Les meilleures façons de faire des éloges aux enfants pour les faire grandir

Les enfants développent une tolérance aux éloges? Ils nécessitent alors des doses toujours plus importantes. Que devriez-vous faire alors au lieu de les féliciter autant?
Les meilleures façons de faire des éloges aux enfants pour les faire grandir

Écrit par Equipo Editorial

Dernière mise à jour : 16 janvier, 2023

Faire des éloges aux enfants peut comporter des risques : “Tu es si intelligent !” “Et si créatif !” “Tu es si… !” Insérer un adjectif qui décrit notre enfant peut parfois être pratique, et à d’autres, nuisible. Pourquoi?

Lorsque notre enfant accomplit un exploit ou démontre une habileté sociale, comme mettre ses chaussures tout seul, nous le félicitons immédiatement pour son exploit. Bravo! Il réalise un exploit et nous le récompensons verbalement. Ces éloges nous échappent souvent inconsciemment (ou nous les ignorons de la même manière.

Le double tranchant des éloges

L’enfant connaît l’association action = éloges et, très probablement, répétera l’exploit simplement pour qu’on le félicite de nouveau.

La recherche est assez claire à ce sujet : l’utilisation des éloges ne motive les enfants qu’à recevoir plus d’éloges. Dès lors, lorsque de tels éloges étiquettent un enfant (par exemple, “tu es très intelligent”), il est facile pour ce dernier de se concentrer sur le maintien de cette perception dans le temps, au lieu de s’intéresser à ses performances ou à son processus d’apprentissage.

En ce sens, Alonso Tapia assure que l’utilisation des louanges sans plus “peut être perçue comme une forme de contrôle, de sorte que l’intérêt de la tâche diminuera”. Ainsi, pour ne pas paraître moindre, il pourrait cesser de poser des questions ou minimiser sa participation, de peur de se tromper et de se ridiculiser.

En bref, si vous essayez de renforcer le comportement d’un enfant en lui disant qu’il est très intelligent, vous pouvez l’empêcher d’afficher des comportements intrinsèquement motivés.

Alors comment féliciter nos enfants pour les aider à construire un cadre motivationnel efficace ? Voici donc trois stratégies :

Louez le processus, pas la personne

La façon dont nous félicitons les enfants peut affecter leur réflexion ainsi que leur propension à relever des défis, à persévérer et à réussir sur le plan scolaire. Selon certaines études, il existe deux mentalités particulières : fixe et de croissance.

  1. Les enfants avec un état d’esprit fixe croient que des choses telles que l’intelligence, le caractère et la capacité créative sont innées et immuables. En d’autres termes, peu importe à quel point vous étudiez ou combien d’efforts vous faites, les cartes dont vous disposez à la naissance vous limitent. De sorte qu’ils évitent les défis qui testent leurs capacités. Les pensées de ces enfants peuvent facilement devenir des causes d’échec scolaire ou de retrait social.
  2. Les enfants avec un état d’esprit de croissance considèrent le cerveau comme un muscle qui peut se développer, de sorte que ses capacités peuvent s’améliorer par la pratique, l’effort et le dévouement. Les enfants avec une mentalité de croissance croient que leurs capacités à la naissance sont comme une graine et que leur croissance dépendra fortement de la façon dont on s’occupe d’elles.

La différence de pensée fut démontrée lors d’une expérience dans laquelle des enfants de 4 ans ont été invités à résoudre un puzzle. Ils avaient la possibilité de rester pour travailler sur un puzzle facile qu’ils avaient déjà terminé ou d’en essayer un plus difficile.

Ceux avec des mentalités fixes décidèrent de refaire le puzzle le plus facile, affirmant ainsi leurs capacités existantes. Ceux avec une mentalité de croissance se demandèrent pourquoi refaire le même puzzle s’il était possible d’en résoudre un nouveau ?

Les enfants avec une mentalité de croissance choisirent donc de s’attaquer aux énigmes les plus difficiles. En bref, les enfants avec une mentalité de croissance étaient enclins à continuer à tester leurs capacités, plutôt que d’essayer de gagner en confiance en résolvant celles qu’ils avaient déjà dépassées.

Voulez-vous cultiver un état d’esprit de croissance chez votre enfant?

Essayez ceci! Au lieu de le féliciter (par exemple, “tu es créatif”), félicitez le processus :

  1. Félicitez la stratégie (par exemple, “tu as trouvé une très bonne façon de le faire”)
  2. Louez avec précision (par exemple, “tu sembles vraiment comprendre les fractions”)
  3. Félicitez l’effort (par exemple “Je peux dire que tu t’es entraîné”)

Il faut être réaliste : ne dites pas “Bon travail !” quand ce n’est pas le cas

Un autre pionnier dans le domaine, le psychologue Wulf-Uwe Meyer, mena une série d’expériences avec des enfants de moins de sept ans, qui acceptaient les éloges pour argent comptant. Puis il vérifia comment les enfants âgés de plus de douze ans examinaient les paroles élogieuses pour connaître la vérité. En d’autres termes, ils comparèrent leur perception de la valeur de leur travail avec les éloges qu’il reçurent.

Les études de Meyer révélèrent que les enfants qui voyaient une différence entre leur perception et celle de l’enseignant considéraient les éloges comme un signe que l’enseignant pensait qu’ils manquaient de capacités et avaient besoin d’un coup de pouce supplémentaire. D’un autre côté, l’étude de Meyer montre que les éloges étaient considérés comme plus sincères lorsque l’enseignant exposait également des critiques sur le travail fait.

Essayez ceci:

  • Être sincère. L’une des plus grandes erreurs que nous puissions commettre en tant que parents est de supposer que les enfants ne sont pas assez avisés pour détecter les intentions derrière nos louanges. Vous pourriez penser que vous encouragez un enfant en louant de mauvais résultats, mais il s’avère que les enfants peuvent percevoir les fausses éloges comme un signe d’échec. Offrez donc des éloges authentiques pour de vraies réalisations.

Arrêtez complètement de faire des éloges (« Vraiment ? Oui, c’est vrai. »)

Un ensemble impressionnant d’études montre que les éloges peuvent être carrément décourageants. Une recherche fondamentale de Mary Budd Rowe montre qu’un groupe d’élèves du primaire, qui reçurent des éloges chaleureux des enseignants, commença à répondre aux questions avec un ton plus hésitant (“est-ce que la réponse est sept ?”). Et quand le professeur n’était pas d’accord, les élèves supprimaient et retiraient l’idée qu’ils avaient proposée au départ.

Dans une autre étude aux résultats révélateurs, menée par Joan Grusec, des enfants âgés de huit à neuf ans, souvent félicités généreusement, commencèrent à agir moins généreusement au quotidien avec leurs pairs. Chaque fois que les enfants entendaient « Je suis si fier de toi pour m’avoir aidé ou partagé », ils signalèrent moins de comportements d’aide et de partage. L’intensité de l’impulsion collaborative diminua. Autrement dit, ils créèrent l’effet inverse.

Les enfants développent une tolérance aux éloges. Ils nécessitent alors des doses toujours plus importantes. Et, dès que les parents et les enseignants retirent les éloges, les enfants peuvent se désintéresser de leur activité.

Une fois que l’on retire l’attention, de nombreux enfants cessent de pratiquer la tâche qui avait été renforcée par une reconnaissance explicite. Bref, le goût de réaliser son comportement ou de ses conséquences intrinsèques disparaît et son apparition est conditionnée par l’espoir d’un renforcement. Lorsqu’il disparaît, le comportement disparaît également.

Donc, si nous sommes un peu plus parcimonieux dans les éloges, que devrions-nous faire à la place ?

Essaye ça:

Au lieu de faire des éloges, essayez d’observer et de commenter. Par exemple “Tu as fini de peindre l’image !”. De tels commentaires reconnaissent les efforts et encouragent les enfants à être fiers de leurs réalisations. Si votre enfant fait un dessin, donne son avis, etc., ne jugez pas ce qu’il voit : “Ces nuages sont trop gros !” ou “Tu es sûr que tu utilisera beaucoup de bleu ?”

Nous voulons que nos enfants se sentent encouragés et motivés. Nous devons reconnaître leurs triomphes car nous sommes vraiment fiers d’eux. Changer ses habitudes demande un peu d’effort. Mais commencez par continuer à dire “bon travail” à vos enfants et essayez de mélanger cela avec d’autres formes d’éloges.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Aucune gifle n’arrive au bon moment pour éduquer, l’amour oui
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Aucune gifle n’arrive au bon moment pour éduquer, l’amour oui

Nous dédions cet article à toutes ces personnes qui pensent qu'"une bonne gifle au moment opportun est ce dont les enfants ont besoin pour


Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.