Les 4 règles de vie selon la sagesse toltèque

12 juin 2018 dans Développement personnel 0 Partagés
sagesse toltèque

Miguel Ángel Ruiz Macías est un chercheur et écrivain mexicain descendant des ToltèquesSon oeuvre la plus célèbre est Les quatre accords, un ensemble d’enseignements extraits de la sagesse de ses ancêtres. Il y décrit les codes pour vivre de façon adéquate.

Son livre appartient au genre spiritualiste. Il est très influencé par les expériences de Carlos CastanedaLes règles de vie énoncées par Ruiz Macías sont si justes que son oeuvre a été traduite dans de nombreuses langues. Et plus de quatre millions de personnes l’ont lue !

« Tout être humain est un artiste. Le rêve de la vie est de créer un bel art. »

-Miguel Ángel Ruiz-

Les quatre accords ou quatre codes pour vivre proviennent de la sotériologie toltèque. Le mot sotériologie fait référence à la branche de la théologie qui étudie le salut. Voilà ce que cherche à faire Miguel Ángel Ruiz : apporter des éléments pour que l’homme se sauve de lui-même. Voici une brève synthèse de ses propos.

1. Être honnêtes, le premier des codes pour vivre

Le premier accord de vie est lié à l’honnêteté. Ruiz l’énonce comme un code qui doit être réalisé avec l’existence. Il l’exprime dans les termes suivants: « Soyez impeccables avec vos mots« .

personnage coloré représentant la sagesse toltèque

L’honnêteté avec les mots n’est pas seulement associée à la négativité du mensonge. Elle est aussi liée à l’intégrité dans la communicationIl s’agit d’engager notre esprit et notre coeur dans les mots que nous employons.

Selon Ruiz, les mots ont tellement de pouvoir qu’ils sont capables « d’envoûter » les autres. Cela signifie qu’ils marquent les personnes qui les reçoivent. Leur énergie est si profonde qu’ils ont encore un impact plusieurs années après avoir été prononcés.

2. S’émanciper de l’opinion des autres

Le second accord ou code pour vivre selon Ruiz est exprimé de la façon suivante: « Ne prenez rien personnellement ». Chaque personne a sa propre vision du monde. Elle voit et évalue les choses en fonction de ce regard, de cette construction particulière de la réalité.

Par conséquent, quand les gens parlent de nous, ils font référence à la partie de la réalité qu’ils parviennent à capter. Ils s’appuient sur leur propre vision. Il faut donc comprendre ces mots comme une partie d’eux-mêmes. Pas comme une chose qui nous concerne vraiment.

Ainsi, ce que les autres disent de nous manque de fondement. Ni les bonnes, ni les mauvaises opinions ne devraient nous toucher. Nous émanciper des opinions des autres nous évite des souffrances superflues.

3. Avoir le courage d’exprimer ce que l’on ressent

Le troisième accord de Miguel Ángel Ruiz dit : « Ne faites pas de suppositions ». Il s’agit d’un code qui nous invite à communiquer de façon claire, assertive et suffisamment fluide. Les confusions n’apportent que des difficultés.

mains et oiseaux

Nous ne devons pas supposer que nous détenons la vérité. Et encore moins penser que nous connaissons la vérité des autres. Ne soyons donc pas intimidés au moment de poser des questions pour éclaircir des doutes.

Il est nécessaire de trouver le courage d’exprimer ce que nous ressentons, de la manière la plus claire et sincère qui soit. Cela nous permet de nous ouvrir aux autres et de faciliter la compréhension mutuelle. C’est également un principe de communication authentique.

4. Donner le meilleur de soi-même aux autres

Le dernier des accords signale: « Donnez toujours le maximum de vous-mêmes ». Ruiz insiste sur un point: l’effort est beaucoup plus important que le résultat. La valeur d’un acte est déterminée par l’effort qui a été fait pour le réaliser. Son apparence, son utilité ou le profit qui en découle ne sont donc pas des paramètres essentiels.

L’idée est donc de donner le meilleur de nous-mêmes dans tout ce que nous faisons. Tout en empêchant notre tyran intérieur de nous juger si, au final, nous n’atteignons pas l’objectif que nous nous étions fixé. Le but est de progresser chaque jour. Un résultat négatif n’est donc qu’une raison pour recommencer.

Cette volonté de donner le meilleur de soi-même aux autres est essentielle. Ruiz affirme qu’en respectant cet engagement, notre vie se transformera immédiatement de manière positive. En faisant cela, nous évitons aussi la maladie et la souffrance.

arbre et femme

Les quatre codes de vie inspirés des Toltèques représentent des axes fondamentaux. Ils nous permettent d’édifier une vie plus pleine et comblée. Ils coïncident sous de nombreux aspects avec la psychologie occidentale. Prendre le temps de réfléchir à ces principes est donc une très bonne chose.

A découvrir aussi