L’esprit ouvert, oui, mais votre cerveau ne doit pas en tomber

· 28 janvier 2019
En quoi consiste plus précisément l'ouverture d'esprit ?

Les enfants montrent naturellement des facultés qui ne cessent d’étonner les adultes. L’une d’elles est la capacité à regarder le monde avec une très faible quantité d’idées préconçues. Par conséquent, leur résistance à l’apprentissage est très faible. Les enfants représentent donc le paradigme de l’esprit ouvert.

Les adultes, en revanche, travaillent avec des schémas déjà élaborés qu’ils modifient, peaufinent et perfectionnent. Ces schémas rendent le monde plus prévisible et, parfois, nous rendent réticents face à la nouveauté. Ils nourrissent notre peur du changement. La science est peut-être la vitrine de cette idée. Copernic, Galilée ou Einstein ont vu toute la force qui pouvait se déployer à partir d’un point d’appui erroné mais bien en vigueur.

Par ailleurs, selon l’étude de Sierra et Pérez Vega (Université Nationale Autonome de México), ces schémas influent sur des aspects aussi importants que les pratiques d’éducation et les possibles problèmes de comportement infantile qui en découlent.

esprit ouvert

Esprit ouvert et premières impressions

Si nous revenons au plan microscopique, au niveau personnel, nous voyons à quel point il est difficile de changer la première impression que nous avons d’une personne. Pourquoi ? Parce qu’à partir de cette première impression, nous commençons à inférer des intentions ou des hypothèses à tout ce qui entoure cette personne. Il s’agit d’un véritable château de sable qui suppose un effort cognitif non négligeable, comme le joueur de poker qui a tenté un coup de bluff et qu’on a suivi jusqu’à la fin de la partie.

Ainsi, nous aimons voir les autres comme des êtres conséquents, en écartant d’un coup de main l’une de nos principales certitudes : nous sommes une véritable contradiction. Des êtres intéressés à l’intérêt variable. Des êtres émotionnels à l’humeur changeante. Et des êtres avec une personnalité, qui apprennent et essayent de s’adapter.

Rester ouverts d’esprit signifie donc partiellement renoncer à une position qui nous fait nous sentir à l’aise. Cela veut dire remettre en question ce que nous connaissons déjà, ce que nous avons construit. Si nous pensons que Pierre est généreux, nous aurons tendance à interpréter ses actes comme un véritable intérêt pour les autres. En revanche, si nous pensons qu’il est égoïste, nous interpréterons un acte de générosité comme une façon d’avoir la conscience tranquille.

On pourrait penser que, dans le fond, cela importe peu. Pierre est ce qu’il est. Cependant, notre interprétation du monde se base sur des idées préconçues et a donc des conséquences importantes. Sur la façon dont nous traitons les autres, par exemple. Nous accepterons l’aide d’un Pierre que nous considérons généreux et auront des soupçons envers un Pierre que nous jugeons égoïste.

Ainsi, rester ouvert d’esprit permet d’avoir un esprit flexible, disposé à changer des schémas qui ont déjà été travaillés. Cependant, jusqu’à quel point un excès d’ouverture d’esprit peut-il nous affecter ?

ne pas avoir l'esprit ouvert

Un esprit ouvert mais sans mettre de côté la capacité d’analyse

Un excès d’ouverture d’esprit peut être nocif face à ces nouveaux courants qui se développent grâce au bouche à oreille et se dissolvent quand nous les examinons à travers la loupe inquisitrice de la science. De nombreux phénomènes ont été découverts lors d’une première étude et n’ont pas pu être prouvés lors des suivantes. Beaucoup d’autres sont nés d’une expérience personnelle et n’ont existé qu’à travers un biais de confirmation.

Par ailleurs, tous les ans, nous entendons parler ou lisons des articles à propos de personnes qui ont abandonné un traitement médical pour placer toute leur foi et leurs espoirs dans un traitement alternatif loué par le marketing mais sans la moindre efficacité. Des personnes ouvertes d’esprit, prêtes à affronter la nouveauté, qui avaient besoin d’un point d’appui. Un besoin qui leur a fait placer leurs espoirs et leur futur entre les mains d’interventions dont l’efficacité n’a jamais été démontrée par des études.

Faire preuve d’ouverture d’esprit peut donc nous enrichir, nous aider à trouver des solutions mais ne nous sert à rien si, sur le chemin, nous laissons tomber notre volonté, notre esprit critique et notre prudence. La nouveauté peut parfois avoir des conséquences désastreuses et nous ne pouvons pas négliger ce point.