Les adultes aussi ont des coups de colère (crise émotionnelle)

· 4 novembre 2018
Lorsque nous entendons les mots caprice ou colère, nous avons tendance à imaginer un enfant de 2 ou 3 ans qui se jette au sol et se met à crier.

Les adultes aussi ont des coups de colère. Ils perdent parfois le contrôle de leurs émotions et sont incapables de traduire cette frustration, cette envie, cette déception par des mots.

Pour le comportementalisme, ce courant de la psychologie qui étudie le comportement humain en s’appuyant sur des stimulus et des réponses, les crises de colère sont des comportements clairement non adaptatifs. Elles ne mènent à rien. Mais le fait qu’elles ne conduisent à rien de concret (ou de réellement utile) ne signifie pas le moins du monde qu’elles n’aient pas un sens important. Bien au contraire. Ces crises émotionnelles expriment un message très fort.

« Ecoutez votre cœur mais emportez votre cerveau avec vous. »

-Alfred Adler-

Entre deux et quatre ans, les caprices font partie du développement émotionnel normal d’un enfant. Ce n’est rien d’autre qu’un petit défi que les parents doivent apprendre à gérer calmement et efficacement. Nous oublions cependant que le simple fait de grandir et de devenir adultes ne nous offre pas automatiquement l’habilité et la maturité pour reconnaître et contrôler nos émotions

Nous pourrions presque dire, presque sans nous tromper, que les adultes avec l’intelligence émotionnelle d’un enfant de trois ans sont extrêmement nombreux autour de nous. S’ils ne se sont pas créés une bonne image d’eux-mêmes dans leur enfance, s’ils n’ont pas reçu d’aide adéquate pour canaliser et comprendre leurs propres univers émotionnels, il est habituel de les voir traîner ce poids pendant longtemps.

coups de colère

Les adultes aussi ont des moments d’impuissance

Les crises de colère et les caprices constituent une réaction surdimensionnée face à une situation frustrante. Les enfants, par exemple, ont l’habitude de manifester leur rage par des cris, des pleurs, des coups de pied et une absence de contrôle émotionnel. L’intensité peut varier mais nous percevons toujours des comportements clairement disproportionnés, tout comme un déficit au niveau de la communication et de la gestion des émotions et pulsions.

Chez les adultes, en moyenne, ces coups de colère ne dérivent pas sur des agressions physiques. Il n’y a pas de coups de pied, de morsures, etc. Qui plus est, dans une grande partie des cas, elles peuvent passer inaperçues pour les proches.

Prenons un exemple. Claudia travaille dans un cabinet d’avocats et est habituée à réussir. Chaque fois qu’elle atteint un objectif, elle est récompensée par une bonification. Cependant, quand ce sont ses collègues qui sont reconnus pour leur travail, elle ne le supporte pas. Elle ne se jette pas par-terre, ne crie pas… En fait, elle ne dit rien.

Notre protagoniste se limite à aller aux toilettes pour pleurer. Parce qu’elle ne tolère pas que ses collègues soient meilleurs qu’elle. Parce que la jalousie l’envahit et parce qu’elle ne sait pas comment gérer ce mal-être. Les adultes ont des coups de colère, mais ne nous y trompons pas. Ces explosions émotionnelles, si elles sont authentiques, ne cherchent à manipuler personne. Et ce n’est pas non plus le cas lorsque cela arrive avec des enfants.

Les coups de colère sont des instants où les sentiments atteignent une intensité intolérable et ont besoin d’émerger d’une façon ou d’une autre. Lorsqu’on n’atteint pas ce que l’on veut, on devient prisonnier de ses propres émotions et on ne sait plus quoi en faire.

femme qui pleure à cause de coups de colère

Les adultes avec des crises de colère fréquentes: qu’est-ce qui se cache derrière?

Tout le monde ne se libère pas de ses émotions en privé comme le fait Claudia. Il est aussi habituel de trouver des profils qui n’hésitent pas à exploser en public. Il y a des cris, des objets lancés et, plus grave encore, une agressivité qui cède le pas à des insultes et à un manque de respect. Pourquoi ces comportements ont-ils lieu?

Nous le disions au début. Dans une grande partie des cas, la crise de colère est la démonstration d’une claire immaturité émotionnelle qui empêche la personne de gérer ses frustrations et ses déceptions. Cependant, nous ne pouvons pas mettre de côté d’autres réalités qu’un bon professionnel prendrait en compte dans son diagnostic.

  • Les adultes aussi ont des coups de colère mais ceux qui en font l’expérience de manière récurrente peuvent présenter un trouble de la personnalité, un trouble bipolaire, des désordres obsessionnels compulsifs, un trouble de la personnalité narcissique, etc.
  • Le stress post-traumatique peut aussi se cacher derrière ce comportement.
  • Les personnes avec un trouble du spectre de l’autisme souffrent aussi de ces crises.

Je suis un adulte qui a des coups de colère, que puis-je faire ?

Pensons un moment à notre avocate. Mettons-nous à sa place et essayons d’imaginer ses difficultés au moment de demander de l’aide. Comment dire à voix haute que ses émotions la dépassent complètement lorsque ses collègues sont reconnus pour leur travail et pas elle? Comment le reconnaître si, en plus de cela, elle se sent honteuse de ressentir cette rage? Elle se dit qu’elle ne devrait pas se sentir de la sorte mais ne sait pas comment y faire face.

Lorsque nous sommes adultes, il nous est difficile de parler de l’envie, de la frustration que nous génèrent certaines situations… Cependant, rien ne peut être plus positif que de franchir ce cap et demander de l’aide à un professionnel. Nous nous sentirons plus libres et plus sûrs de nous au quotidien.

Pensons maintenant à une série de stratégies qui pourrait nous aider dans ces cas de rage. Des clés simples qui nous permettraient d’améliorer notre capacité d’auto-contrôle, en n’encourageant pas ce type d’émotions avec notre comportement.

Etapes pour mieux gérer ces crises émotionnelles

  • Reconsidérez vos attentes. Si les adultes ont des coups de colère, c’est parce qu’ils ont une vision peu réaliste de certaines situations. Ils attendent une certaine reconnaissance, certains bénéfices et certaines réussites qui ne sont pas raisonnables.
  • N’inhibez pas les émotions négatives et ne les laissez pas non plus éclater. Canalisez-les de façon constructive. Chaque fois que vous ressentez de la frustration, laissez-la se manifester d’une autre façon. Sans cris, sans larmes, sans rage. Cherchez un autre moyen de l’exprimer: parlez avec quelqu’un, faites du sport, dessinez, écrivez…
  • Identifiez les situations qui génèrent ces coups de colère ou crises émotionnelles (envie, ne pas obtenir ce que vous voulez au travail, dans vos relations…).
  • Une fois ces situations identifiées, travaillez. Créez un dialogue interne, un plan d’action qui vous ferait agir de façon ajustée, mature et émotionnellement intelligente.

 

Pour conclure, nous savons que les adultes ont aussi des coups de colère. Nous-mêmes pouvons en avoir vécu quelques-unes. Si c’est le cas, nous nous souvenons probablement de leur caractère peu agréable. Elles créent du mal-être… Et nous n’y gagnons rien. Par conséquent, le temps est venu de travailler nos émotions, de leur donner de nouvelles formes d’expressions et des ressources qui nous feront nous sentir plus compétents.