Le merveilleux pouvoir des mots

13, août 2017 dans Curiosités 718 Partagés

En 2004, un scientifique japonais du nom de Masaru Emoto mena une étude pour démontrer le pouvoir des mots. L’expérience consistait à faire bouillir du riz et à le répartir dans trois récipients identiques. L’un d’eux porterait une étiquette positive, l’autre une étiquette négative et le dernier, une neutre.

Pendant un mois, il dit des mots agréables et gentils au riz qui portait une étiquette positive et fit tout le contraire avec le pot qui portait l’étiquette négative : il lui cria des insultes et des mots de mépris, d’indifférence ou de haine.

Une fois ce mois écoulé, le riz qui avait reçu les messages agréables avait conservé un bel aspect et n’avait pas d’odeur désagréable. En revanche, le pot qui avait reçu des mots désagréables et des insultes était plein de champignons ; le riz avait pris une couleur noirâtre et sentait le pourri.

Cette expérience révèle le pouvoir que nous possédons à travers les messages que nous transmettons. Si cela se produit avec du riz tout simple, imaginez ce qui peut arriver avec les personnes qui nous entourent et avec qui nous communiquons de façon quotidienne ?

Il se peut que cette expérience ne soit que de la pseudo-science et, en aucun cas, nous ne prétendons la considérer comme quelque chose de totalement véridique et scientifique ; cela dit, le message qu’elle nous transmet peut bien être utilisé pour découvrir le merveilleux pouvoir que nous avons grâce aux mots, qu’ils soient écrits ou parlés.


« Tout est dans le mot… Une idée entière se modifie parce qu’un mot a changé de place ou parce qu’un autre mot s’est assis comme un petit roi dans une phrase qui ne l’attendait pas et lui a obéi… Ils ont l’ombre, la transparence, le poids, les plumes, le poil, ils ont tout ce qui s’est ajouté à eux à force de rouler dans la rivière, de changer de patrie, d’être des racines… Ils sont à la fois très anciens et très nouveaux… »

-Pablo Neruda-


L’importance du langage que nous utilisons

Le langage que nous utilisons nous pousse à voir la réalité d’une façon ou d’une autre : dire « c’est impossible à réaliser » est différent de « c’est peut-être difficile mais je dois quand même essayer ». Quand nous réussissons à utiliser ou à donner une autre forme à nos messages, l’idée que nous avons et ce que nous pensons peut totalement changer.

Il est important de se rendre compte que, souvent, ce n’est pas ce qu’on nous dit qui importe, mais la façon dont on nous le dit. Les mots ont le pouvoir de changer ce que nous pensons, ils offrent la possibilité de donner une nouvelle vision à ce qui se trouve en face de nous et, surtout, ils ont la merveilleuse capacité de soulager et de procurer de la paix.

Il ne s’agit pas de faire un usage irréel du langage pour changer ce que nous pensons et passer d’un « je ne vais pas y arriver » à un « je peux le faire », mais nous avons quand même entre nos mains le pouvoir de cesser d’utiliser les mots qui n’apportent que des difficultés, comme « toujours », « jamais », « je dois »… et de nous servir de termes qui peuvent nous aider comme « ça ne s’est jamais bien passé, c’est vrai, mais aujourd’hui est un autre jour et je vais essayer une nouvelle fois ».


« La science moderne n’a pas encore produit de médicament tranquillisant aussi efficace que quelques mots bienveillants ».

-Sigmund Freud-


Soyons les scénaristes de notre histoire

Le langage est à notre service pour nous aider et donner forme à notre esprit et à nos idées ; soyons les écrivain-e-s de nos vies et écrivons un scénario plein de force, de messages qui nous motivent et ne nous limitent pas. Y parvenir peut être très simple et la différence entre le mettre en pratique et ne pas le faire est très grande.


« Si vous n’êtes pas heureux dans votre vie, il pourrait être sage de faire un inventaire des mots que vous prononcez. »

-Joyce Meyer-


Essayons de changer les mots que nous adressons aux autres ou que nous nous disons à nous-mêmes, trouvons ceux qui sont adéquats, positifs et fonctionnels, que ce soit en changeant la façon de les dire ou en modifiant le contenu. S’ils nous aident, nous motivent et nous font du bien, alors ce sont les mots adéquats. Et, au contraire, si nous voyons qu’ils épuisent nos ressources, qu’ils nous limitent, ne nous aident pas ou que nous faisons du mal aux autres, nous devons songer à la possibilité de changer le langage que nous utilisons pour nous parler à nous-mêmes.

Si, en observant le riz, nous pouvons déjà voir l’effet différentiel du langage, imaginez ce qu’il se passe quand nous nous adressons à des personnes. Car en assemblant des lettres, nous avons sur nos lèvres le pouvoir de prendre soin des autres ou de les maltraiter. Nous pouvons aussi changer ce que nous pensons. En ce sens, nous pouvons faire beaucoup de choix. L’un d’entre eux, très important, est de bien choisir ses mots.

A découvrir aussi