L'intelligence appréciative : la capacité de se connecter avec ce qui est précieux

14 avril, 2020
L'appréciation est une compétence psychologique utile. Elle nous aide à reconnaître nos valeurs et nos forces. Elle nous aide également à nous connecter avec les opportunités qui nous entourent et avec la lumière qui, bien que chaude, brille également les jours gris.
 

L’intelligence appréciative définit une compétence très similaire à celle enseignée par Viktor Frankl dans son livre Man’s Search for Meaning. C’est la capacité à identifier les opportunités au milieu de l’adversité. C’est être capable de voir la valeur de soi et de l’être humain. Le but final étant de l’activer et de faire de cette lumière le phare qui nous guide au milieu des difficultés, des défis et des complexités.

Ce concept est apparu en 2006. Il a été défini par un article intitulé Appreciative Intelligence seeing the mighty oak in the acorn. Son auteur, le professeur Tojo Thatchenkery, travaille à l’université d’Arlinton, aux États-Unis. L’approche, en tant que telle, s’oriente avant tout vers le monde du travail. Son but est de nous permettre de l’élever au rang d’outil pour favoriser l’innovation et une attitude plus résistante pour atteindre le succès. Ou, tout simplement, un épanouissement professionnel.

Ces dernières années, les « cygnes noirs » n’ont fait qu’accroître leur présence dans chacun de nos contextes. Ces éléments, définis par le philosophe Nassim Taleb comme « des événements imprévus qui menacent notre stabilité« , deviennent de plus en plus courants. Ils nourrissent notre incertitude et nous mettent à l’épreuve.

 

Tout ce que nous considérons comme acquis peut changer d’un moment à l’autre. Comme nous le savons déjà, nous ne sommes pas toujours préparés à cela. La première étape pour faire face à tout défi n’est pas de chercher des stratégies au hasard. Ni de fuir ce que nous croyons ne pas pouvoir contrôler. La première étape pour faire face aux problèmes et même en tirer profit est de prêter attention à notre attitude.

C’est cette attitude qui fait germer le meilleur de chacun d’entre nous. C’est l’appréciation qui doit nous permettre d’y parvenir. Il s’agit d’un regard qui plonge dans le meilleur de notre être et qui est capable de se connecter avec la partie la plus précieuse de chacun.

Découvrons-en davantage à ce sujet.

Un homme à lunettes réfléchissant à l'intelligence appréciative

Les trois composantes de l’intelligence appréciative

 

L’intelligence appréciative est définie comme une compétence que, en théorie, nous avons tous. Nous sommes tous capables d’appliquer à un moment donné. Ce type de construction a été inventé, comme nous l’avons indiqué, par le professeur Tojo Thatchenkery au début des années 2000. Il l’a fait après avoir mené des recherches approfondies pour essayer de comprendre ce que ces personnes et ces entreprises qui avaient réussi sur le marché avaient en commun.

Les éléments qui construisent ce type d’intelligence ou de compétence psychologique sont, selon cet expert en processus de changement et de développement, au nombre de trois :

  • Se concentrer sur le présent. Il est fondamental et essentiel d’avoir une intuition bien rodée pour sonder les opportunités. Mais aussi pour y voir clairau milieu de toute la complexité actuelle. Nous devons identifier les dimensions dont nous devons nous occuper, que nous devons exploiter et que nous devons améliorer. Peu importe ce qui s’est déroulé dans le passé. Les véritables opportunités sont ici et maintenant et doivent être appréciées
 
  • Apprécier le positif dans chaque situation. L’intelligence appréciative ne se nourrit pas d’un positivisme illusionniste ou simpliste. En réalité, cette vision n’exclut pas et ne détourne pas son regard des difficultés ou de l’adversité. Elle les prend en compte, les accepte et les comprend. Cependant, elle sait que pour faire ressortir le meilleur de soi-même, il faut reconnaître sa meilleure vertu, sa meilleure valeur, et en faire son arme secrète, son tremplin
  • Visualiser l’avenir en étant réaliste (mais en fixant des objectifs porteurs d’espoir). Si nous voulons aller de l’avant, que ce soit en tant qu’individus ou en tant qu’entreprise, il est nécessaire de préciser les objectifs. Ces objectifs doivent être le moteur du quotidien, ils doivent être le lieu où nous pouvons placer toute notre motivation, notre engagement et notre espoir afin que tout ce qui doit venir nous aide à progresser

L’appréciativité comme valeur personnelle

Depuis que le concept d’intelligence appréciative est né au début du nouveau millénaire, de nouvelles théories ont constamment émergé. Elles ont souvent été exploitées dans le domaine du coaching d’entreprise. Ainsi, des ouvrages tels que Appreciativeness, the value of appreciating what is valuable ou Appreciative Inquiry, cherchent avant tout à permettre aux organisations de se renouveler, d’innover et de se positionner fortement sur le marché.

 

De cette façon, et même au-delà de la sphère des entreprises et des organisations, nous devrions tous faire nôtre cette théorie intéressant. Il s’agit d’une dimension thérapeutique qui peut se révéler intéressante. L’utiliser comme une valeur personnelle nous sera d’une grande aide. Réfléchissons à ses clés les plus simples.

Une ampoule allumée représentant l'intelligence appréciative

Comment développer l’intelligence appréciative

  • L’intelligence appréciative est un acte délibéré. Ce qu’elle cherche, c’est à nous connecter émotionnellement avec nous-mêmes et notre environnement pour réveiller des qualités dormantes, renforcer l’estime et la confiance en soi
  • C’est laisser de côté l’indifférence ou la peur pour reconnaître la valeur de chaque chose, de chaque personne, de chaque expérience et situation vécue qui nous entoure
 
  • Il faut accepter le négatif, l’adversaire et même le tragique, mais sans renoncer face à tout cela. Il faut choisir (apprécier) les opportunités qui nous sont offertes et le positif que la vie peut encore nous apporter
  • Dans notre vie quotidienne, notre routine, il y a beaucoup de changements que nous pouvons faire. L’objectif étant d’investir dans le bonheur et le bien-être. Seul le regard qui assiste, comprend et apprécie, peut y parvenir

Pour conclure, et pour paraphraser Alexandre Dumas, la vie est incertaine. Nous devons donc profiter de chaque instant de bonheur qui se présente, aussi petit soit-il. Savoir apprécier ces éclairs d’émotion, de potentiel et d’opportunité qui existent dans notre réalité, peut faire la différence à un moment donné.

Appliquons donc cette approche intéressante et faisons en sorte qu’elle soit nôtre. Les changements peuvent être étonnants.

 

 
  • Verma, N., & Pathak, A. A. (2011). Using appreciative intelligence for ice-breaking: A new design. Journal of Workplace Learning23(4), 276–285. https://doi.org/10.1108/13665621111128682