Les mensonges sur les réseaux sociaux

26 juillet 2018 dans Actualité et psychologie 0 Partagés
réseaux sociaux

Les mensonges sur les réseaux sociaux, tout comme dans d’autres domaines de notre vie, nous envahissent constamment. En fait, plusieurs branches de la science expliquent l’effet des mensonges dans la communication quotidienne.

Sociologues, anthropologues, psychologues, physiciens et mathématiciens ont analysé, de leur point de vue, la fonction des mensonges dans ces milieux et la façon dont ils nous affectent, en plus d’étudier les parties du cerveau qui sont impliquées dans l’acte de mentir. Approfondissons cette idée.

Les mathématiques et les mensonges sur les réseaux sociaux

Une étude dirigée par Rafael A. Barrio, de l’Institut de Physique de l’INAM, a révélé que les mensonges sur les réseaux sociaux se produisent de façon habituelle, comme dans n’importe quel type de communication humaine.

Il s’agit d’une recherche internationale qui a été réalisée à travers l’application d’un modèle dynamique d’opinion dans un immense réseau téléphonique qui inclut Communauté Européenne. Elle a pour but d’examiner le rôle des mensonges sur les réseaux sociaux. 

Les mensonges sur les réseaux sociaux sont presque quotidiens. La nouveauté est que, à travers un modèle mathématique, il est possible de déterminer pourquoi nous mentons.
Partager

mensonges sur les réseaux sociaux

L’analyse des interactions par couples s’est développée à travers l’utilisation d’un système organisé d’appels vers sept millions de téléphones. Ainsi, selon les auteurs: « dans ce travail, nous nous centrons sur l’impact qu’a le mensonge au niveau de la cohérence et de la structure des réseaux sociaux ».

L’étude souligne que les mensonges sont un élément substantiel pour maintenir la virtualité des relations entre les personnes. « Même si, dans notre enfance, on nous a appris que ne pas dire la vérité est une mauvaise chose et que l’on doit agir de façon honnête, nous apprenons à mentir, parfois de façon sophistiquée. Nous ne cessons jamais de le faire, et ce dans tout type de société humaine. C’est une chose que font aussi d’autres primates comme les chimpanzés », a assuré Barrio.

Types de mensonges sur les réseaux

Dans leur article Effects os Deception in Social Networks, les auteurs de cette étude nous informent de l’existence de deux types de mensonges sur les réseaux sociaux :

  • Les mensonges blancs ou prosociaux
  • Les mensonges noirs ou antisociaux
Des études réalisées aux Etats-Unis révèlent qu’au cours d’une conversation d’une demi-heure, on peut mentir jusqu’à neuf fois.
Partager

Les mensonges blancs ont une connotation positive et innocente, tandis que les mensonges noirs ont une connotation nocive et offensive. Les premiers sont normalement émis pour une bonne raison et n’affectent pas défavorablement l’individu. En revanche, les seconds sont prononcés dans un but pervers afin de nuire au récepteur et d’être bénéfiques à l’émetteur.

Parmi les conclusions, publiées dans la revue Proceedings of the Royal Society B., les scientifiques ont trouvé que :

  • Les mensonges sur les réseaux sociaux, blancs ou prosociaux, équilibrent, unissent la société, offrent une diversité d’opinions au collectif virtuel et aident à maintenir des relations sociales amples
  • En revanche, les mensonges noirs ou antisociaux -égoïstes et utiles à celui qui les émet- fracturent les liens, favorisent la méfiance et sont nocifs car ils détruisent le réseau en brisant les liens. Les gens se sentent trompés

« Un mensonge reste un mensonge, peu importe le nombre de fois où il est répété. »

-Alfredo Vela-

Qu’est-ce qui nous mène à mentir sur les réseaux sociaux ?

La grande invention des primates est la sociabilité et, avec elle, la tromperie. Notre cerveau peut gérer plus de relations entre les pairs avec des mensonges. Si une personne était honnête tout le temps, ses liens seraient moins nombreux. C’est comme une technique que nous utilisons pour nous lier à plus de gens en même temps.

Plus le temps passe et plus le réseau se conforme à sa structure de communautés en équilibre. Les personnes ne mentent pas moins mais plus. Même s’il est vrai que le nombre de mensonges antisociaux a tendance à disparaître, tandis que les mensonges prosociaux augmentent singulièrement.

Cet effet concorde, sur le plan quantitatif, avec des études réalisées dans des écoles. Plus les enfants grandissent et plus ils disent des mensonges. Chez les plus petits, il existe de nombreux mensonges antisociaux qui disparaissent au fur et à mesure qu’ils grandissent. Mais, en même temps, les mensonges prosociaux augmentent.

« Il n’y a rien de mal à dire un mauvais mensonge quand nous défendons une bonne vérité. »

-Jacinto Benavente-

femme triste à cause des mensonges sur les réseaux sociaux

Je mens mais je ne m’isole pas

Les personnes totalement honnêtes courent le risque d’être isolées car celles qui ne disent que la vérité peuvent blesser les plus susceptibles. Ces personnes se caractérisent par un certain retrait et un nombre d’amis assez bas. Elles ont en effet l’habitude de dire ce qu’elles pensent, sans craindre l’opinion des autres à propos de ce commentaire qui, en général, est mal vu ou inapproprié pour beaucoup. Par conséquent, être honnête n’est pas toujours l’idéal d’un point de vue social. Cependant, ces personnes reçoivent le respect et la confiance des autres. L’honnêteté reste donc bien une vertu.

Nous ne pouvons pas affirmer que les hommes sont des menteurs. Disons plutôt que nous nous servons du mensonge à un moment précis, selon les circonstances. La raison pour laquelle nous mentons est parce que nous sommes plongés dans une société. Nous interagissons constamment avec des groupes de personnes et nous voulons en tirer le meilleur profit sur le plan social et émotionnel.

Il y a beaucoup de bonnes choses derrière cette nouvelle forme de communication humaine, et d’autres qui ne sont pas si positives. Le pire point des réseaux sociaux est que nous nous déconnectons tellement de nous-mêmes que notre histoire peut être racontée par de faux instants et pas par de véritables expériences. Or, ces expériences sont ce qui donne de la valeur à nos souvenirs.

A découvrir aussi