Les souvenirs positifs peuvent aider à combattre la dépression

3 septembre 2018 dans Actualité et psychologie 0 Partagés

Le fait de se remémorer des moments agréables de notre vie favorise notre bien-être. Cependant, le rôle des souvenirs positifs pourrait être bien plus puissant que nous ne l’imaginons. En plus de favoriser la régulation des émotions, ces souvenirs ont un effet positif sur la dépression due au stress.

Un groupe de scientifiques a mené une expérience à ce sujet avec des souris de laboratoire. Il a alors été annoncé que la réactivation artificielle des souvenirs stockés au cours d’une expérience positive peut supprimer les effets de la dépression due au stress. Approfondissons.

« La recherche montre la façon dont les souvenirs positifs et négatifs interagissent sur les troubles de l’état moral et fournissent un circuit cérébral spécifique pour de futures interventions cliniques. »
Partager

Souvenirs positives induits de manière artificielle

Le travail qui a démontré la relation entre les souvenirs positifs et la dépression, publié dans la revue Nature, fut réalisé par des scientifiques du RIKEN-MIT Center for Neural Circuit Genetics, en collaboration avec le RIKEN Brain Science Institute au Japon et le Massachussets Institute of Technology (MIT).

La recherche fut menée au sein du laboratoire de Susumu Tonegawa, directeur du RIKEN Brain Science Institute Susumu Tonegawa et professeur au MIT, qui reçut en 1987 un Prix Nobel pour la découverte de la diversité des anticorps. L’étude abordait la question suivante : Un souvenir positif peut il écraser un souvenir négatif ?

l'impact des souvenirs positifs sur le moral

Pour répondre à la question, on utilisa l’ingénierie génétique. Cette technique fut utilisée pour créer des souris au sein desquelles les cellules de mémoire d’une circonvolution du cerveau, appelée gyrus denté, puissent être identifiées parallèlement à la création des souvenirs et se réactiver postérieurement grâce à une fibre optique émettant une lumière bleue implantée dans le même lieu. L’équipe de recherche était ensuite capable d’activer les cellules de mémoire créées au cours des expériences antérieures.

Pour tester le système, on exposa des souris mâles à une expérience positive (exposition d’une souris femelle) et un souvenir de cette expérience était alors créé. Ensuite, les souris furent exposées à une expérience stressante qui les plongea dans un état semblable à la dépression. De plus, tandis que les souris étaient déprimées, on utilisa des lumières pour stimuler le gyrus denté de certaines d’entre elles et ainsi réactiver les cellules de l’expérience positive.

Stocker des souvenirs positifs est fondamental

De manière surprenante, cette expérience donna lieu à une récupération importante de l’état moral des souris déprimées qui furent sujettes à cette technique. De plus, la cartographie du circuit cérébral de cet effet révéla deux autres aires cérébrales qui coopèrent avec le gyrus denté pour l’activation des souvenirs positifs : le noyau accumbens et l’amygdale baso-latérale.

D’autre part, les chercheurs réalisèrent une thérapie de lumière chronique au gyrus denté pendant plus de 5 jours. Cela leur permit de savoir si ce type de récupération de la dépression était capable d’induire des changements persistants au sein des circuits cérébraux ne recevant aucune stimulation lumineuse. Ils découvrirent le fait que la lumière garantissait la réactivation soutenue des souvenirs positifs.

Les souris qui reçurent cette thérapie se montrèrent résistantes aux effets négatifs de la dépression due au stress. Cela signifie que le stockage d’expériences positives dans la mémoire peut être utilisé pour supprimer ou écraser les effets négatifs du stress comportemental. Cela suppose une nouvelle manière de conceptualiser le contrôle de l’état moral.

Les résultats ont des implications importantes sur la persistance des souvenirs dans l’affrontement des troubles de l’état moral tels que la dépression et d’autre part, le stress. 
Partager

stocker des souvenirs positifs

Bien que l’interaction entre les expériences positives et négatives et leurs souvenirs correspondants soit peu connue, ces conclusions ouvre la porte de nouvelles approches concernant la thérapie des troubles de l’état moral. 

Les auteurs affirment qu’il est trop tôt pour affirmer que les souvenirs positifs peuvent généralement écraser les effets de la dépression due au stress. Cependant, c’est une possibilité pour la rechercher et pour le développement de traitements visant à combattre la dépression.

A découvrir aussi