Les trois questions, une histoire sur la valeur du présent

L'histoire sur la valeur du présent nous raconte que nous cherchons parfois des réponses dans le monde des idées, alors que nous ne pouvons réellement les trouver que dans nos actions quotidiennes, en ayant recours au bon sens.
Les trois questions, une histoire sur la valeur du présent

Dernière mise à jour : 28 mai, 2021

Voici une histoire sur la valeur du présent écrite par Léon Tolstoï et que nous adaptons pour nos lecteurs. Il nous raconte que, dans un empire lointain, un souverain voulait gouverner son peuple avec justice et sagesse. Comme il n’avait pas d’expérience, il se dit que le mieux était de consulter les plus sages sur des aspects essentiels.

Il réfléchit pendant un moment, jusqu’à trouver les trois questions qui réunissaient tout ce qui était important pour son règne. Il s’agissait de :

  • Quel est le meilleur moment pour réaliser une activité ?
  • Qui est la personne fondamentale dans le travail ?
  • Qu’est-ce qui est le plus important dans chaque moment ?

Il ordonna immédiatement de publier un édit avec ces trois interrogations. Quiconque pourrait répondre à ces trois questions recevrait une grande récompenseCette histoire sur la valeur du présent nous dit qu’en très peu de temps, les tentatives de réponses se succédèrent.

« L’avenir nous tourmente, le passé nous retient, c’est pour ça que le présent nous échappe. »

–Gustave Flaubert–

Une interrogation.

La valeur du présent : les premières réponses aux interrogations

Les domestiques du palais eurent beaucoup de travail. Des sujets venaient de partout pour répondre aux trois questions et remporter la récompense. L’empereur les recevait et les congédiait un par un. Il n’était pas satisfait de leurs réponses.

Certains lui parlaient de l’importance de bien planifier son temps. D’autres lui signalaient qu’il fallait constituer une cour de sages pour pouvoir être conseillé. Une personne lui recommanda même de s’entourer de magiciens et de devins.

L’histoire sur la valeur du présent raconte que l’un des domestiques du palais vint parler au souverain. Il lui dit qu’il avait entendu parler d’un ermite qui vivait dans les montagnes et que beaucoup considéraient comme un sage. Cependant, il ne recevait que des personnes pauvres et ignorait les riches.

La visite de l’ermite

L’empereur s’habilla en paysan et partit, accompagné de son escorte. Peu de temps avant d’atteindre la maison de l’ermite, il demanda à ses hommes de l’attendre, en restant cachés dans les buissons. Il arriva à l’endroit où vivait l’homme sage et vit qu’il était très vieux. Malgré cela, il était en train de labourer la terre.

Sans perdre une minute, il le salua et lui posa les trois questions, mais le vieillard ne lui répondit pas. Il continuait son dur travail, même s’il avait l’air très fatigué. L’empereur fut pris d’un élan de compassion et lui offrit son aide. Même s’il n’y était pas habitué, il se mit lui aussi à labourer.

Le soir, épuisé, il reposa les trois questions au vieux sage, mais celui-ci resta silencieux. Soudain, un homme sortit des fourrés, chancelant. Il tomba à côté des deux hommes : il avait une blessure profonde au ventre. L’histoire sur la valeur du présent raconte que l’empereur le prit dans ses bras et l’emmena dans la cabane de l’ermite.

Une grande surprise

L’ermite et l’empereur se relayèrent toute la nuit pour prendre soin du blessé. Ils parvinrent à stopper l’hémorragie et, finalement, l’empereur s’écroula de fatigue dans le lit. À son réveil, sans savoir pourquoi, il se sentit très bien. Le blessé se trouvait à côté de lui, les larmes aux yeux.

Selon l’histoire sur la valeur du présent, le blessé lui fit un aveu. En réalité, c’était l’un de ses plus grands ennemis. Il avait appris que l’empereur partait seul pour la maison de l’ermite et il s’était caché pour le prendre par surprise et le tuer.

Les hommes du souverain l’avaient attrapé et poignardé. Sa fuite l’avait mené jusque là. L’homme pleurait parce que l’empereur, son ennemi, lui avait sauvé la vie. Il lui promit de lui être loyal jusqu’à la fin de sa vie.

Main tendue.

La morale de l’histoire sur la valeur du présent

L’histoire sur la valeur du présent raconte que l’empereur se sentit très heureux de cette réconciliation qu’il n’avait en réalité pas cherchée. Il pardonna l’homme et promit de lui donner des terres, pour lui et sa famille.

Il se dit que l’ermite n’allait pas répondre à ses questions et commença donc à se préparer pour le retour. Néanmoins, au moment de prendre congé, l’ermite lui dit : « Tu as eu les réponses à toutes tes questions ». L’empereur resta perplexe.

L’ermite lui expliqua. À la question « Quel est le meilleur moment pour faire une chose ? », l’empereur avait répondu par ses actes. « Le meilleur moment pour faire quelque chose est maintenant même, quand cela est nécessaire ». À la question « Qui est la personne fondamentale dans le travail ? », ses actes avaient aussi répondu pour lui, c’est soi-même.

Et, finalement, à la question « Qu’est-ce qui est le plus important de chaque moment ? », l’empereur lui-même avait répondu à travers son comportement : aider et rendre les autres heureux . L’empereur comprit, rentra au palais et appliqua avec succès les réponses trouvées.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment simplifier son présent avec 3 questions
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Comment simplifier son présent avec 3 questions

Nous avons souvent tendance à compliquer notre présent en stressant beaucoup trop. Comment faire pour le simplifier et en profiter davantage ?



  • Mahler, P. (1996). El valor del presente histórico en narrativas infantiles; orales y escritas. Estudios de Lingüística Aplicada, (23).