Les archétypes féminins, selon la mythologie grecque

Les archétypes féminins de la mythologie grecque sont représentés dans les différentes déesses de l'Olympe classique. On parle de différentes manières d'être, de sentir et d'agir.

Dernière mise à jour : 29 novembre, 2021

Les archétypes féminins sont des modèles de comportement qui sont présents dans la psyché des femmes et dans l’inconscient collectif. Ils correspondent à des traits communs qui ne sont pas toujours explicites, mais qui créent des modèles, et ceux-ci sont souvent représentés dans différentes mythologies.

La mythologie grecque est un bon exemple d’une véritable collection d’archétypes féminins. Les différentes déesses de l’Antiquité classique représentent ces modèles qui apparaissent également dans les mythes et légendes d’autres cultures.

Bien que les archétypes féminins correspondent à des représentations différentes de la femme, ces traits peuvent également être retrouvés chez les hommes, bien que modélisés de manière différente. Ils sont aussi présents dans les mythes modernes, incarnés cette fois par des influenceurs, des héroïnes de cinéma ou des personnages célèbres.

« Si les taureaux et les lions savaient peindre, ils peindraient les dieux comme des taureaux et des lions.

-Jénophane de Colophon-

Les archétypes féminins chez les Grecs

La mythologie grecque est très riche en archétypes féminins. Les spécialistes du sujet indiquent que les divinités féminines de l’Antiquité sont classées en trois groupes : les déesses vierges, les déesses vulnérables et les déesses alchimiques.

Comme on peut le supposer, les déesses vierges représentent l’inaccessible de la facette féminine. Les vulnérables parlent de la femme traversée par le drame de l’humain ; de leur côté, les déesses alchimiques font référence aux pouvoirs « mystérieux » des femmes. Les archétypes féminins, représentés comme des déesses, pour les Grecs étaient les suivants.

1. Artémis, la guerrière

Artémis était une déesse vierge qui représentait l’autonomie et le défi. On pourrait dire qu’elle correspond à la femme qui défie le pouvoir masculin : la féministe. À son tour, il garde une distance émotionnelle, ce qui le rend hermétique et inaccessible. Elle est la grande amie ou la grande sœur des autres femmes, mais en même temps elle entretient une tension avec l’homme.

2. Athéna, la stratège

Athena est une autre des déesses vierges qui remettent en question le masculin. Elle représente la capacité mentale, le calcul et la ruse, sans aucune empathie. Leur qualité est la praticité, la fonctionnalité. De tous les archétypes féminins, c’est celui qui est le plus proche du masculin. L’ambition et le succès la dominent et elle a une grande capacité à nouer des alliances avec les hommes.

3. Hestia, la femme sage

Contrairement à Athéna, la déesse Hestia a une intelligence qui s’exprime comme sagesse et non comme stratégie. Elle est sensible et intuitive, solitaire par nature et intacte par manque d’intérêt pour les questions matérielles. Profiter de la spiritualité et mener des processus d’introspection enrichissants. Elle représente l’essence spirituelle des femmes.

4. Héra, la femme

Au sein des archétypes féminins, la déesse Héra est celle qui représente les femmes comme créatrices d’engagements. Elle est très émotive et sensible, avec une grande capacité à établir des liens étroits et passionnés avec les hommes. Elle est généralement dominée par la colère, la jalousie et une soif de vengeance ; c’est pourquoi elle appartient au groupe des déesses vulnérables. Elle est fidèle jusqu’au bout.

5. Déméter, la mère

C’est une figure lumineuse qui féconde ou fait grandir et se développer tout ce qui l’entoure. Elle est sensible et travaille pour le bien-être des autres. Elle est généreuse et prend soin de ceux qu’elle accueille sous son étreinte. Dans sa facette négative, elle tend à créer et à entretenir des liens de dépendance. Elle est également sujette à la dépression. Soyez l’une des déesses vulnérables.

6. Perséphone, la fille

Parmi les archétypes féminins, celui de la fille ne pouvait manquer, qui ne renvoie pas à un âge particulier, mais à un schéma de personnalité.

Perséphone représente la femme rêveuse et romantique, capable d’amener la réalité à un état de rêve. Pour que ses rêves se réalisent, il n’hésite pas à manipuler les autres. De même, elle fuit quand l’ordinaire prévaut. Elle est la dernière des déesses vulnérables.

7. Aphrodite, l’amante

Aphrodite est le seul des archétypes féminins qui représente la déesse alchimique. C’est parce que son trait essentiel est la créativité. Elle est émotive, sensuelle et aime la beauté. Elle veut améliorer la réalité pour la rendre plus agréable et elle sait apprécier le plaisir. Du côté négatif, elle peut être volatile et impulsive.

Une femme, plusieurs archétypes féminins

Chaque femme porterait en elle tous les archétypes féminins. Cependant, l’habituel est que l’un d’eux se manifeste plus prononcé que les autres. Ce n’est pas un obstacle pour que le modèle dominant change au fil du temps ou à travers des processus évolutifs.

Comme dans tous les archétypes, chacun a un côté clair et un côté ombre. La première se réfère aux vertus et la seconde à une fausse représentation de celles-ci. Bien qu’elles ne soient pas des classifications psychologiques formelles, elles constituent un point de référence pour la réflexion.

This might interest you...
Lisez-le dans Nos Pensées
10 femmes étonnantes qui ont changé le monde

Nous vous listons ici 10 femmes absolument étonnantes. Venez les découvrir ou les redécouvrir avec nous dans cet article !



  • Estramiana, J. L. Á., Galdós, J. S., & Ruiz, B. F. (2007). De Moscovici a Jung: el arquetipo femenino y su iconografía. Athenea digital: revista de pensamiento e investigación social, (11), 132-148.