèle nous rappelle que les gens sont sages et vertueux par nature. Cependant, afin de maintenir cet équilibre intérieur, cette tranquillité, nous devons éloigner l’esprit des souvenirs du passé ainsi que des attentes de l’avenir.

Il défend ce principe en utilisant un principe de logique : il n’y a pas lieu de s’inquiéter d’un avenir qui n’existe pas encore. Par conséquent, il vaut mieux s’abandonner en harmonie avec le présent et notre propre devenir. Lorsque ce moment viendra, nous devrons y faire face avec la force d’âme, le jugement et le savoir-faire nécessaires.

Pour Marc Aurèle, une vie bien vécue devait être construite sur le principe de la simplicité absolue. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter de ce qui n’existe pas encore. Mieux vaut se débarrasser de ce qui n’est pas utile, de ce qui est superflu. Il faut fuir les plaisirs qui ne nourrissent pas l’esprit, rien ne sert d’accorder de la valeur aux critiques ou aux paroles insensées et ce qui est plus important… Il n’y a pas de meilleur refuge que son propre intérieur.

Bien que le monde soit en guerre, ce que nous ne devons jamais perdre, c’est la paix du cœur, l’harmonie de l’être. Car avec cette qualité, il n’y aura pas de difficulté ou de revers que nous ne pourrons pas affronter. Comme nous le voyons, les pensées de Marc Aurèle demeurent des dons précieux de sagesse et de réflexion.

 

  • Birley, R. Anthony (2009) Marco Aurelio, la biografía definitiva. Gredos.
  • Aurelio, Marco (2007) Meditaciones. RBA
  • William Irvine: A Guide to the Good Life: The Ancient Art of Stoic Joy. Oxford University Press, 2008.