Les caméléons sociaux : des personnes qui changent en fonction des circonstances

18 janvier 2018 dans Psychologie 0 Partagés
homme avec des lunettes

Les caméléons sociaux sont des champions au moment de faire une bonne impression. Pour cela, ils n’hésitent pas à pratiquer ce type de mercantilisme émotionnel à travers lequel ils dissimulent leurs propres sentiments, pensées et opinions dans le but d’être acceptés et d’avoir l’approbation des autres. C’est un type de pratique qui provoque des effets secondaires au niveau de la dignité personnelle.

Il est très probable que beaucoup de nos lecteurs se souviennent d’un curieux film de Woody Allen qui s’appelle « Zelig ». Dans ce dernier, le protagoniste présente une étrange habileté surnaturelle: il est capable de changer complètement son apparence pour s’adapter à n’importe quel milieu dans lequel il se trouve. Finalement, une jeune psychanalyste remarque le véritable problème de Leonard Zelig, à savoir son extrême insécurité qui le pousse à se camoufler au milieu des personnes pour se sentir accepté et intégré.

« Celui qui est authentique assume la responsabilité d’être ce qu’il est et se reconnaît comme libre d’être ce qu’il est. »

-Jean-Paul Sartre-

Il s’agit sans aucun doute d’un cas extrême, d’une amusante réflexion audiovisuelle qu’Allen a portée à l’écran pour nous parler de la psychologie, des problèmes d’identité et de notre société. Cependant, il y a un fait que nous ne pouvons pas nier : nous sommes tous, d’une certaine manière, des caméléons sociaux.

Nous montrer tels que nous sommes, sans la moindre fissure et avec une transparence totale n’est pas toujours facile. Nous avons peur du « qu’en dira-t-on », de décevoir les gens, d’attirer l’attention ou de ne pas être ce que les autres attendent de nous. Vivre en société nous oblige à nous faire rentrer dans un moule, nous le savons tous. Cependant, il faut bien se rappeler que la clé consiste à apprendre à être des personnes, pas des personnages. Être une personne suppose de savoir respecter les autres avec leurs nuances, leurs opinions, leurs qualités et leur étrangetés. Cela suppose aussi d’être capables de pratiquer cette honnêteté sans diluer notre identité et nos valeurs afin d’être acceptés.

« La clé consiste à apprendre à être des personnes, pas des personnages. »
Partager

caméléon

Les caméléons sociaux et le prix psychologique

Mark Snyder, un psychologue social réputé de l’Université du Minnesotta, est expert en une étude: le besoin universel d’être socialement acceptés. Un aspect intéressant qu’il nous révèle en premier lieu est que les caméléons sociaux sont des personnes extrêmement malheureuses. Songeons à elles un instant, imaginons quelqu’un qui s’oblige à être comme tous ceux qui l’entourent, jour après jour.

Pour y parvenir, cette personne devra s’habituer à penser et ressentir une chose et à faire tout le contraire, à vivre dans la contradiction constante, à osciller entre le visage privé et le masque public, à rire quand elle n’en a pas envie, à mentir de façon compulsive… Ce comportement presque addictif qui pousse à causer continuellement une bonne impression ne permet que rarement d’établir des liens durables et satisfaisants. Qui plus est, cela pousse très souvent à ressentir un véritable épuisement psychologique.

Nous ne pouvons pas oublier que, pour « mimétiser », le caméléon social doit être attentif aux codes sociaux de chaque contexte. Il doit observer, lire les langages implicites et explicites, imiter mais, par dessus tout, il doit faire preuve d’une extraordinaire plasticité, qui lui permettra d’être très convaincant.

femme avec un masque

Être la personne adéquate à chaque instant exige d’être en syntonie avec la façon dont les autres réagissent ; c’est pour cette raison que les caméléons contrôlent à chaque instant leur vie sociale, en l’ajustant pour obtenir les effets désirés. Comme nous pouvons le déduire, l’usure que cela suppose, à court et à long terme, est immense.

Pour les véritables caméléons sociaux, tout est possible. Ils perdent leur dignité, leurs principes et même leur échelle de valeurs afin d’atteindre le succès, de se sentir intégrés ou d’être reconnus. Cependant, à force d’imiter et de se représenter à travers autant de rôles, ils ne seront jamais capables d’établir des relations authentiques, d’avoir de vrais amis, des relations stables à qui montrer leur vrai visage, sans le moindre masque…
Partager

Caméléons sociaux ou zèbres sociaux, vous avez le choix

Il y a des professions pour lesquelles, que nous le voulions ou non, nous avons besoin de ce type d’habiletés caméléonesques pour créer un impact, séduire, capter des clients, générer de la confiance et même, pourquoi pas, manipuler. Ainsi, des travaux comme la politique, le droit, le monde du marketing et de la publicité, le théâtre ou la diplomatie ont besoin de ces jonglages psychologiques où imiter est synonyme de survie et même de triomphe.

Comme nous l’avons signalé au tout début, nous avons tous été obligés, d’une certaine façon, à agir comme des caméléons sociaux à un moment de notre vie. Cependant, des spécialistes de ce thème, comme le docteur Mark Snyder, nous indiquent que si nous voulons avoir une véritable santé émotionnelle, de la sagesse et de l’équilibre, nous devrions apprendre à être des « zèbres sociaux ».

Peu importe l’endroit où se trouve un zèbre, peu importe de ce qui se trouve à côté de lui, il sera toujours égal à lui-même, ses rayures ne changeront jamais. Cela suppose, bien évidemment, d’être une proie facile pour les prédateurs et, comme nous le savons, ceux-ci ne manquent pas dans nos contextes sociaux. Par conséquent, il est possible que nos « rayures » ne plaisent pas, que notre peau, notre style, notre caractère et notre ton de voix ne soient pas du goût de tout le monde mais les personnes qui seront captivées par notre authenticité et nos curieuses nuances seront nos meilleures alliées.

zèbre

Pour conclure, peu de choses peuvent être aussi infructueuses et épuisantes que de plaire à tout le monde, d’être cette pièce capable de s’emboîter dans chaque puzzle ou cet écrou qui vaut pour tous les engrenages. Une telle habileté n’est ni possible, ni saine. Apprenons à vivre sans masques, à être cohérents et courageux, à être des créatures uniques et exceptionnelles avec chacune de nos « rayures » ou avec nos fabuleux pelages…

A découvrir aussi