Les Hoyt, un père et un fils qui ne connaissent pas le mot « impossible »

· 2 mars 2018

Presque personne ne parle de Dick et Rick Hoyt en tant que personnes distinctes. Lorsqu’il leur est fait référence, la plupart des personnes disent simplement : les Hoyt. Dick est le père et Rick le fils. Les deux forment une équipe formidable qui est devenue un exemple pour des milliers de personnes à travers le monde.

Tout a commencé à Winchister, aux États-Unis, il y a presque cinq décennies. Les parents Hoyt allaient avoir leur premier enfant et l’attendaient avec impatience. Néanmoins, ce qui devait être le moment le plus heureux de leur vie devint un cauchemar. Le bébé connut des problèmes à la naissance. Lors de l’accouchement, le cordon ombilical se noua autour de son cou et empêcha l’oxygène d’atteindre normalement son cerveau.

« Les personnes, parfois, continuent de me regarder. J’espère que c’est parce que je suis très mignon. »

-Rick Hoyt-

La conséquence de tout cela fut que l’enfant souffrit d’une lésion cérébrale qui ne pu être inversée. Il fut rapidement diagnostiqué avec une paralysie cérébrale. Les médecins indiquèrent que Rick Hoyt, le nouveau-né, ne pourrait jamais parler ou contrôler les mouvements de ses membres .

Des temps difficiles pour les Hoyt

Lorsque le petit Rick Hoyt n’avait que neuf mois, les médecins se réunirent avec la famille. Il leur fut précisé qu’il était préférable de le placer dans une institution spécialisée. Que ce serait pour eux un fardeau dans la mesure où il était condamné à vivre pratiquement comme un légume. Cependant, après avoir énormément réfléchi et après d’innombrables jours de pleurs, les parents décidèrent de le garder avec eux. Il décidèrent en outre que, dans la mesure du possible, ils l’éduqueraient comme un enfant normal.

Pendant 11 ans, le père et la mère Hoyt lui prodiguèrent tout leur amour et centrèrent toute leur attention sur le petit Rick. Confirmant ce que les médecins avaient prédis, il semblait ne pas réagir aux stimuli de son environnement. Cependant, un jour, les parents remarquèrent que le garçon les suivait du regard partout où ils allaient. Il leur semblait également que Rick comprenait beaucoup de ce qu’ils lui disaient.

Ce petit geste les remplit d’optimisme. Ils décidèrent alors de se rendre au département d’ingénierie de l’Université Tufts. Ils voulaient savoir s’il existait un appareil ou un moyen pour communiquer avec le garçon. Les experts leur répondirent que non, parce que l’enfant n’avait aucune activité cérébrale. Les parents leur demandèrent de raconter une histoire drôle et lorsqu’ils le firent, Rick commença à rire.

les enfants Hoyt

Une nouvelle source d’espoir

Les ingénieurs furent impressionnés par la réaction. Ils se fixèrent donc pour objectif de créer un système pour qu’il puisse communiquer en utilisant seulement un petit mouvement de la tête. Un an plus tard, tout était prêt. Tout le monde attendait anxieusement les premiers mots de Rick. À sa grande surprise, ces mots furent : « Allez les Bruins ! » Il faisait référence à une équipe de hockey locale.

Puis une nouvelle étape commença pour les Hoyt. Tout le monde était ravi de pouvoir communiquer avec Rick. Ils furent d’autant plus fascinés lorsqu’ils constatèrent que le garçon était très actif et sensible. Il voulait participer à tout. L’un des enseignants de l’école se retrouva paralysé. Une course d’athlétisme fut organisée pour recueillir des fonds en vue de son traitement. Rick dit qu’il voulait participer. Il avait besoin d’aider cette personne qui était tombée en disgrâce.

Le miracle des Hoyt

Le père accepta de courir avec son fils dans cette course. Le garçon était dans un fauteuil roulant et Dick le poussait. Le défi était compliqué, difficile. L’exigence était forte et il semblait impossible de surmonter les obstacles rencontrés en chemin. Cependant, le seul objectif était de ne pas arriver les derniers. Ils y parvinrent. Lorsqu’ils franchirent la ligne d’arrivée, Rick avait un grand sourire sur le visage.

Hoyt père et fils

Rick dit plus tard à son père quelque chose que ce dernier n’oublierait jamais. La phrase était : « en compétition j’ai senti que mon handicap avait disparu« . Il voulait éprouver de nouveau ce sentiment de franchir la ligne d »arrivée. En 1979, Rick et Dick, l’équipe Hoyt, participa au marathon de Boston.

Quelques années plus tard, ils décidèrent d’essayer le triathlon. Il existait toutefois un problème : le père ne savait pas nager. La solution ? Apprendre. A presque 50 ans, Dick apprit à nager pour être en mesure de participer à un triathlon avec son fils. Il le pousserait cette fois dans une embarcation pour compléter la partie aquatique de la compétition. Rien ne rendit Rick plus heureux que de participer à cette nouvelle compétition. Chaque fois qu’il franchit la ligne d’arrivée, même dans les dernières places, apparaît un large sourire sur le visage.

Aujourd’hui, les Hoyt ont participé à 66 marathons différents. Et ils ont complété 975 épreuves différentes. Rick est diplômé de l’Université de Boston. Il adore son père, autant que le père l’adore. Il s’agit d’un garçon joyeux qui aime plaisanter. Il vit actuellement seul et déclare être un homme heureux.