L’expérience du petit Albert

· 14 juin 2018

John B. Watson est connu comme l’un des pères du béhaviorisme (ou comportementalisme). Son principal référent intellectuel fut Pavlov, le physiologiste russe qui fit les premières découvertes concernant le « conditionnement ». Watson pour sa part, réalisa une étude célèbre, connue comme l’expérience du petit Albert.

Présentons cela par étapes. Ivan Pavlov réalisa une expérience très connue avec des chiens. On pourrait dire que c’est l’un des paragraphes les plus importants du chapitre introductif de ce qui serait connu désormais comme la psychologie en tant que science. Il découvrit les aspects basiques du fonctionnement stimulus-réponse et put établir les principes de ce que l’on nomme « le conditionnement classique ».

Watson tenta de répéter ce que Pavlov fit avec les chiens dans son expérience du petit Albert. En d’autres mots, il appliqua cette expérience aux êtres humains. Dans ce cas, il utilisa un bébé qu’il manipula pour prouver sa thèse.

« La science ne résout jamais un problème sans en créer 10 de plus. »

-George Bernard Shaw-

Les expériences de Pavlov

Ivan Pavlov fut un grand chercheur de la nature. Après avoir étudié de nombreuses disciplines, il s’intéressa à la physiologie. C’est d’ailleurs un élément physiologique qui lui permit de découvrir le conditionnement à partir du schéma stimulus-réponse.

pavlov et le conditionnement

Pavlov remarqua que les chiens salivaient avant de recevoir de la nourriture. En d’autres mots, on découvrit le fait que ces animaux se « préparaient » à manger lorsque le moment venait. Ils réagissaient au stimulus. Cette observation lui donna la clé pour commencer à expérimenter. Il introduit donc différentes simulations avant de servir la nourriture aux chiens, sous la forme d’une annonce.

Le plus célèbre de ces éléments fut la cloche. Il put prouver que les chiens salivaient lorsqu’ils entendaient la cloche. Ils savaient que ce son précédait la venue de leurs aliments. En d’autres mots, ils étaient conditionnés. Le son, qui était le stimulus, donnait lieu à une réponse, la salivation.

Les antécédents de l’expérience du petit Albert

John B. Watson était un positiviste radical. Il pensait que la conduite humaine devait s’étudier exclusivement sur la base des comportements appris. Pour lui, le fait de parler d’éléments génétiques, inconscients ou instinctifs n’avait aucun sens. Il aimait étudier uniquement le comportement observable.

le petit albert

Watson était un chercheur de l’université Johns Hopkins, à Baltimore (Etats-Unis). Il est parti du fait que chez l’être humain, tout ou la majeure partie de notre comportement, peut s’expliquer par notre histoire d’apprentissage basée sur le conditionnement. Ainsi, il lui parut une bonne idée de tenter de démontrer que les conclusions exprimées par Pavlov étaient également applicables à l’être humain.

Pour cette raison, et avec l’aide de son assistante Rosalie Rayner, il se rendit à un orphelinat et choisit un bébé d’à peine 8 mois. C’était le fils de l’une des infirmières de l’orphelinat. Il vivait plutôt en étant ignoré et dans un environnement dans lequel la froideur primait. Il était plutôt tranquille. On disait qu’il n’avait quasiment pas pleuré dans sa courte vie. C’est à partir de là qu’est née l’expérience du petit Albert.

Une expérience polémique

Dans la première phase de l’expérience du petit Albert on lui présentait différents stimulus. L’objectif était d’observer ceux qui lui faisaient peur. On découvrit qu’il avait peur uniquement lorsqu’il entendait des bruits forts. C’était quelque chose de commun à tous les petits. Pour le reste, il ne montra aucun signe de peur face aux animaux ou face au feu.

L’expérience continua en lui induisant la terreur par conditionnement. On présentait une souris blanche au bébé qui souhaitait jouer avec elle. Cependant, lorsqu’il commençait à le faire, on faisait sonner un bruit très fort qui lui faisait peur. Après avoir répété le même cycle plusieurs fois, le bébé commença à avoir peur de la souris. On introduit ensuite d’autres animaux tels que des lapins, des chiens, et même des manteaux de fourrure. Dans tous les cas, le petit finit par être conditionné. Il avait peur en voyant ces éléments.

Le bébé fut soumis à ces expériences pendant un certain temps. L’expérience du petit Albert dura quasiment un an. Finalement, le bébé était passé d’un état tranquille à un état d’angoisse quasiment continu. Il finit même par avoir peur d’un masque du père noël. On l’obligea à le toucher et il se mit à pleurer de manière irréversible. Finalement, l’université expulsa Watson pour la polémique générée par son expérience. Et également pour avoir entamé une romance avec son assistante.

La seconde partie de l’expérience consistait à inverser le conditionnement. En fait il fallait « déconditionner » les peurs précédemment conditionnées. Cependant, cela n’eut jamais lieu. On ne sait pas ce qui arriva au bébé après la célèbre expérience du petit Albert. Cependant, on affirma que l’enfant mourut à l’âge de 6 ans d’une hydrocéphalie congénitale. Les résultats d’une expérience si macabre pouvaient donc porter à questionnement.

Dans tous les cas, l’expérience du petit Albert est l’une des plus connues de l’histoire de la psychologue. C’est le cas pour la hauteur des revendications dont elle fut l’origine, pour les conclusions et pour la violation de nombreuses règles qui doivent aujourd’hui être respectées par les chercheurs qui souhaitent mener des expériences.