Les quatre types de pression psychologique

Il existe plusieurs types de pression psychologique et chacun d'eux a ses propres caractéristiques. Lesquelles sont bonnes et lesquelles sont mauvaises ? Nous en parlerons sous peu.
Les quatre types de pression psychologique

Dernière mise à jour : 09 septembre, 2021

La pression psychologique est une sensation psychique, le produit de deux forces mentales qui tirent dans des directions opposées. Ces forces peuvent être de natures très différentes, comme des souhaits ou des obligations. On parle d’une situation qui cause de l’inconfort. Ainsi, en principe, on pourrait penser qu’il s’agit de quelque chose de négatif et, cependant, il n’en est pas toujours ainsi.

Nous avons tous déjà vécu une situation de pression psychologique. De plus, nous avons aussi tous eu le sentiment qu’il nous fallait faire un pas nécessaire auquel nous résistions à l’occasion. D’autres fois, cette pression n’a rien apporté. Le fait est que, comme nous pouvons le voir, il existe plusieurs types de pression psychologique, comme nous l’expliquerons bientôt.

Comme le stress, un degré de pression augmente l’efficacité, mais ensuite la relation s’inverse et à une pression plus élevée, une diminution de l’efficacité commence.”

-Alicia Montero-

1. Positif, l’un des types de pression psychologique

La pression psychologique positive est celle qui nous donne l’initiative. La forme la plus typique de ceci est « vous pouvez le faire ». Elle a lieu lorsque les doutes ou la peur agissent comme un frein et qu’une dose d’énergie supplémentaire est nécessaire pour agir.

La principale caractéristique de la pression positive est qu’elle favorise l’exécution ou la performance. Ce sont des situations qu’une personne doit surmonter pour être meilleure et la fonction de la pression est de la motiver à le faire.

Homme escaladant une échelle rouge

2. Négative

Il y a une pression psychologique négative lorsqu’on essaie de persuader ou de forcer quelqu’un à agir d’une manière qui peut être autodestructrice. L’habituel est que celui qui appuie dépasse son insistance, atteignant le récepteur.

Une pression négative peut également être exercée par une circonstance. Par exemple, lorsqu’une personne est obligée de vendre sa maison pour rembourser des dettes impayées. Ou lorsque le chômage est très élevé et que cela vous oblige à vous contenter de salaires plus bas. Dans ces cas, il est préférable de résister activement ou de trouver un chemin rapide par lequel cette pression peut être diluée.

3. Intérieure

La pression psychologique intérieure est celle qui vient de la personne qui l’éprouve. Habituellement, il s’agit d’un sens du devoir. Cependant, cela peut aussi être dicté par la détresse, la peur, la colère et d’autres émotions ou humeurs. Dans ce cas, sa caractéristique essentielle est le fait qu’elle surgit dans l’esprit du malade.

La pression interne peut être positive ou négative. Elle est positive lorsqu’elle naît d’une conscience personnelle. Dans ce cas, la personne voit la réalité avec une certaine objectivité et sait qu’il est commode de se pousser à réaliser quelque chose qu’elle veut, ou de maintenir quelque chose qu’elle valorise. En l’état, il n’y a pas d’incompatibilité entre la pression et le désir.

Ce type de pression psychologique devient négatif lorsqu’elle naît d’un désir névrotique ou d’une humeur exacerbée. Par exemple, lorsqu’une personne est poussée à être parfaite ou à réaliser des réalisations qu’elle ne souhaite pas vraiment, mais qui peuvent satisfaire les autres. Le résultat de l’exercice de cette pression est un conflit interne.

Homme stressé au bureau

4. La pression psychologique extérieure

Comme à l’intérieur, la pression extérieure peut également être positive ou négative. Tout dépend du contexte dans lequel elle se produit et de l’horizon vers lequel elle est dirigée. L’une des caractéristiques de base de ce type de pression est que la personne qui la reçoit a également le pouvoir de lui donner un sens.

Une situation courante qui illustre cela se produit lorsqu’une personne doit rendre un travail un certain jour ou à une certaine heure. L’horloge et le calendrier n’ont rien à voir avec la façon dont cette personne vit ou agit. Ce sont des stimuli neutres et c’est l’individu qui en fait un élément constructif ou destructeur.

Il y a ceux qui font de la pression extérieure une limitation absolue. D’autres l’assimilent et l’incorporent, de telle sorte qu’elle ne génère pas d’effets négatifs. Comme vous pouvez le voir, tout dépend de la façon dont elle est gérée et non de la pression elle-même.

La pression psychologique est présente dans le quotidien de beaucoup d’entre nous. Il est commode d’apprendre à identifier de quel type il s’agit et comment l’aborder. De cette façon, nous pouvons la faire fonctionner en notre faveur.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pouvoir doux et pouvoir dur, deux formes de contrôle
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Pouvoir doux et pouvoir dur, deux formes de contrôle

Découvrez, dans le domaine des relations internationales, deux formes de contrôle : le pouvoir doux (soft power) et le pouvoir dur (hard power).



  • Aguilera, D. T. (2008). La presión: Conceptualización táctico-psicológica y su entrenamiento. MC Sports.