L’impact psychologique de l’inégalité

· 21 juin 2018

L’inégalité est un phénomène très présent dans la réalité actuelle. Certains en ont plus et d’autres moins, tant en termes d’argent que d’opportunités. Cela affectera évidemment nos modes de vie ainsi que la qualité de vie que nous menons. Les effets de l’inégalité ne s’arrêtent cependant pas là. Elle génère également des effets psychologiques.

Le contexte actuel, caractérisé par des difficultés et l’ instabilité économique tend à générer de plus grandes différences entre les classes sociales. Il existe donc trois classes bien définies. Les riches, qui possèdent presque tout. Une classe moyenne, avec peu de capital par rapport aux riches. Et les pauvres, qui n’ont rien. De sorte que l’économie et la classe sociale d’appartenance produiront certains effets psychologiques, que nous rapportons ci-après.

inégalité dans les quartiers

Les inégalités quotidiennes

La classe sociale à laquelle nous appartenons influence notre façon de percevoir la réalité. Elle influence la façon dont nous nous sentons et comment nous nous comportons. Les individus de la classe inférieure percevront que les événements qui se produisent autour d’eux dépendent de forces externes indépendantes de leur volonté. Ces personnes tendent à être plus empathiques et compatissantes, altruistes ou, en d’autres termes, à mener des actions plus positives envers les autres sans rien obtenir en retour. Tout cela en comparaison avec la classe supérieure.

D’un autre côté se trouve l’économie, l’argent. La différence entre la quantité d’argent possédée par le plus riche et le plus pauvre déterminera l’inégalité économique d’une société. Dès lors, si les riches possèdent vingt fois plus d’argent que les pauvres dans une société et que, dans un autre, il en possèdent mille fois plus, la première société aura moins d’inégalité économique que la seconde. Les personnes issues de sociétés plus inégalitaires ont par ailleurs tendance à être plus méfiants. Il tendent également à rivaliser davantage pour les ressources économiques et à favoriser les inégalités économiques.

Inégalité de classe sociale

Nous grandissons tous dans une certaine classe sociale. En outre, la plupart d’entre nous vivrons toujours dans une classe sociale similaire à celle où nous avons grandi.Nous développons donc une façon de penser, de ressentir et d’agir très semblable à ceux qui nous entourent. Ceci déterminera par ailleurs notre façon d’interagir avec les autres.

Les personnes de classe sociale inférieure vivent généralement dans des environnements où il existe beaucoup d’incertitude. Des environnement où ils sont vulnérables et où les menaces sont fréquentes et importantes. De sorte qu’elles perçoivent que leurs actions et les opportunités dont elles disposent ne dépendent pas d’elles mais d’éléments externes qu’ils ne peuvent pas contrôler. Elles sont globalement plus sensibles au contexte.

Les personnes de la classe supérieure ont davantage de ressources économiques et leur position sociale est plus élevée. Elles vivent dans des sociétés où la sécurité et la liberté de choix règnent davantage et qui se caractérisent par la stabilité. De sorte que ces personnes apprennent à percevoir qu’elles ont la capacité d’influencer le contexte. Et, contrairement à la classe inférieure, elles deviennent plus sensibles aux opinions des autres. Bien que les personnes de la classe inférieure développent une plus grande empathie, celles de la classe supérieure sont plus précise pour identifier les émotions ressenties par les personnes avec lesquelles elles interagissent (empathie cognitive).

inégalité dans le monde
Coefficient de Gini : indice d’inégalité

Inégalité économique

L’inégalité économique est une conséquence de la façon dont les ressources sont distribuées dans une sociétéLa répartition peut être plus ou moins égalitaire, plus inégale. Nous comprenons donc que les sociétés inégalitaires sont davantage problématiques pour ceux qui possèdent le moins. Certains de ces problèmes sont la santé, l’obésité, les grossesses non désirées, la toxicomanie, la délinquance. Il existe néanmoins d’autres types de problèmes, psychologiques.

Les personnes qui vivent dans des sociétés plus inégalitaires ont tendance à être plus méfiantes. Elles sont donc également plus désagréables avec les autres et participent moins aux activités sociales. Il existe moins d’interaction entre les individus, notamment lorsqu’ils vivent dans des quartiers différents. Nous rencontrons par ailleurs davantage de compétitivité dans les sociétés très inégalitaires. Cela génère davantage d’anxiété inhérente à la sous-estimation des individus, notamment chez ceux possédant un statut très bas. Même si les individus tendent également à se valoriser plus positivement afin d’éviter cela.

En définitive, les sociétés moins inégalitaires présentent de meilleurs contextes pour vivre. Les avantages, tant matériels que psychologiques, sont beaucoup plus importants dans ce type de société. De plus, les classes sociales de ces sociétés sont plus semblables. Et, comme si cela ne suffisait pas, plus l’inégalité d’un pays est grande, plus il est probable que ses habitants préfèrent une société plus inégalitaire ou qu’elles s’inquiètent moins de cette inégalité.