La cohérence avec soi-même est la meilleure signature d’honnêteté

28 avril 2017 dans Emotions 1178 Partagés

Vous avez sûrement déjà entendu parler de la cohérence et de ce qu’implique être quelqu’un de cohérent. Ou peut-être avez-vous entendu le commentaire suivant : « Iel est incohérent-e ! Iel dit quelque chose et se contredit. Personne ne le/la comprend ! ».

Eh bien… il semblerait que le fait d’être cohérent-e soit lié à une certaine transparence aussi bien intérieure (d’une personne avec elle-même) qu’extérieure (ce qu’une personne reflète est vraiment ce qu’elle EST). Quelqu’un qui ne montre rien d’autre que la vérité, sans camouflage ni masque.

À l’inverse, les personnes qui agissent de manière incohérente sont celles qui génèrent des casses-têtes, aussi bien pour elles-mêmes que pour les autres. Elles s’éloignent de ce qu’elles SONT, se comportent de manière différente de ce qu’elles ressentent ou de ce qu’elles pensent.

La cohérence est la correspondance entre ce que l’on ressent et ce que l’on exprime

Ainsi, on peut définir la cohérence comme cet équilibre qui existe entre l’état le plus viscéral de quelqu’un (ce qu’il ressent dans ses tripes) et l’extériorisation de ce qu’il fait dans son comportement, aussi bien verbal que non verbal. C’est-à-dire que quand on est cohérent-e, il n’existe pas de décalage entre ce que l’on ressent et ce que l’on montre.

Par exemple, si je me sens trahi-e par un-e ami-e, je ne vais pas le cacher et je ne ferai pas comme si rien ne s’était passé. Je montrerai comment je me sens, car ma douleur est grande et j’aimerais qu’iel comprenne comment je me sens. Je serai cohérent-e avec ma douleur et avec mes sentiments.

Les personnes cohérentes génèrent de la confiance envers les autres

Les personnes cohérentes ont tendance à générer de la confiance chez les autres, car elles ne montrent pas un visage différent que celui qu’elles ressentent, et ne se forcent pas à feindre ou à dissimuler leur état intérieur. Elles savent écouter ce qu’elles ressentent de l’intérieur et sont capables de l’accepter, sans se trahir elles-mêmes, ni les autres.

Elles se montrent telles qu’elles sont, sans donner de nuances différentes à ce qu’elles ressentent. Ce sont des personnes courageuses, car nous vivons dans une société où on ne nous a justement pas appris à monter ce que nous ressentons. Souvent, on nous a encouragé à cacher nos véritables émotions, à les masquer ou même à les recouvrir avec d’autres mieux tolérées dans la société.

Parfois, nous recouvrons la tristesse avec une joie démesurée… ou nous utilisons la tristesse pour obtenir quelque chose que nous souhaitons et que l’on ne nous donne pas. Vous connaissez sûrement une personne qui s’est montrée très joyeuse peu après une perte (par exemple, amoureuse). Elle ne se permet pas elle-même de souffrir de cette perte car « elle doit être forte » et parce qu’ « aucun-e homme/femme ne mérite ses larmes ».

Et quand elle a besoin de pleurer, elle rit. À chaque fois, elle accumulera plus de poids dans sa véritable émotion. La recouvrant jusqu’à ce qu’il ne reste que des lambeaux. C’est ainsi que l’on devient un-e expert-e en feinte.

La cohérence parle de la correspondance entre pensées et actes

Nous parlons aussi de cohérence lorsque nous nous référons à cette harmonie qui existe entre nos actes, nos comportements et notre manière de penser. Souvent, probablement, nous nous sommes découvert-e-s nous-mêmes agissant d’une manière qui contredit nos pensées et nos valeurs. Et cela produit en nous un mélange d’étrangeté et de honte.

Si j’affirme que je suis tolérant-e et patient-e envers les autres et qu’au premier changement, je suis incapable d’accepter d’autres points de vue que le mien. Si je me mets en colère et que je me crispe lors de ces moments, je devrais probablement remettre en question cette idée que j’ai de moi-même. Car croire que l’on est d’une certaine manière alors qu’on agit à l’inverse de ce que l’on croit produit une sensation désagréable.

C’est pour cela que prendre le chemin de la cohérence n’est pas une « bêtise » : cela implique un pacte d’honnêteté très important avec soi-même.

Le problème de la cohérence se trouve surtout dans la méfiance que nous finissons par générer chez les autres personnes. Il est difficile de faire confiance à quelqu’un qui agit différemment à ce qu’il pense, et il est très difficile de faire confiance à quelqu’un qui montre l’opposé de ce qu’il ressent.

L’intuition nous montre qui est cohérent-e avec nous et qui ne l’est pas

Il y a des personnes qui ont de l’intuition et qui sont capables de percevoir ces décalages et quand une personne est cohérente avec elle-même. Et c’est quelque chose qui est digne d’être souligné car c’est plus facile et moins téméraire d’être soi-même en compagnie de personnes qui sont elles-mêmes -sans masque- que de l’être en compagnie de personne qui donnent le sensation de danser la danse des masques en permanence.

« Chacun d’entre nous est sur Terre pour découvrir son propre chemin et nous ne serons jamais heureux si nous suivons celui d’un autre. »

-James Van Praagh-

C’est pour cela qu’il est très important de continuer à se connaître soi-même, sans peur ni scrupules à observer ce qui se trouve à l’intérieur de nous. Si nous acceptons ce que nous sommes, nous n’aurons aucun besoin de l’occulter ni de le nier. Sachez que vivre avec un masque en permanence sur son visage est épuisant.

Chercher l’équilibre entre ce que l’on ressent, ce que l’on pense et ce que l’on fait est un objectif sain qui rendra nos relations plus vraies et authentiques, commençant pas la relation que nous avons avec nous-même car nous sommes nos seul-e-s compagnons/compagnes de vie depuis notre naissance jusqu’à notre mort, que nous le voulions ou non.

Lisez aussi : Apprendre est un cadeau, même si le maître incarne la douleur

A découvrir aussi