L’Odyssée de Pi, l’imagination comme mécanisme de défense

· 21 octobre 2018

L’Odyssée de Pi est un roman de Yann Martel. Il raconte l’histoire de Pi, un jeune qui doit affronter une situation de vie ou de mort. Pi ne doit sa survie qu’à son imagination.

Les défis auxquels il fait face au cours de son histoire prouvent sa foi et sa morale. Dans l’histoire, Pi est un jeune qui a développé de profondes valeurs morales. Dès son enfance, il a essayé de trouver la vérité à travers la foi en diverses religions. Il a été chrétien, hindou et islamiste. Sa foi lui a permis de développer une profonde empathie et un immense respect pour tous les êtres vivants.

Dans L’Odyssée de Pi (au cinéma, L’Odyssée de Pi), le protagoniste se trouve dans une situation périlleuse. Il doit choisir entre mourir déshydraté et affamé. Ou vivre en trahissant ses valeurs. Il décide donc d’opter pour la vie. En dépit de sa foi.

Après son sauvetage, les enquêteurs lui demandent de faire le récit de sa traversée de l’océan. Pi décrit alors une extraordinaire séquence d’événements. Il narre comment il s’est retrouvé sur une petite barque au beau milieu de la mer et avec quatre animaux. Un orang-outan, un zèbre, une hyène et un tigre du Bengale. Cette histoire est incroyable.

Dans L’Odyssée de Pi, les autorités qui l’interrogent le poussent à raconter ce qu’il s’est réellement passé. Le jeune homme fait alors le récit d’une histoire beaucoup plus réaliste. Mais aussi beaucoup plus sinistre. Les animaux sont la contrepartie imaginaire de quatre personnages humains.

L’attitude de ces humains a poussé Pi à les identifier à des animaux. Il s’est servi de son imagination en tant que mécanisme de défense face aux horreurs qu’il a vécues. Cela lui a permis de garder son sens moral pendant qu’il dérivait sur l’océan.

l'odyssée de pi

L’imagination comme mécanisme de défense

L’imagination est une habileté très puissante. Elle permet à notre esprit de se développer au-delà des événements qui se produisent au quotidien. Et c’est elle qui permet à Pi de survivre. Si l’on établit la théorie que les animaux fonctionnent comme un mécanisme de défense.

Jhonatan Durden explique qu’un très bon argument en faveur de l’imagination comme mécanisme de défense est la quantité de parallélismes entre les histoires de Pi. Ce sont les similitudes entre les animaux et les humains, dans les deux histoires, qui nous font penser à cette théorie.

Les personnages humains de l’Odyssée de Pi sont sa mère, un jeune marin, le cuisinier du paquebot et Pi lui-même. La mère de Pi est représentée par l’orang-outan. Le cuisinier est la hyène sauvage et le marin est le zèbre. L’alter ego créé par l’imagination de Pi pour se décrire lui-même est le tigre du Bengale.

Dans une situation de stress, comme celle du naufrage, il est possible qu’une personne se serve de son imagination. Pour garder toute sa raison. Dans le cas de Pi, son imagination lui permet d’identifier les personnes de la barque comme des animaux. Cela est en partie dû au fait que Pi avait de l’expérience avec les animaux. Et grâce au zoo de sa famille. Il comprenait leur comportement et pouvait le justifier par des réactions instinctives.

La figure du tigre est un grand exemple de cette situation. Pi avait de grandes connaissances en zoologie. Cependant, le fait qu’il puisse le dompter en quelques jours et dans de telles circonstances semble extrêmement improbable.

Le tigre doit donc être une projection de l’imagination de Pi. La création de cet animal est la raison pour laquelle le jeune homme a pu survivre aussi longtemps. À travers le tigre, Pi a pu réaliser des actions qui seraient incompréhensibles pour lui en tant qu’humain mais parfaitement raisonnables pour un animal.

L’imagination est-elle la bonne option ?

Vers la fin de l’histoire, Pi pose une question très importante. Cette question, d’une certaine façon, expliquerait pourquoi il se réfugie dans son imagination.

« Alors dites-moi, puisqu’il n’y a aucune différence quant aux faits, en ce qui vous concerne, et que vous ne pouvez apporter aucune preuve dans un sens ou dans l’autre, quelle histoire préférez-vous? Quelle est la meilleure histoire, l’histoire avec des animaux ou l’histoire sans animaux ? »

-L’Odyssée de Pi-

l'odyssée de pi

Cette question semble être une allégorie de la foi en la religion et de la vie de Pi. Lorsqu’il la pose, il nous donne l’impression de savoir que l’histoire des animaux est le produit de son imagination. Cependant, il semble aussi savoir que cette dernière n’est pas une qualité négative. Elle lui a permis de surmonter des défis qui auraient facilement pu le tuer.

L’histoire des humains paraît réelle. Mais la situation peut être mieux comprise. Grâce aux animaux. Et en comprenant l’histoire à travers ces animaux, Pi peut aussi voir sa propre humanité.

Pi serait probablement devenu fou s’il n’avait pas utilisé ce mécanisme de défense. L’imagination peut être une ressource très utile pour gérer des situations qui nous dépassent. Nous vous invitons donc à voir ou à lire L’Odyssée de Pi.

« Si j’avais encore la volonté de vivre, c’était grâce à Richard Parker. Il m’empêchait de trop penser à ma famille et à la situation tragique dans laquelle je me trouvais. Il me poussait à continuer à vivre. Je le détestais pour autant, mais en même temps je lui en étais reconnaissant. Je lui en suis encore reconnaissant. C’est la vérité pure et simple: sans Richard Parker, je ne serais pas vivant aujourd’hui pour vous raconter mon histoire. »

-L’Odyssée de Pi-