L’histoire émouvante de Noël

25 janvier 2019
L'histoire de Noël est une histoire n'a ni temps ni origine. Il semble que des cultures très différentes, à des moments distincts, aient convenu que la paix et la fraternité nous uniraient une fois par an.

L’histoire de Noël est en lien avec les sensations éveillées par l’hiver dans l’hémisphère nord, d’où vient cette célébration. L’hiver pâlit tout notre environnement. Les paysages se couvrent de neige et la vie semble s’endormir. C’est ce qui amenait beaucoup de gens à se rassembler autour des feux de joie.

Ce sens de ce qui meurt pour renaître est ce qui a permis à cette fête de prendre racine dans de nombreux endroits du monde occidental. L’histoire de Noël, c’est aussi l’histoire d’une multitude de traditions qui se combinent pour aboutir à la fixation de dates marquées d’une pierre blanche dans le calendrier de nombreuses cultures.

Essentiellement, ce qui est célébré, c’est la naissance de l’Enfant Jésus, une figure centrale de la religion chrétienne. Cependant, il n’y a aucun document historique qui appuie clairement cette date comme l’avènement de Jésus-Christ. En réalité, l’histoire de Noël nous montre que l’origine de cette fête était païenne.

« J’honorerai Noël au fond de mon cœur, et je m’efforcerai d’en conserver le culte toute l’année. »

-Charles Dickens-

Ainsi commence l’histoire de Noël

Tout commence dans l’Empire romain, celui-là même dans les veines duquel coule le christianisme. Les Romains organisaient des festivités pour célébrer le début du solstice d’hiver. Ils ont commencé, bien sûr, le 21 décembre. Durant ces festivités, ils honoraient le dieu Saturne et c’est pourquoi ces festivités étaient appelées « saturnales ».

Pendant ces festivités, les Romains distribuaient des cadeaux et de la nourriture aux plus malheureux. De plus, ils mangeaient et buvaient à leur faim. On peut dire que pour cela ils n’avaient pas de limites, comme pour beaucoup d’autres pratiques.

Les Romains n’étaient pas les seuls à célébrer le 25 décembre. Les Égyptiens de l’Antiquité ont également célébré la naissance de différentes divinités ce jour-là, essentiellement Osiris. Ce n’est pas la seule coïncidence que l’on peut entrevoir avec le christianisme. Selon leurs croyances, vers la fin du mois de décembre, le dieu Horus est né, du sein d’Isis, la Reine des Cieux et Vierge Mère du Sauveur.

l'histoire étonnante de Noël

Les autres peuples qui ont donné naissance à Noël

Les Grecs étaient un autre peuple qui a donné une signification particulière au 25 décembre. Selon leurs croyances, Dionysos, dieu du vin, et Adonis, dieu de la beauté, étaient nés à cette date. En Inde, par contre, on pensait qu’à cette date la naissance de la Reine du Ciel avait eu lieu. C’est pourquoi ils ornent leurs maisons de fleurs et de guirlandes et échangent des cadeaux entre eux à cette date.

Autrefois, les Chinois ne travaillaient pas les 24 et 25 décembre. Ils commémoraient le solstice d’hiver et ces jours étaient considérés comme des jours de repos. Les Aztèques croyaient que la naissance de leur dieu Quetzalcóatl avait eu lieu dans la dernière semaine de décembre. Pour les Perses, le dieu Mithra est né le 25 décembre. C’était aussi le fils d’une vierge nommée Anahita.

C’est précisément le culte de Mithra qui a pénétré l’empire romain après l’invasion de la Perse. Il s’est si fortement ancré qu’il a longtemps rivalisé avec le christianisme, une autre des croyances les plus répandues. Tout cela s’est confondu avec les fêtes saturnales.

L’instauration de la fête de Noël

Au fur et à mesure que le christianisme s’est implanté dans le monde occidental, les théologiens ont commencé à discuter de la naissance de Jésus. Les évangiles ne donnaient pas beaucoup d’indications précises à ce sujet. Certains disaient que le sauveur était né « au temps du roi Hérode ». Cependant, d’autres évangiles affirmaient que Cyrénius régnait à l’époque.

l'histoire de Noël et de Jésus

Le manque de certitude les a amenés à célébrer Noël parfois le 20 mai et d’autres fois le 20 avril. L’affaire était confuse, alors, comme tant d’autres fois, ils ont décidé de convoquer un concile pour parvenir à fixer une date. Comme les disciples de Mithra étaient encore nombreux, le clergé décida de prendre le 25 décembre comme date de naissance de Jésus. Ceci, d’une manière ou d’une autre, a fini par absorber les croyances persanes qui subsistaient encore chez les Romains. C’est arrivé en l’an 354, sous la papauté de Libère.

Ce qui est touchant dans l’histoire de Noël, c’est qu’elle était à l’origine une fête universelle, célébrée par différents peuples, de différentes confessions. Cette célébration de la paix, de l’amitié et de l’harmonie est devenue la synthèse de nombreuses croyances. La dernière semaine du dernier mois de l’année a ce quelque chose qui nous invite à nous renouveler et à célébrer la naissance de la vie.

 

  • Navidad, C. (2001). Pocos acontecimientos levantan tanto el consenso como la Navidad y pienso que hemos de estar contentos. Hermanos Hospitalarios. Boletín Informativo San Juan de Dios Castilla, (246), 348-350.