L’oiseau qui ne savait pas qui il était, une histoire sur l’identité

· 28 avril 2019
Découvrez ici cette intéressante histoire !

Cette histoire sur l’identité nous raconte qu’un humble berger, passionné par son travail, vivait dans un pays lointain. Une année de sécheresse arriva et ce brave homme était inquiet car l’herbe ne poussait pas. Ses chèvres n’avaient rien à manger. 

Etant donné qu’une montagne se trouvait à proximité, le berger décida d’emmener son troupeau jusqu’au sommet, qui était plus humide. Il y aurait sûrement de l’herbe pour qu’elles puissent se nourrir.

Il partit donc de bon matin avec ses chèvres, en direction du sommet qu’il apercevait au loin. Effectivement, à cet endroit, il y avait suffisamment d’herbe. Les animaux broutèrent toute la journée et, sur le chemin du retour, le berger remarqua quelque chose de curieux.

Un petit nid d’aigle était tombé sur un rocher. Le berger haïssait les aigles car ces derniers avaient souvent attaqué ses poules dans le passé. Il était cependant curieux et décida de s’approcher un peu.

Deux oisillons se trouvaient dans le nid. L’un d’eux était mort. Apparemment, le nid était tombé d’un endroit précis et le petit n’avait pas résisté au choc. L’autre oisillon était blessé et respirait à peine. Selon cette histoire sur l’identité, le berger ressentit de la compassion et prit la décision de ramener ce petit oiseau chez lui pour le soigner.

histoire sur l'identité

Les effets des soins

Notre brave berger soigna donc les blessures de l’oisillon en faisant preuve d’une grande patience. Il le nourrit, prit soin de lui et parvint à le sauver. L’aigle était, à son humble avis, trop petit pour le laisser partir et il le garda donc avec lui. Cependant, au fur et à mesure qu’il grandissait, notre homme commença à s’inquiéter. Il ne voulait pas que cet animal attaque ses poules ou ses chèvres.

L’oisillon devint un aigle adulte et le berger décida donc qu’il était temps de le laisser s’en aller. L’histoire sur l’identité nous raconte donc qu’un matin, l’homme emmena l’animal avec lui dans un champ pour qu’il déploie ses ailes et s’envole.

À sa grande surprise, l’aigle commença à bondir en essayant de le suivre pour rentrer à la maison avec lui. L’homme fut donc une nouvelle fois pris de compassion et le ramena chez lui.

Il essaya de le faire partir pendant plusieurs jours mais l’aigle trouvait toujours un moyen pour rentrer. Il ne volait pas : il sautait.

L’animal semblait très attaché au berger et ce dernier arrêta donc de chercher à le faire partir. Il l’emmena simplement dans la basse-cour pour qu’il cohabite avec les poules. Celles-ci prirent peur en voyant qu’il s’agissait d’un aigle mais se rendirent rapidement compte qu’il était inoffensif. Elles commencèrent donc à le traiter comme l’un des leurs.

Un étrange visiteur

Le temps passa et l’aigle se comportait comme n’importe quelle autre poule. Il apprit même à caqueter comme elles. Et, tout comme elles, il était craintif et minaudier. Le berger se mit aussi à le traiter comme une poule.

Un jour, un naturaliste expert en aigles s’arrêta par hasard devant la maison du berger. L’histoire nous dit que ce scientifique traversa la basse-cour par hasard et fut ébahi par ce qu’il y vit : un aigle cohabitant avec des poules et caquetant comme elles.

Le naturaliste alla donc trouver le berger et lui demanda des explications à propos de cet étrange phénomène. Ce dernier lui raconta toute l’histoire et conclut en disant que l’aigle était devenu comme une poule pour lui.

Le scientifique n’était pas d’accord. Chaque animal avait une essence et il lui semblait impossible que l’aigle ait pu oublier qui il était. Il voulut donc prouver sa théorie au berger.

histoire sur l'identité

Une histoire sur l’identité

Le naturaliste offrit un morceau de viande à l’aigle, qui le refusa. Il ne mangeait plus que du blé et du maïs. C’était comme si la viande le dégoûtait. L’histoire sur l’identité nous raconte alors que le scientifique se rendit en haut d’un escalier avec l’animal et le lâcha dans le vide.

Il s’attendait à ce que l’aigle vole mais, à sa grande surprise, celui-ci tomba comme un vulgaire objet et se blessa. Après quelques jours de réflexion, le naturaliste regarda en direction des rochers et crut trouver la réponse à cette énigme. Il fallait se rendre là où tout avait commencé. C’est là que se trouvait la solution.

Le lendemain, le scientifique partit avec l’aigle en direction des rochers sur lesquels le berger l’avait trouvé. Une fois arrivés, l’animal commença à se sentir mal à l’aise. L’expert attendit donc. Pour lui, l’animal finirait par retrouver sa véritable nature.

La nuit passa, et une nouvelle journée commença. L’aigle était maintenant inquiet. Il ne voulait pas avoir le soleil dans les yeux. En voyant cela, le naturaliste le prit par le cou et le força à regarder le soleil.

L’aigle se libéra alors des mains du scientifique et se mit à s’agiter, dérangé par le geste de l’homme. Il déploya ensuite ses ailes et s’envola pour s’éloigner du naturaliste.

 

  • Revilla, J. C. (2003). Los anclajes de la identidad personal. Athenea digital: revista de pensamiento e investigación social, (4), 54-67.